Le projet Bac à sable

L’important est de créer une île de l’imagination au milieu de l’océan prosaïque du quotidien — John Kao

Tiers Lieu. D’emblée, quand je prononce ce mot, je vois mes interlocuteurs froncer les sourcils ou me demander de répéter le mot… et de m’expliquer. Selon la personne que j’ai en face de moi, selon sa patience et le temps dont nous disposons, j’ai développé plusieurs pitches au fil des mois. Ce n’est pas évident, car par nature, un Tiers Lieu a une définition mouvante.

Sur la plate-forme Movilab, le mot Tiers Lieux s’écrit avec un T et un L majuscule, et un X à la fin, au singulier comme au pluriel. Si elle est difficile à diffuser, cette écriture traduit bien la pluralité des lieux qu’un Tiers Lieux peut englober. Revue des futurs lieux de notre Bac à sable ;)

Un lieu partagé

Conformément à la définition de Ray Oldenburg, nous imaginons un lieu d’un genre hybride : ni simple bureau, ni maison, mais offrant un confort similaire. Un espace ouvert, dans lequel nous mettrons à la disposition des utilisateurs des services et équipements, et en premier lieu des espaces.

Le Bac à sable tel comportera différents espaces partagés entre les utilisateurs : espaces de convivialité, espaces de formation et d’événements, espaces d’accompagnement, espaces de coworking.

Un lieu de rencontres et de vie

Si Ray Oldenburg avait une définition plus large du concept de Tiers Lieu, le professeur de sociologie américain en lui en a surtout parlé sous l’angle de leur déclin, favorisé par la montée de l’individualisme et de la reine automobile. Ce déclin est d’abord celui des villes moyennes dont parle aussi Olivier Razemon dans son dernier livre.

Notre objectif, avec le Bac à sable, est de créer un lieu ancré et ouvert sur son territoire, qui accueillera un large panel d’événements et de services pour permettre aux personnes, professionnels ou particuliers, de se rencontrer et échanger dans une multitude de contextes différents et ainsi participer à l’animation du territoire.

Source : http://www.transitionfrance.fr/

Un lieu de Transition(s)

L’objectif du mouvement des Villes et territoires en transition, dans lequel nous nous inscrivons, est de préparer au mieux, à l’échelon local, la transition vers le monde d’après, un monde sans pétrole et durement affecté par le dérèglement climatique et toutes ses conséquences en matière sociale, économique, écologique…

En tant que lieu de transition(s), le Bac à sable accueillera des ateliers, formations, conférences… pour sensibiliser et former le plus grand nombre sur ces sujets. Il sera aussi un lieu de réflexion et d’action qui contribuera à la relocalisation et à la création d’activités économiques locales en lien avec cette transition. Comment ? Lisez la suite :)

Un lieu de (co-)création

Depuis cinq ans que je fréquente assidument des Tiers Lieux, j’ai régulièrement l’occasion de croiser nombre de travailleurs indépendants, salariés, freelances, voire slasheurs combinant plusieurs de ces casquettes.

Un Tiers Lieux, c’est à la fois un ensemble d’espaces définis, proposant des services ou équipements mutualisés, mais c’est aussi et surtout un espace suffisamment confortable et neutre pour que les utilisateurs se l’approprient au point d’y créer de nouveaux usages et projets.

Un lieu d’accompagnement

Le Bac à sable accueillera des porteurs de projets associatifs ou entrepreneuriaux à la recherche de partenaires, de conseillers, et/ou d’un espace dans lequel faire mûrir leurs idées et se lancer. Parmi les espaces fixes du lieu, nous prévoyons d’aménager un espace d’incubation et d’accompagnement à leur intention, dans lequel ils bénéficieront de toutes ces aides et d’outils pour monter et développer leurs projets. Un véritable bac à sable !

Un lieu de travail

Une fois son activité créée, l’entrepreneur se retrouve souvent seul. Sans réseau, sans contact avec le monde extérieur et d’autres personnes avec qui échanger et “challenger” ses décisions, il est difficile de progresser et d’avoir de nouvelles idées.

Freelance depuis 2007, j’ai parfois du mal à faire comprendre à des salariés pourquoi je quitte le confort de mon appartement et mes bas de pyjama pour me réenfermer comme eux dans l’open space d’un espace de coworking. Mais je le répète à l’envi : le coworking a sauvé ma santé mentale :) Comment ? Par les interactions qu’il favorise, le brassage des personnes et des activités, l’effet communauté aussi. Pour mieux comprendre, je vous laisse regarder cette vidéo — sans paroles mais très parlante — d’un espace de coworking américain… :)

Voilà, petite revue du projet terminée ! Vous voulez en savoir plus et nous rencontrer ? Nous organisons régulièrement des rendez-vous pour rencontrer et échanger avec les personnes intéressées par le projet, que ce soit en tant que partenaires, utilisateurs potentiels… ou simples ambassadeurs :) N’hésitez pas à nous faire signe ici ou sur les réseaux sociaux, ainsi que bien sûr à applaudir ou partager cet article. Merci d’avance et à très vite :)