VR : the media are crazy about virtual reality !

Since 2014, the main media publishers in the US are all thinking about it : “How can we pick the VR train with an original content ?”. With the forthcoming release about new headsets like Oculus Rift, Samsung Gear VR, PlayStation VR and the popularity of low-cost Google Cardboard, the vortual reality news is everywhere. Why ? What are the contants produced ? Who are the key players ? Here are a few replies.

Par Christophe GREUET, editor-in-chief of LA PRESS TECH.co

THE CONTEXT

La réalité virtuelle, ou VR pour les intimes, va-t-elle bouleverser le monde des médias ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais de très nombreux titres majeurs de la presse américaine ont déjà mordu dedans avec avidité. La popularité du très bon marché Google Cardboard, et l’arrivée début 2016 de casques plus sophistiqués tels que l’Oculus Rift ou de la Playstation VR de Sony ne font qu’aiguiser encore l’appétit des éditeurs.

Le lancement public, ce week-end, de l’application dédiée du New York Times, NYT VR (que le quotidien présente comme une “innovation équivalente à la première photographie publiée par le NYT, et affirme qu’elle connaît plus de succès que toutes les autres applis du NYT), a remis un coup de projecteur sur le phénomène le plus hype du moment dans les médias. Comme le montre un long article du Nieman Lab, on ne compte déjà plus les éditeurs qui se lancent, avec des succès divers, dans le phénomène.


La publication, en mai dernier, d’un film immersif sur la crise Ebola par l’émission Frontline de PBS a donné le coup d’envoi à l’engouement. Quelques mois plus tôt, le pure-player Fusion proposait déjà une “expérience” sur le drame de Ferguson, et Vice News a produit, dès janvier 2015, le tout premier film d’actualité 360 sur les marches de protestation des New Yorkais contre la violence policière. L’éditeur prépare d’ailleurs son appli dédiée. S’ajoutent le New Yorker, qui a lancé en septembre une application permettant de lire un journal virtuel, un film du Wall Street Journal sur le ballet de New York, ou la diffusion par CNN du débat des primaires démocrates sur les casques Samsung Gear VR ! Enfin, l’agence Associated Press propose une page présente les suites d’hôtels les plus luxueuses au monde. Même le Nasdaq a lancé sa propre application, qui permet de “naviguer” sur la courbe des cotations comme si l’on était sur des montagnes russes…

La popularisation de la réalité virtuelle n’est toutefois pas sans poser de problèmes aux plus rigoureux de la profession. Le choix de sujets souvent dramatiques de l’actualité pourrait en effet, selon eux, provoquer une distorsion dans la perception de l’utilisateur par l’effet submersif du format, voire l’exposer à des images d’une grande violence. Des questions de droit à l’image sont aussi soulevées. C’est pourquoi la Online News Association, qui étudie les mutations du journalisme à l’heure du digital, propose d’inclure un chapitre sur la VR dans son projet “Build your own ethics code”, un appel à contributions pour la création d’un code de déontologie 2.0 de la profession.

Reste enfin à voir si, au-delà de l’effet de mode, le journalisme VR a réellement un avenir. Les plus anciens se souviendront ainsi de l’engouement similaire créé, à la fin des années 90, par le format VRML (qui allait le HTML avec des fonctionnalités de réalité virtuelle), avant de disparaître quelques mois plus tard comme un feu de paille..

(First published in La Press Tech #010, november 12, 2015)