Du bon fonctionnement de la mémoire

Exercer sa mémoire

La mémoire désigne notre faculté de stocker des informations et d’y avoir accès lorsqu’on en a besoin. Comprendre comment se fait la mémorisation permet, de fait, de l’améliorer. D’après de nombreuses études, américaines notamment, on retiendrait :

10% de ce qu’on lit
20% de ce que l’on écoute
30% de ce que l’on voit et écoute
70% de ce que l’on dit
90% de ce que l’on fait

Tout ce que l’émetteur veut dire devient ensuite tout ce qu’il dit en réalité. Ce que l’auditeur entend. Ce qu’il comprend. Ce qu’il retient. Ce qu’il peut réutiliser. Ce qu’il peut restituer.

60% de l’information est oubliée dans les vingt-quatre heures si elle n’est pas « réenclenchée », d’où l’intérêt de la répétition et du partage pour éviter l’oubli.

L’oubli évite la surcharge d’un système de stockage qui a des limites. Oublier, ce n’est pas véritablement perdre l’information, c’est être capable de la retrouver au bon moment. Le souvenir fonctionne comme une reconstitution, re-création de l’information.

Le fonctionnement de la mémoire

En simplifiant un peu, on peut décomposer cette faculté en 3 étages : la mémoire à très court terme (MTCT), la mémoire à court terme (MCT) et enfin l.a mémoire à long terme (MLT).

Il existe aussi différents types de mémoires :

● La mémoire mécanique : le par cœur

● La mémoire affective : on retient mieux ce qui nous a touché, frappé

● La mémoire conceptuelle

● La mémoire sensorielle : La Madeleine de Proust en étant le meilleur exemple.

L’optimisation du fonctionnement de la mémoire requiert deux étapes incontournables.

Structurer l’information.
Cela consiste à comprendre l’information et à la relier à des connaissances déjà acquises. En d’autres termes, il s’agit de la mise en relation avec quelque chose que l’on connaît déjà.

Réactiver l’information. 
Répétitions et révisions sont nécessaires (au moins 3). C’est la réactivation qui encre l’information. Les informations sont associées aux lieux, aux sentiments, aux sons, aux odeurs.

Comment se souvient-on ?

L’information passe de la mémoire à long terme à la mémoire à court terme. Le passage du long terme au court terme est une transformation qui réactive l’information qui se met en mots.

Confronté à une question, le cerveau se demande s’il peut retrouver l’information. Puis, il a ensuite recours à un plan de rappel pour repenser l’information. Ce plan peut être de toutes formes : géométriques, alphabétiques ou par associations.

Plus l’élément a été rappelé, plus il vient vite à l’esprit.

Plus on mémorise, plus on apprend. Plus on apprend, mieux on apprend.

Il faut faire des liens : relier toutes nouvelles connaissances à d’autres.

Prendre plaisir à ses connaissances. Aimer ce que l’on fait.

S’approprier une information pour construire un raisonnement

On l’a compris, la répétition d’une information est cruciale. Pour bien mémoriser l’information il faut utiliser plusieurs codes :

  • Une répétition le jour même
  • Une répétition dans les vingt-quatre heures
  • Une répétition dans la semaine
  • Une répétition dans le mois

Objectif : s’approprier pour reconstruire. Il existe aussi des moyens mnémotechniques : la méthode des lieux, d’association, de l’élaboration dans l’image.

Et pour que rien ne vous échappe… Taskworld peut vous aider. L’application vous permet d’optimiser votre organisation, de plannifier vos journées et de gagner du temps, tout en restant serein.