Le Brésil prudent suite à la victoire de Trump

Michel Temer, président brésilien, a tenu à minimiser l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, affirmant que cela n’aura aucune conséquence pour le Brésil en ce qu’ils entretiendront une simple relation d’Etat à Etat, lors d’une interview à la radio. Il a également rappelé que les liens unissant les deux pays relèvent surtout du domaine commercial en insistant sur le fait que les Etats-Unis sont le deuxième partenaire commercial du Brésil et que les liens en sont restés là, à cause de la crise politique que traverse le pays.

José Serra, ministre des affaires étrangères, avait quant à lui déclaré en mai dernier, après sa prise de pouvoir, qu’une victoire de Donald Trump serait un cauchemar et qu’il ferait la sourde oreille à ce résultat. Il s’est montré maintenant plus modéré disant « qu’il faudra faire preuve de bon sens et agir pour l’intérêt commun ».

L’arrivé au pouvoir de Donald Trump illustre la monté d’une nouvelle forme de politique, qui inquiète le Brésil : une politique basée sur la haine des politiciens traditionnels. Cela a été mis en avant par l’élection de João Doria en tant que maire de São Paulo, la plus grande ville brésilienne. Cela est également illustré par le cas du conservateur Jair Bolsonaro, un ancien militaire, qui est le quatrième sujet le plus recherché sur Google à cause de ses dérapages, ses discours xénophobes et de son activité sur les réseaux sociaux. Bolsonaro, candidat aux présidentielles de 2018, a félicité Donald Trump pour son élection, en postant le tweet « C’est celui qui fait face à tous, qui gagne. En 2018 le résultat sera le même ». Ce tweet a d’ailleurs été l’un des tweets les plus partagé de la semaine.

Source : El Pais

http://internacional.elpais.com/internacional/2016/11/10/actualidad/1478737855_344390.html

!��ZR��%

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.