J’ai toujours aimé “apprendre”, mais surtout, apprendre dans un environnement adéquat, avec les bons outils et les bonnes ressources à disposition. De par mon vécu avec l’enseignement présentiel et à distance, j’ai pu constater les avantages et surtout les inconvénients de chacun, et cela m’aura permis de tirer cette simple conclusion : Il n’y a, à mon sens, pas (ou peu !) de sujet inintéressant à apprendre, mais seulement des sujets où la “transmission d’informations” n’est pas adaptée, et freine ainsi grandement l’apprentissage sous tous ses aspects (Motivation, compréhension…).

C’est là où la réalité virtuelle peut faire toute la différence. Elle permet d’appréhender un sujet d’une manière unique et interactive de manière inégalée jusqu’à présent, ce que manque cruellement les supports d’informations d’aujourd’hui. On devient littéralement un acteur actif de son apprentissage.

Cette technologie présente de nombreux avantages pour le domaine de l’éducation par rapport à d’autres solutions classiques d’apprentissage :

  • Plus les éléments graphiques et sonores de l’environnement 3D sont travaillés et soignés, plus l’effet de « Présence » est atteint.
  • On appelle « Présence » le fait qu’un utilisateur ait le sentiment que l’environnement où il est transporté est réel. Bien que l’utilisateur soit conscient qu’il utilise un casque de réalité virtuelle, son cerveau est « trompé », et réagit de la même façon aux stimulus reçus par l’environnement virtuel qu’il ne réagirait pour un environnement réel.
  • Un exemple serait une expérience virtuelle qui place l’utilisateur à une haute altitude, lui donnant ainsi le vertige, bien que ce dernier sache pertinemment qu’il est assis sur une chaise. Cette supercherie pousse le cerveau à retenir les informations appréhendées, ce qui en fait un atout crucial pour l’apprentissage.
  • L’utilisateur est coupé des stimulus, ou « distractions », de l’environnement externe et est entièrement concentré sur l’environnement virtuel, ce qui améliore grandement sa concentration.
  • De par les nombreux moyens d’interactions possibles, l’utilisateur vit littéralement l’expérience, et n’en ai plus un acteur passif, ce qui joue énormément sur sa faculté à retenir des informations.

Le cerveau ne se souvient pas seulement avoir “ visualisé “ des informations comme par exemple la lecture d’un texte qui explique le fonctionnement d’un moteur d’avion, mais il s’en rappelle comme d’un “ souvenir “, le souvenir par exemple d’avoir assemblé le dit moteur d’avion de ses mains. Cela en font des données considérablement plus facile à retenir tant elles sont “ concrètes “.

Les méthodes d’apprentissages possibles avec cette technologie sont ainsi beaucoup plus naturelles et interactives, se démarquant des méthodes classiques (Livres, vidéos…) qui sont loin d’être efficace pour tous les profils d’élèves. Ce sont autant de facteurs supplémentaires permettant d’attirer la jeune (et moins jeune) génération sur des contenus pédagogiques.

Les possibilités en matière d’éducations sont infinies, offrant des expériences jusqu’alors inaccessibles via les méthodes d’apprentissage traditionnelles :

  • Que se passe-t-il si l’on mélange de l’eau et de l’acide ? Il serait dangereux de reproduire une telle expérience en classe, mais des étudiants pourraient avoir la possibilité de manipuler des éprouvettes virtuelle, et découvrir par eux même.
  • A quoi ressemble l’intérieur d’un volcan ? Un étudiant pourrait manipuler avec ses mains la représentation 3D d’un volcan actif, et pourrait en observer ses différentes couches.
  • Pourquoi disséquer une grenouille quand on peut disséquer un être humain ? Muni d’un scalpel virtuel, une telle expérience permettrait d’étudier les différents organes du corps humain.
  • De quels éléments sont composés les châteaux forts? Une visite guidée virtuelle permettrait d’en découvrir les moindres recoins, et de pouvoir apprécier le mode de vie des gens de l’époque.

L’éducation telle qu’on la connait à de nombreux nouveaux outils à sa disposition, le futur risque d’être très intéressant !