Une nouvelle politique migratoire pour l’Argentine

Le gouvernement argentin prépare actuellement un décret pour renforcer les contrôles aux frontières.

Ce décret vise une modification de la règlementation de la loi sur la migration, afin que celle-ci atteigne une meilleure efficacité. Cette initiative provient des ministères de Sécurité et de l’Intérieur, desquels dépendent le ministère de Migrations mais également le Registre National des Personnes.

Le président Mauricio Macri a montré sa volonté de “permettre aux gens honnêtes et pas aux délinquants ” l’entrée et le séjour sur le territoire. Il veut ainsi créer une police migratoire ayant une capacité d’investigation des réseaux de trafic d’hommes, de drogue, mais aussi du terrorisme aux frontières. De plus, une juridiction migratoire spécialisée verra le jour, avec des juges et des procureurs dédiés exclusivement aux causes liées aux délits migratoires (ce qui “décongestionnera” les juges ordinaires, qui jusque là s’occupent de ces cas).

Les principaux objectifs du décret sont les suivants: tout d’abord, davantage d’investissement dans les infrastructures aux passages de frontière (qui n’ont pas eu droit à des travaux d’amélioration depuis 2002), pour ainsi renforcer les contrôles. Ensuite, une rénovation informatique et une amélioration du système de connectivité permettant de détecter les antécédents pénaux et les demandes de capture des entrants. Pour cela, un logiciel spécialisé d’information anticipée des passagers terrestres sera mis en place. De plus, les questionnaires seront plus strictes par rapport aux motifs d’entrée dans le pays: hébergement, travail, études, tourisme… Enfin, les expulsions d’immigrants irréguliers seront accélérées, et davantage de centres de rétention avant la déportation seront habilités.

Rappelons que l’Argentine compte presque 9500 km de frontière, dont 5000 avec le Chili.

Si en 2016 le budget du bureau de Migration était de 1,7 milliards de pesos (environ 104 millions d’euros), il sera de 2,2 milliards de pesos en 2017, ce qui équivaut à une augmentation de 30 millions d’euros.

Cette mesure fait polémique au ministère de l’Intérieur argentin, car elle irait à l’encontre des pays des accords en vigueur avec les pays du Mercosur.

Sources:

El Gobierno prepara un decreto para endurecer los controles migratorios, Clarín, 13/11/2016 http://www.clarin.com/politica/Gobierno-decreto-endurecer-controles-migratorios_0_1685831570.html

Buscan crear una policía migratoria para reforzar el control fronterizo, La Nación, 01/11/2016, http://www.lanacion.com.ar/1952214-buscan-crear-una-policia-migratoria-para-reforzar-el-control-fronterizo

Like what you read? Give Bianca Poullain a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.