Machiavel et le Change Management

Machiavel est souvent considéré comme un conseiller impitoyable et peu scrupuleux, mais à y regarder de plus près, il est évident qu’il avait un vrai point de vue sur la gestion du changement et la difficulté d’engager l’innovation.

Traduction de l’article de Emma Loftus dans son blog “Heart of the Art”

Sur le nouvel ordre des choses Machiavel écrit ;

“Et il faut noter qu’il n’y a pas matière plus délicate à prendre en main, ni plus dangereuse à conduire, ni plus douteuse dans son succès, que de prendre en charge le changements. Car celui qui innove aura pour ennemis tous ceux qui sont bien placés sous l’ordre actuel des choses, et en soutien seulement les partisans tièdes de ceux qui pourraient être mieux placés dans ce nouvel ordre. Ce tempérament tiède provient en partie de la peur des adversaires qui ont les lois de leur côté et en partie de l’incrédulité de l’humanité, qui n’admettront jamais le mérite du nouvel ordre des ch, jusqu’à ce qu’ils l’aient prouvé par les faits.”

Ou encore ;

Il faut considérer qu’il n’y a rien de plus difficile à réaliser que d’initier un nouvel ordre de choses.

Pour ceux qui tentent d’introduire un “nouvel ordre de choses” dans les systèmes, les mots de Machiavelli écrit en 1510, résonnent de façon remarquable. Il semble que rien ne change depuis 500 ans. Pour Machiavel et les dirigeants d’aujourd’hui, introduire le changement reste une occupation dangereuse qui génère une résistance, une opposition directe, une apathie. Lever ces résistances à un nouvel ordre de choses nécessite d’engager les publics concernés avec la culture de l’endroit où vous vous trouvez.

Rappelez-vous que le changement est un processus et non pas un événement !

Tous les systèmes vivants s’identifient selon leur expérience passée, cela signifie que le changement n’est pas seulement une menace pour l’ancien ordre des choses, mais aussi une anxiété liées à l’incapacité à comprendre le nouvel ordre des chose : Le changement crée nécessairement de la résistance .

Pour réussir, sa démarche de changement, vous avez a besoin de l’autorité*, de la ténacité et du courage de celui qui porte ce mouvement .

Jérôme Wallut — Associé ICP Consulting et auteur de “Patrons, n’ayez pas peur”

Merci Emma ;)

* « AUTORITÉ n. f. est un emprunt ancien (1119, auctorité) au latin auctoritas, dérivé de auctor, » … « auteur, responsable d’une œuvre (→ auteur). » — l’autorité vient de la capacité à “raconter l’histoire”, proposer un chemin, offrir une vision.