La Recrue
La Recrue
May 15, 2017 · 3 min read

Par Mélina Bernier

voyez le dire s’arrêter un midi de brumes sacrées.
voyez-moi dans l’étendue de l’aphasie.
voyez-moi devant moi, sans appui.

Jean-Philippe Chabot propose un texte aux multiples ancrages narratifs avec des sauts dans le temps : souvenances de jeunesse, ces expériences de vie se racontent et forment un témoignage entremêlé de réflexions sur la transmission de l’héritage ; familial, catholique, face à l’effritement de repères tangibles. Ce récit poétique tente, par de multiples allers-retours, d’aborder un lieu où éprouver « l’existence du corps » contre l’absence et la disparition.

Comment finissent les arbres, le titre du premier recueil de Chabot, peut être lu comme une démonstration « voilà comment finissent les arbres… » ou une question en suspens. À la lecture des poèmes ressemblés dans ce livre fondé sur une recherche existentielle, on comprend que les arbres recèlent l’idée de la mort du Christ en croix, soit potentiellement tous les hommes ou l’homme « ordinaire » du recueil. Métaphore du spectacle de la violence, la crucifixion est aussi l’image la plus vue du christianisme, cette religion omniprésente dans le Québec prémoderne (avant la rupture) :

nos histoires
cristaux d’oubli — ce que nous devenons
– narguent l’humus des siècles leur persistance
immatérielle tremble comme la croix
du Christ dans la beauté caduque

Ainsi l’arbre se transforme-t-il en instrument de torture. Or, l’aubier contient les cellules vivantes de l’arbre, sources de nouvelles croissances. Ainsi naissent de l’humus de la terre les revenaces « où se prolongent les arbres ». Il faut donc raconter pour avancer et savoir regarder ce qui précède nos pas pour entrevoir l’espace où s’appuyer et continuer à marcher :

sans chercher au-devant
de moi la réponse
je marcherais

À la manière du livre des psaumes, le recueil contient cinq parties numérotées (Revenances I, II, III, IV, V) qui correspondent chacune à des épisodes de vie. Ces courts récits, hachurés comme fonctionne la mémoire, retracent des événements, non sans humour et tendresse, de la vie du narrateur, qui se confond, par l’intimité des propos (complétés par quelques illustrations qui rendent la lectrice et le lecteur complices des histoires racontées), au poète. Les six autres parties (Catéchèse, Croix de bois, Baptêmes et processions, Aubier fugace, Promis, juré, Entrées en matière) tissent la toile de fond sur laquelle ces « revenants » ou souvenirs s’appréhendent : par le retour, la récapitulation et le saisissement des images qui les mettent en lumière.

je ne prendrais
pas trop de place
juste ce qu’il faut
pour me réfugier
dans une prière
ou dans un jeu

Comme Hector de Saint-Denys Garneau, Chabot semble échanger une parole contre des « jeux d’équilibre » grâce auxquels, par bonds ; « pépites d’or dans le gué », quitter l’aphasie et le mutisme pour rejoindre les rives d’une vie vraiment incarnée dans des pas qui seraient les siens.

Il y aurait encore beaucoup à dire tant ce texte est foisonnant, mais on risquerait de perdre le lecteur. Mieux vaut le laisser découvrir ce premier recueil de Chabot, très personnel. Peut-être l’usage de l’italique alourdit-il la lecture et la fin du recueil ne nous permet-elle pas de refermer le livre sur ce qu’on a senti de plus fort en le lisant, mais Comment finissent les arbres touche une cible : regagner « le fleuve de ma transcendance », il le faut.


Bibliographie
Comment finissent les arbres
Jean-Philippe Chabot
Les Éditions du Noroît
144 pages

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

La Recrue

Written by

La Recrue

Vitrine des premières oeuvres littéraires québécoises

La Recrue

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade