L’Equateur vend ses actifs pour financer la reconstruction

Après le récent tremblement de terre qui a dévasté la côte nord du pays, l’Equateur cherche des liquidités pour faire face au coût de la reconstruction. Le président Correa a annoncé son intention de vendre des actifs publics et d’ouvrir le capital de compagnies publiques au secteur privé.

Le tremblement de terre du 16 avril, d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter, a provoqué 660 morts sur la côte nord, mais il a aussi détruit nombre d’infrastructures; la reconstruction coûterait, d’après les estimations, entre deux et trois milliards de dollars.

Pour financer les travaux, l’Etat a besoin d’argent. Le président Rafael Correa a annoncé samedi 30 avril la privatisation d’un certain nombre d’infrastructures et d’entreprises:

  • Le barrage hydroélectrique Sopladora, achevé à 98%, d’une capacité de 487 mégawatts, couvrira 13,9% de la demande nationale. Il est estimé à 900 millions d’euros et serait vendu.
  • Deux canaux de télévision, TC et Gama, saisis en 2008 pour fraude bancaire, ont une valeur de patrimoine de 50 et 25 millions respectivement, mais ils sont sur le marché depuis quelque temps et ne trouvent pas preneur: les anciens propriétaires menacent les candidats de leurs foudres.
  • La deuxième banque du pays, Banco del Pacífico, est passée sous le contrôle de l’Etat après la grave crise financière de 1999. Son patrimoine s’élève à 525 millions de dollars, mais ses actifs dépassent les 5 milliards.
  • La compagnie aérienne TAME, qui aura besoin d’une injection de capital, pourrait également être vendue.
  • Fabrec, entreprise publique de textile et chaussures, qui équipe notamment la police équatorienne, sera aussi mise sur le marché.

D’autre part, deux compagnies stratégiques, dans les télécoms et le transport maritime d’hydrocarbures, feront l’objet d’une ouverture du capital à hauteur de 49%, dans le cadre d’alliances public-privé:

  • La Corporation Nationale de Télécommunications, CNT, publique depuis 2010, détient 8,4% du marché de la téléphonie mobile et 86% de celui de la téléphonie fixe.
  • La Flopec, Flotte Pétrolière Equatorienne, est une société de transport d’hydrocarbures créée en 1972 sous la forme d’une société mixte en association avec une compagnie japonaise. Elle a été nationalisée en 1978.

Le président équatorien espère ainsi réunir plusieurs centaines de milliers de dollars pour faire face aux besoins du pays.

Sources complémentaires:
El Estado venderá hidroeléctrica Sopladora, Banco del Pacífico y canales incautados para costear reconstrucción tras el terremoto, El Comercio, 30/04/2016
Correa evalúa vender activos del Estado para hacer frente a los gastos por el terremoto, El Mundo, 1/05/2016

Initialement publié sur Hispanioo, le 2 mai 2016

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.