La Recrue
La Recrue
May 15, 2012 · 3 min read

Avec Le dormeur accompagné de son ombre blanche, Jean-François Bernier propose un livre énigmatique comme les rêves dont il tente de saisir l’évanescence. Projet ambitieux et au paradoxe intéressant : peut-on vraiment fixer ce qui fuit avec la raison? L’expérience de lecture ne répond pas à la question, mais la souligne à gros traits, puisque nous cherchons des indices et essayons de reconstruire un sens comme lorsqu’on note des rêves dans un calepin. Pour ainsi dire, le recueil de Bernier a donc les défauts de ses qualités : il peine à éviter un piège qui se pose souvent lorsque la poésie joue avec ses propres paradoxes.

Ce piège, c’est l’abstraction. Loin d’être interdits en poésie, les mots abstraits méritent une prudence voisine de la méfiance. L’amour, la mort, le deuil et la liberté, pour ne nommer qu’eux, sont des concepts qui peuvent rester creux lorsqu’ils sont énumérés sans être portés par un projet, une image ou une expression qui les rendent indispensables. Laissé seul à lui-même, l’amour n’est pas donné, pas plus que la mort; personne n’est en deuil, personne ne se libère. Dans le cas du recueil de Bernier, ce type de mots se lit à tous les poèmes, parfois à tous les vers. Dans quelques lignes seulement se trouvent la lenteur, la patience, la mémoire, les visions, la lumière, les ruines, l’infini et cette obsession des poètes qu’est le silence. Ces mots créent sans doute l’effet voulu, celui d’entourer le projet d’un mystère important et d’offrir au lecteur la totale liberté d’imagerie, mais l’abondance de ces abstractions rend à quelques reprises l’évocation caduque et oblige le lecteur à tenter en vain de traverser une lourde « ombre blanche » qui, au final, ne fait que simuler la part d’impénétrable plutôt que de l’exprimer. Il en va de même avec certains passages, comme les nombreux titres, qui nous offrent des énigmes plus ou moins convenues auxquelles les poèmes ne donnent que des indices insaisissables.

Ce recueil a néanmoins la force peu négligeable de donner de nouvelles couleurs à ce qui se fait en poésie aujourd’hui. Effectivement, Jean-François Bernier fait dans un lyrisme certain et dans la description de paysages. Toutefois, le sujet du poème réussit à garder une distance intéressante, voire troublante, avec ce qui est écrit, faisant en sorte que le déjà-vu est la plupart du temps évité, notamment grâce à un bon nombre de figures qui se déplacent à l’intérieur d’une multitude de lieux. Paradoxalement, ce second abus ne dérange pas, car il s’accorde avec cette voix retenue et distante qui place au centre du recueil son propre mystère : « Le dormeur accompagné de son ombre blanche / remplie des allées de son voyage / et des murs repliés de son jardin / il recommence un lendemain d’oiseaux / nouveaux dans la blancheur du ciel / […] mais pour retrouver le mot de son destin / le voilà à nouveau dans la chambre vide / il s’apprête à déplacer la position de son ombre ». L’expression « mythologie personnelle » inscrite en quatrième de couverture définit bien ce langage parfaitement cohérent avec l’errance, effectuant de nombreux retours et retournement dont la monotonie évoque le rythme lent et vaporeux du sommeil. Ainsi, le recueil de Bernier déconcerte et se lit à petites doses, question de se laisser glisser dans ces rêves et des les épurer pour n’en laisser qu’une voix. Malgré quelques embuches, Jean-François Bernier réussit tout de même son pari.

Bibliographie
Le dormeur accompagné de son ombre blanche
Jean-François Bernier
L’Hexagone, 2011
88 pages

Site de l’éditeur : http://www.edhexagone.com

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

La Recrue

Written by

La Recrue

Vitrine des premières oeuvres littéraires québécoises

La Recrue

La Recrue

Vitrine des premières œuvres littéraires québécoises

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade