La Recrue
La Recrue
Oct 15, 2017 · 2 min read

Par Joelle Pelletier-Nolet

Le premier roman de Catherine Eve Groleau publié aux Éditions du Boréal, Johnny, aborde des sujets assez sombres et difficiles à traiter. Écrire sur des thèmes comme la violence conjugale, la criminalité, la crise identitaire et le divorce est un défi de taille et c’est pourquoi j’avais très hâte de découvrir ce livre.

L’histoire rassemble, dans les années 60–70, Johnny, d’origine amérindienne abénaquise, qui a quitté la réserve où il a vécu toute sa jeunesse pour Montréal, et Valentine, qui n’en peut plus d’étouffer dans la misère d’un petit appartement du quartier de Ville-Émard. Ils se rencontrent dans un concours de « Miss Hot Pants » où la très jeune Valentine, avec ses cheveux blonds, ses yeux bleus, sa taille et ses jambes de mannequin, gagne le concours. Lui, il est différent des autres gars qui roulent leurs jeans et qui portent des vestes en cuir. Ses cheveux noirs et son teint mat le font passer pour un Italien, ce qui lui rend service pour travailler auprès de Jimmy, un gars qui a organisé sa propre petite pègre.

Puis vient le mariage, la maison, les enfants et le divorce après quelques mensonges en trop. Il faut tout recommencer, se construire une nouvelle vie, et ce, à quelques reprises tout en essayant de protéger les enfants. Cette histoire pèse lourd, car elle n’est pas jolie et n’a pas de fin heureuse. En fait, on pourrait même dire que c’est une histoire sans fin, car la vie poursuit sa course à travers les enfants qui vieillissent et qui cherchent, tout comme leurs parents qui ont tenté de la trouver toute leur vie, la meilleure façon de sortir leur épingle du jeu.

Même si le livre est relativement court, la narration un peu décousue à la troisième personne du singulier ralentit le rythme de la lecture. Elle ne décrit que les actions des personnages et non leurs émotions. Et si on comprend que l’un est fâché ou que l’autre a de la peine, on ne le ressent pas, car le style d’écriture est froid et distant. Ainsi, les différents thèmes de ce roman sont abordés d’une manière détachée, mais sans détour, ce qui peut parfois choquer.

Enfin, l’auteure a certainement voulu faire réagir en ne donnant aucune place au bonheur et en utilisant toutes les pages de son livre pour montrer la force et la résilience des gens considérés « différents » face à toutes les difficultés rencontrées. Les lecteurs et les lectrices ne pourront que prendre conscience de tout le chemin qui a été parcouru pour que nous puissions vivre dans le bonheur et l’aisance que nous connaissons aujourd’hui.


Bibliographie
Johnny
Catherine Eve Groleau
Éditions du Boréal, 2017
208 pages

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

La Recrue

Written by

La Recrue

Vitrine des premières oeuvres littéraires québécoises

La Recrue

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade