GRAND SIMULACRE AU SALVADOR !

Ce lundi 10 octobre 2016 était fêté les 30 ans du tremblement de terre de magnitude 5,7 qui a fait plus de 1500 mort et 200 000 victimes non loin de la capitale San Salvador.

Le tremblement de terre d’octobre 1986 à profondément touché le Salvador. En effet, il a provoqué l’effondrement de plusieurs immeubles dont des bureaux du ministère et l’endommagement de 4 hôpitaux sur 6.

C’est donc par un élan de solidarité que le gouvernement a décidé d’inaugurer pour l’occasion le “Grand Simulacre National”. En d’autres termes le pays va simuler les circonstances d’une catastrophe naturelle afin d’évaluer sa propre capacité à faire face à des tremblements de terre mais aussi à des tsunamis.

155 000 personnes y auront participé. Par ailleurs, parmi les acteurs du système on pouvait retrouver des institutions gouvernementales et non gouvernementales, des entreprises privées, des écoles et bien sûr des hôpitaux (soit environ 500 entités).

Il s’agit du Système Nacional de la Protection Civile qui était à la tête de l’événement et tenait ses objectifs dans une devise qui est “C’est possible de nous préparer avant qu’un tremblement de terre ou un tsunami se déclare”. Ainsi, le simulacre aura commencé à la première heure de la matinée avec des activités prévues durant la journée dans les différents postes.

Les premières vérifications se sont tournée sur le travail du groupe “USAR” (Busqueda y Rescate Urbano) chargé d’encadrer les victimes prisent au piège lors de catastrophes.

De plus, l’exercice comptait sur la présence d’observateurs internationaux qui avait la responsabilité de vérifier à leur tour si le Salvador est effectivement une nation bien préparée à une éventualité de ce type.

Sébastien Garraway

Sources :
“155,000 personas participarán en gran simulacro nacional en el Salvador”, La prensa grafica, 9/10/16, por ACAN-EFE.
http://www.laprensagrafica.com/2016/10/09/155000-personas-participaran-en-gran-simulacro-nacional-en-el-salvador
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.