ILM et Magic Leap veulent faire entrer
“Star Wars” dans votre salon

Photo : Magic Leap / ILMxLab

La division recherche de la société d’effets spéciaux ILM et la start-up très secrète Magic Leap ont dévoilé un projet un projet de réalité augmentée basé sur l’univers de “Star Wars”.

Deux des sociétés les plus innovantes du monde de la tech viennent d’annoncer leur partenariat lors de la Wired Business Conference à New York.

La start-up Magic Leap, dont les très secrètes réalisations en réalité augmentée lui ont permis de lever 1 Md$, et ILM, société d’effets spéciaux aux manettes de la saga “Star Wars”, ont dévoilé leur prochaine collaboration.

Magic Leap travaillera avec ILMxLab, la division innovation de ILM créée en 2015, dans un laboratoire de recherche commun. Cette annonce a été lancée avec uns séquence de 55 secondes (voir ci-dessous) présentant l’incursion de l’univers “Star Wars” dans un salon tout à fait banal, grâce aux technologies Magic Leap (les images sont garanties sans trucages). Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’hystérie des geeks du monde entier.


Les nouveaux de 25 000 m² de Magic Leap, situés en Floride du Sud. (Photo : Miami Herald)

Magic Leap, la “start-up” la plus secrète au monde

Créée en 2010 dans une petite ville de Floride à l’est d’Hollywood, on ne sait que très peu de choses sur Magic Leap. La société, qui travaille sur des périphériques très secrets de réalité augmentée, avait pris ce court le monde tech dès décembre 2012, lorsque son fandateur Rony Abovitz avait donné une célèbre keynote à la conférence TEDx de Sarasota habillé… dans un costume de cosmonaute.

Depuis cette date, Magic Leap multiplie l’envoi de “cartes postales” au monde geek, généralement via de courtes vidéos très impressionnantes.

Depuis sa création, la société a levé plus d’un milliard de dollars auprès de géants de la production cinéma, ou des fonds d’investissements de la Silicon Valley. Levant depuis peu un coin du voile sur ses activités, la société avait permis fin 2015 à la MIT Technology Review, puis en avril dernier au magazine américain Wired de pénétrer dans ses locaux pour y réaliser une enquête.

Like what you read? Give Christophe Greuet a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.