Cuba: Dernières directives pour Obama

Seulement trois mois avant la fin de son mandat, Barack Obama a présenté une directive présidentielle afin que la normalisation des relations entre Cuba et les Etats Unis se consolide mais aussi pour que les avancées réalisées deviennent irréversibles, afin qu’un retour un arrière soit impossible pour tout nouveau président.

Cette directive présidentielle de la politique sur la normalisation des relations entre les Etats Unis et Cuba englobe tout le gouvernement afin de promouvoir le compromis pour que l’ouverture cubaine devienne irréversible.

Ce document, publié après la nomination de Jeffrey DeLaurentis comme premier ambassadeur pour Cuba depuis 50 ans, résume les actions réalisées depuis l’annonce de normalisation des relations du 17 décembre 2014 et définit également les objectifs prioritaires de ce processus en définissant les responsabilités de chaque ministère.

Selon le journaliste Peter Kornbluh, Obama « lance sa dernière offensive pour promouvoir et consolider son initiative de normalisation et garantir que Cuba fait partie de son héritage. ».

Obama reconnaît qu’il existe toujours des désaccords entre Washington et La Havane, principalement sur la démocratie et les Droits de l’Homme, cependant selon lui la communication est le meilleur moyen de les aborder et de faire progresser la situation.

Le gouvernement américain a également annoncé une série de mesures, qui entreront en vigueur le 17 octobre, afin d’assouplir les relations avec l’île , notamment dans les domaines scientifiques, l’infrastructure et le commerce.

En effet, ces mesures permettront l’importation, la vente et la distribution de médicaments cubains aux Etats Unis mais également la participation des américains à la recherche scientifique, dans un but commercial, aux côtés des cubains qui bénéficieront de bourses et subventions.

De plus, les américains pourront offrir des services de « développement, réparation et d’entretien et améliorer des infrastructures cubaines » qui bénéficient directement au peuple de l’île.

La limité monétaire (400 dollars) de ce que les voyageurs américains peuvent importer de Cuba sont également éliminées, notamment pour l’alcool et le tabac.

L’objectif de ces mesures est d’éliminer une sanction qui a rendu difficile, pendant des années, le commerce international avec l’île, en effet, aucun navire cubain ne pouvait entrer dans un port américain.

Obama intenta blindar su legado en Cuba - 14 octobre 2016