SALVADOR : LA GUERRE DÉCLARÉE ENTRE LA POLICE ET LES PANDILLAS, LA PSYCHOSE S’INSTALLE.

Au Salvador, les attaques des « gangs » envers la sécurité civile n’ont cessé d’augmenter début 2016. Le conflit n’est pas nouveau mais ce dernier est devenu hors de contrôle et a dépassé le stade de la menace, on parle désormais d’une véritable « guerre ouverte ».

Les « pandillas » ont effectivement décidé de se défendre vis à vis de la police salvadorienne et ce en réponse à une opération décisive organisé l’année passée par le gouvernement.

Ainsi, en 2015, le nombre d’agents assassiné a quasiment doublé, faisant plus de 60 victimes. Par ailleurs, la plupart des attaques se font en dehors des heures de travail, incluant donc les familles des policiers qui deviennent à leur tour des cibles potentielles. Selon des experts en « pandillas », ces actes de vengeances et de représailles « ont réussi à provoquer une paranoïa à l’intérieur de la police ».

D’une manière plus générale, El Salvador détient en 2015 le taux d’homicide le plus haut en dehors des zones de guerre, avec 103 assassinats pour 100 000 habitants.

Cependant ces évènements ne sont pas sans conséquences sur l’émigration. En effet, la violence du pays centroaméricain à amener des milliers de salvadoriens à migrer directement vers les Etats-Unis. Cela pose évidemment problème pour les USA qui ont décidé de prendre des mesures immédiates pour aider les victimes de la violence du Salvador mais aussi d’Honduras et du Guatemala.

Quant au gouvernement d’El Salvador, il voit la solution dans la mise en cohabitation des populations avec les délinquants. Le ministre de la justice et de la sécurité Mauricio Ramirez Landaverde affirme par ailleurs que la solution se trouve dans la formation et par-dessus tout dans la démonstration que le gouvernement est fort et ne tolérera plus d’attaque de ce genre.

Ainsi, les autorités ont décidé de transférer 342 chefs de gangs déjà incarcéré vers des prisons de sécurité maximale où ils resteront isolés.

Seulement, le risque reste la réponse des « pandillas » qui ne lâcheront sûrement pas l’affaire. Finalement, la situation peut-elle s’empirer et finir en guerre civile ? En tout cas, la ville de Sonsonate (Sud-Ouest d’El Salvador) connaît cette année une baisse de son nombre de victimes assassinés : 305 en 2016 contre 344 en 2015, l’avenir reste donc à écrire.

Sébastien Garraway

Sources:

ELSALVADOR.COM
« Pandillas declaran la guerra a los policías », 13 avril 2016, http://www.elsalvador.com/articulo/sucesos/pandillas-declaran-guerra-los-policias-109280
« Ministro de Seguridad dice que violencia va a la baja en Sonsonate », 19 septembre 2016, http://www.elsalvador.com/articulo/sucesos/ministro-seguridad-dice-que-violencia-baja-sonsonate-125797
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.