Le Costa Rica demande l’aide de l’ONU dans le cadre d’une importante crise migratoire

A l’occasion de la 71eme Assemblée générale des nations Unies à New-York, Luis Guillermo Solis, actuel président du Costa Rica, a demandé le respect mais aussi la protection des droits humains des réfugiés et des migrants. En effet, le Costa Rica ainsi que de nombreux pays d’Amérique Centrale font face actuellement à une arrivée massive de cubains, centroaméricains, asiatiques, africains mais aussi haïtiens. On estime que plus de 9000 migrants ont traversé la frontière au Costa Rica selon son président. Ces ressortissants souhaitent se rendre aux Etats Uns mais n’ont pas d’autre solution que de traverser la frontière entre le Costa Rica et le Panama principalement.

Les réfugiés doivent être accueillis dignement car ils font face à la guerre, aux désastres naturels ainsi qu’aux déplacements internes causés par le changement climatique. Tout ceci affecte leur environnement et les force à quitter leur pays. Il semble donc naturel qu’il puissent bénéficier de meilleures conditions de vie, d’infrastructures de santé et d’éducation que dans leur pays d’origine. La suprématie de la personne humaine, le respect des droits et devoirs des hommes sont prédominants sur le matériel et doivent être le leitmotiv de nos sociétés contemporaines. Les moyens de communication ainsi que les discussions internationales n’ont pas permis la prise en compte totale des dramatiques arrivées de migrants aux frontières de nombreux pays d’Amérique Centrale. De plus, les institutions costaricaines sont un exemple dans le domaine de l’aide humanitaire ainsi que dans la recherche d’une migration encadrée et régulière, en accord avec les droits de l’homme.

Les mots d’ordre de ce sommet de New-York semblent être « unité » et « humanité » afin d’atteindre un plus grand consensus dans la gestion et l’accueil des migrants. Comme l’a précisé le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, une politique migratoire commune ainsi qu’une collaboration étroite entre les différents acteurs concernés par la crise migratoire sont donc nécessaires. Le rattachement de l’ONU avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) est un exemple à suivre dans la création d’institutions facilitant l’encadrement des politiques migratoires à l’échelle internationale.

Afin de trouver une solution durable à ces défis migratoires, le Costa Rica et le Panama tiendront un sommet sur la crise des migrants en octobre prochain. Un accord pour la mobilité humaine devrait voir le jour.

Presidente de Costa Rica pide proteger los derechos humanos de los refugiados. El Pais.cr, 20 septembre 2016 http://www.elpais.cr/2016/09/20/presidente-de-costa-rica-pide-proteger-los-derechos-humanos-de-los-refugiados/

Autres sources : Costa Rica se suma a llamado de ONU para encontrar soluciones desafios de migraciones. El Pais.cr, le 19 septembre 2016 http://www.elpais.cr/2016/09/19/costa-rica-se-suma-a-llamado-de-onu-para-encontrar-soluciones-desafios-de-migraciones/

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.