La Parfumerie Alternative sonne le retour des beaux jours avec quelques nouveautés printanières.

Vendredi dernier se tenait chez Jovoy la journée Presse ouverte aux journalistes et aux blogueurs, l’occasion pour les marques de présenter leurs nouveautés et de nous parler d’elles.

En voguant d’une maison à l’autre au fil de cette journée, quelques rencontres ont retenu mon attention. Pour la première fois, à l’exception de L’Air du Désert Marocain, une création d’Andy Tauer m’a séduite. Non pas que ses parfums soient mauvais, bien au contraire, mais je n’accrochais jusqu’ici pas particulièrement à sa patte. Mais son tout dernier Noontide Petals, une variation sur le thème des floraux aldéhydés douce et printanière mérite qu’on s’y attarde. Le caractère un peu crissant des aldéhydes est adouci ici par un coeur floral crémeux (rose, jasmin, tubéreuse), sur fond plus baumé (vanille, santal, patchouli coeur).

J’aimais déja beaucoup les créations de Mona Di Orio dans l’ensemble, pour l’âme et la profondeur qu’elles dégagent, sensation à laquelle la qualité des matières premières n’est pas étrangère. L’échange avec Jeroen Oude Sogtoen, le “double” de Mona, (elle était le nez, lui le regard esthétique) m’a enthousiasmée puisqu’il m’a permis de découvrir une fragrance qui sortira à la rentrée 2013. Outre L’Eau Absolue dévoilée récemment par la marque, un hommage au Sud à travers des consonances plutôt vertes et fraîches, un peu épicées, qui fait la part belle aux notes arômatiques du basilic, une prochaine fragrance devrait voir le jour en septembre ou octobre prochain. Il s’agit d’un parfum composé par Mona pour Jeroen, autour d’un accord violette-tabac miellé, assez poudré, et très très joli. Je n’ai pas plus d’informations mais j’ai hâte.

Avis aux amateurs de fleurs blanches, le tout nouveau Gardez-moi de Jovoy devrait vous séduire. Il s’agit d’un gardénia composé par Bertrand Duchaufour, dont on retrouve l’empreinte fruitée dans les notes de tête. Plutôt vertes et aqueuses ici, avec un petit effet banane-acetate de benzyle, elles laissent la fragrance s’arrondir autour d’un bouquet floral blanc, (jasmin tubéreuse ylang ylang), très salycilates. Le fond plus baumé signe la composition d’un sillage tenace. Pour la petite histoire, le nom reprend celui d’un ancien parfum de la maison, sorti en 1926 durant cette époque de frénésie que furent les années folles. Contenu dans un superbe chat noir en cristal baccarat, ce flacon rarissime doit valoir aujourd’hui une sacrée somme aux enchères chez Drouot.

Le Printemps se fait enfin sentir, c’est donc l’occasion, depuis peu, de découvrir Caligna, une ballade dans l’arrière-pays grassois que nous propose l’Artisan Parfumeur. Tout à fait de saison, cette fragrance arômatique où la sauge sclarée est à l’honneur, nous entraine vers un univers boisé (grâce à cette matière première assez récente qu’est le chène), tout en sentant en chemin des effluves de jasmin et de figue. L’ensemble est assez à l’image de l’univers de la marque, bucolique et champêtre.

Originally published at mybluehour.blogspot.fr on December 13, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.