L’entreprise étendue, entreprise 3.0 ?

Les formes d’entreprises évoluent chaque jour. On entend souvent parler de future of work pour parler des évolutions des modes de travail. Mais le future of work, c’est aussi l’évolution même de la structure de l’entreprise. L’idée qu’on se fait d’une entreprise aujourd’hui ne se limite plus à la vision hiérarchique, verticale, d’un building avec des open spaces et des milliers de petites mains employées qui travaillent au quotidien. On parle de remote, de scrum, de méthode agile, d’entreprise libérée, et d’entreprise étendue. Alors c’est quoi ? Comment le freelancing s’inscrit au cœur même de cette évolution? On vous en dit plus…

Apparu dans les années 90 chez Chrysler Corp, le terme d’entreprise étendue désigne la nécessité d’une relation de collaboration entre les membres de la supply chain et attire l’attention sur les avantages concurrentiels que la société pourrait obtenir en collaborant avec ses partenaires et fournisseurs de manière plus étroite. Chrysler a crédité l’un des premiers extranets, un réseau privé permettant de partager en toute sécurité des informations avec des fournisseurs sur un nouveau support de télécommunications appelé… Internet #waouh. Les fournisseurs deviennent des partenaires commerciaux.

Alors, l’entreprise étendue c’est quoi ?

On parle de “système en réseau”, de “chaîne de valeur”, de “système productif”, de “partenariats fournisseurs”, de collaboration, de création de valeur partagée, et encore d’”écosystème fournisseur”...

Plus simplement, le concept d’entreprise étendue définit la mise en réseau d’une structure centrale, l’entreprise, avec ses clients, partenaires et/ou fournisseurs. L’objectif ? Améliorer l’activité en accélérant la croissance et l’innovation. Comment ? en favorisant l’intégration de tous ses fournisseurs et partenaires — freelances compris, bien entendu — . Ça permet d’avoir une vision d’ensemble des projets et d’être agile, tout en créant de la confiance et développant une marque employeur forte. Plus encore quand on pense au cas spécifique des freelances, l’entreprise étendue a pour objectif de favoriser la multiplicité des points de vue sur un business, voire les bienfaits de points de vue totalement extérieurs et challengeants.

Prenons l’exemple de votre maison. Vous l’avez construite avec un architecte qui n’a mis que de minuscules fenêtres. Problème.. On n’y voit rien, on étouffe et finalement vous n’avez qu’une envie : changer de maison. Surtout que l’architecte est réticent à l’idée d’agrandir ces fenêtres. Mais si vous engagez un expert en bien-être qui dit à l’architecte de carrément tout casser pour faire des baies vitrées ? Et bien l’entreprise étendue c’est la même chose. On inclut certains acteurs pour voir plus loin, avoir une vision plus globale de notre sujet, pour que ça marche, et que ça dure !

Cette collab’ se matérialise par un fonctionnement en mode collaboratif entre les ‘extérieurs’ et les ‘intérieurs’. On inclut virtuellement ou physiquement un ou plusieurs de ces partenaires/ fournisseurs dans le périmètre même de l’entreprise. Cette dernière s’étire de l’intérieur, vers l’extérieur. Les technologies de l’information jouent un rôle important, facilitant la communication et les relations en fournissant à chaque membre de la chaîne une vision globale en temps réel.

“Vision is the art of seeing what is invisible to others” Jonathan Swift

Freelancing et entreprise étendue ?

Le monde du travail évolue à vitesse grand V. On assiste à un remaniement de la fonction RH dans les entreprises, principalement du à l’évolution des modes de travail, l’arrivée des nouvelles générations, la fin du rapport sacrificiel au travail - voir l’article de Kelly Merran sur le future of work - , la digitalisation du monde et des relations de travail, l’économie à la demande, l’ubérisation… Tout ça transforme radicalement le monde du travail. Nous allons vers une économie de freelancers où des contractants indépendants vont peu à peu se substituer à une plus ou moins grande partie des fournisseurs et prestataires traditionnels (agence de communication, prestataires informatiques et digitaux).

Pour citer Frenchweb : “ Le sujet aujourd’hui n’est pas de discuter du fait que ce soit un «freelancing» choisi ou imposé, s’il s’agit d’un choix de vie ou d’une forme de précarisation mais de l’impact d’un phénomène qui ne peut être ignoré.”

Un modèle qui change…

Au départ, le modèle du freelancing dans l’entreprise repose sur de l’achat de capacité de production sur un temps t. Le travailleur indépendant n’est pas un salarié, ne le deviendra pas et reste à l’extérieur de l’entreprise. La place historique du freelance? Celle de celui qui travaille avec l’entreprise, sans jamais y être intégré. Méfiance, risque de requalification ?

Intégré, mais pas trop!

Certainement… Mais aujourd’hui ? Ce n’est plus du tout le cas ! Le freelance est une extension de l’entreprise. Selon une étude de Janvier 2017, on compte 830 000 freelances en France, soit environ 10,6% de la population active. Aux Etats-Unis, ils représenteront 50% de la population active en 2025! Transformation numérique, sociale et économique oblige : le freelance devient indispensable dans l’écosystème des entreprises. C’est un vrai challenge pour certains mais beaucoup ont compris qu’ils y trouveraient les talents de demain, les spécialistes rarissimes, les experts du futur… de plus en plus impossibles à recruter en CDI! Chez YOSS aussi, on l’a bien compris ;)

Interview : les challenges des organisations

Guillaume Herrnberger, COO et co-fondateur de YOSS, fort de 9 ans d’expérience dans les grands groupes, nous raconte ses challenges depuis le lancement de sa startup YOSS.com aux côtés de Romain Trébuil, ancien directeur des achats chez L’Oréal, en novembre 2017.


Sa définition de l’entreprise étendue ?

L’entreprise étendue c’est une évolution naturelle de l’histoire de l’entreprise en général. Historiquement, le berceau de l’entreprise c’est l’échange. C’est un peu une grande ville où chacun s’attelle à réaliser une tâche servant au bon fonctionnement du commerce.

“Tu habites dans la ville de ton entreprise”

Ce sont ces premières entreprises marchandes qui donnent naissance aux premières entreprises industrielles. Avec cette révolution, puis la mondialisation, la structure même de l’entreprise évolue. L’entreprise s’inscrit dans la durée, les collaborateurs y réalisent leur carrière. Les mutations ne cessent de germer et modifient la structure des organisations.

Prenons l’exemple d’un géant de la construction automobile. Pendant des années, il construit les pièces détachées d’un véhicule, puis les assemble, puis il doit vendre la voiture. Il maîtrise la chaîne de production de A à Z. Avec la mondialisation, il choisit de délocaliser les étapes de production et se concentrer sur l’assemblage et la vente qui deviennent finalement son coeur de métier. L’entreprise ne fonctionne plus seule mais externalise une partie de son activité, pourtant hautement stratégique, à des partenaires et fournisseurs.

Le freelancing s’inscrit dans l’évolution naturelle de ce schéma. Le freelance intervient avec son savoir-faire, ses compétences. Il vient compléter à un instant t le besoin d’une entreprise avec son expertise. L’entreprise étendue aujourd’hui ce sont des gens qui s’unissent dans le même but. Et ils sont définis par ce qu’ils produisent, de la valeur. Ils ne sont plus définis comme charge salariale. C’est ça, le mode projet et la vraie révolution de l’entreprise étendue.

A ce titre, les freelances sont des locomotives pour l’entreprise. On s’attend à ce qu’ils aient un regard extérieur sur un projet mais comprennent l’ADN de la marque et s’intègrent au sein d’une équipe, s’acculturent à ses valeurs... juste ce qu’il faut. Contrairement aux idées reçues, le freelancing ce n’est pas de la précarisation. C’est plutôt la combinaison de deux aspirations synergiques :

  • L’entreprise en mode projet qui a un besoin de compétences
  • L’aspiration individuelle du freelance de s’affranchir des processus, choisir ses missions, où, quand, quoi, comment.

Le freelancing véhicule la rencontre de ces deux aspirations dans un contexte gagnant gagnant : un échange compétences/ expérience.

Si le freelancing est au coeur du réacteur de YOSS, la startup est aussi la représentation de l’entreprise étendue via sa collaboration étroite avec Microsoft. Comment se passe cette collaboration ?

Microsoft est bien plus qu’un simple prestataire pour YOSS. Au départ le schéma classique est celui d’une relation client / fournisseur. Chez YOSS, nous travaillons main dans la main avec notre produit.

“L’image de l’entreprise d’avant, celle du salarié avec son badge autour du cou ou accroché à la poche de la chemise, est bel et bien ré-vo-lue!” La relation entre YOSS et Microsoft est une relation engagée sur une réussite business conjointe, un engagement moral entre deux entités qui ont le même objectif. On fonctionne ensemble, on avance ensemble, on pense ensemble. C’est “one team”. Même physiquement d’ailleurs car l’équipe MS est au deuxième étage, juste au dessus de l’équipe sales & marketing chez YOSS. On dépasse la stigmatisation, on opte pour la liberté du discours, le partage des informations, la collaboration, l’intégration.

Chez YOSS, et c’est une deuxième forme d’entreprise étendue, certains des postes clés sont freelances. Béatriz, qui travaille comme talent acquisition, et Rémi, UX/UI designer sont freelance et full time. Ils sont intégrés à l’équipe, on ne fait même plus la différence entre eux et les personnes en CDI!

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez, les challenges relevés et à relever ? Pour répondre à cette question, j’ai interrogé Guillaume Herrnberger, COO, et Louis Guillaume Morand, tech lead de l’équipe Microsoft pour YOSS.

Guillaume de YOSS : On s’en sort plutôt bien pour l’instant :). Le challenge c’est la gestion. On fonctionne en équipe, mais lors d’un conflit, on a souvent tendance à se rapatrier sur le contrat. Avec Microsoft on ne fonctionne pas comme ça, on gère les problèmes comme on gérerait un problème en interne. C’est une révolution d’état d’esprit par rapport à ce qui se fait “traditionnellement” avec un prestataire qui sous-traiterait des développeurs en Inde.

Louis-Guillaume : On a l’habitude de travailler sur des projets de grande ampleur. Pour moi les challenges du quotidien Microsoft x YOSS c’est :

  • Pouvoir amener des process d’agilité au sein d’équipes qui n’ont jamais participé à des projets de cette envergure
  • Adapter nos process et rigueur à une entité qui a besoin de flexibilité

Les avantages de cette collaboration ? Être inclus dans l’entreprise et avec les équipes, être engagés pour travailler sur la conception du business model, réfléchir aux évolutions, itérer sur les process et vivre la croissance de la boite comme si c’était la notre. En terme de business pour Microsoft, ça nous permet d’avoir des nouveaux cas d’utilisation de nos produits et des feedbacks directs. Cela nous permet d’avoir des cas concrets applicables à nos futurs clients et donc de faire évoluer nos offres et nos produits grâce à l’expérience “sur le terrain” que nous vivons chez YOSS.

Le plus gros challenge depuis novembre ? Travailler avec YOSS pour trouver une solution qui s’adapte à une stratégie de développement international et des besoins qui diffèrent selon les pays.

De manière générale, je suis content de la mixité des équipes et de notre intégration. Je pense qu’on est pour ce projet, des membres de la famille YOSS :)


Belle conclusion qui montre que la collaboration entre client et fournisseur peut être vecteur de stabilité économique et sociale dans l’entreprise. On vote pour un futur de travail qui repose sur l’entreprise étendue, libérée, la légèreté des process, le mode collaboratif, l’intégration des équipes, le freelancing. On s’ouvre à des modes de travail différents, physiquement (ex: remote), et mentalement (ex: freelancing). On contribue chaque jour au changement des mentalités et à l’évolution du monde, qui nous réserve encore de belles surprises…


Vous avez appris quelque chose ? Cliquez sur 👏 pour remercier l’auteur et aider d’autres personnes à trouver cet article.

Vous pouvez aussi tweeter cet article (nous c’est @joinyoss) et le partager !

Plein d’amour

Bye bye readers !
La page YOSS La Piscine c’est le lieu où on vous parle de tout ce qui nous préoccupe et nous intéresse concernant le Futur du Travail et le freelancing. On écrit avec un certain nombre d’auteurs géniaux comme Julien Ferrant ou Julie Henches . Et on accepte maintenant les propositions de co-écriture, n’hésitez pas à nous écrire à maud@yoss.com !
Si vous avez aimé cette story, on vous recommande vivement d’aller faire un tour sur La Plage, sur le Slack La Piscine ou sur Meetup, autant d’endroits où on aime discuter des prochains sujets d’article !