HackEdu #2 : Comprendre ces personnes qui travaillent le week-end gratuitement au lieu de dormir et boire des coups avec les copains.

Avouons-le, c’est presque condescendant que de vouloir “Hacker l’éducation”, non ?

Comme si on était les premiers à vouloir le faire. Mais bon, fallait bien un titre accrocheur. Alors on prend le plus tendance, celui que les gens veulent lire, et on créé un évènement.

Mais derrière ce petit tour de passe passe de communication, nous n’avions pas que des “hackers” et tout ce que ce mot puisse laisser sous-entendre. Mais bien des personnes inspirantes, différentes et qui se bougent pour apporter un petit plus au monde qui a (malheureusement) besoin de #nuitsdebouts pour que ça avance.

Personnellement, moi ça me motive et me redonne foi (en quoi je ne sais pas) de voir des personnes qui prennent de leur temps pour venir brainstormer, échanger, discuter au lieu de boire des coups en terrasse et chiller au fond du canap en train de bouquiner ou de matter un nanard (même si on a aussi bu des bières au soleil sur la terrasse du 5ème).

Cela mérite donc d’être mis en lumière. Puis parce qu’ils ont réussi à me faire kiffer le fait d’avoir travaillé 102h la même semaine.

Pourquoi venir à l’HackEdu ?

“ Je voulais voir à quoi ressemblaient les personnes qui pensent comme moi.”

C’est ce qu’Alexandra m’a répondu quand je lui ai posé la question. Je ne vous dis pas la surprise quand elle a vu arriver Stéphanie habillée telle une boule à facettes. (“Autant le début du spectacle était rigolo, le petit côté maghrébin gesticulant n’était pas désagréable. Mais par la suite il a basculé dans une vulgarité terrifiante !” Gad’)

C’était aussi l’occas’ pour elle de faire un brainstorm rapide au lieu d’une veille qui dure 6 mois (si personnellement j’avais su plus tôt que ça existait, je n’aurais peut-être pas été m’exiler en Australie l’année dernière).

Mais LE truc qui fait déplacer tout le monde, c’est simplement parce que les gens sont stylés. Faut pas chercher midi à 14h. L’accessibilité et l’ouverture de chacun attirent. Ce n’est pas souvent qu’on peut s’asseoir à côté de quelqu’un et demander: “Salut. T’es qui ? Tu fais quoi ? Pourquoi à ton avis les grandes écoles parisiennes n’acceptent que des candidats post-prépa ? Tu penses qu’internet existera toujours dans 50 ans ?” sans passer pour un fou furieux.

Pourquoi l’éducation a besoin d’être hackée ?

C’est ce que Clément et Morgane de 360learning ont demandé à quatre des participants lors de leur série de podcasts “Portraits de Hacker”.

Ils ont quand même réussi à répondre à la question en moins de 3min, sujet sur lequel les politiques n’ont toujours pas trouvé de solution.

Arthur soulève le fait qu’il existe très clairement des points de blocage dans l’éducation (comme dans beaucoup de domaines). Que l’avantage d’un événement comme celui-ci c’est qu’il est ouvert à tout le monde et attire donc différentes professions et parcours qui réinventent et repoussent les limites du connu pour présenter à ceux qui ont les moyens, l’influence ou l’autorisation de faire bouger les choses dans ce domaine. (Merci à Paris&co, le CRI et la Ligue de l’enseignement).

Donc hacker l’éducation d’accord, mais pas tout seul avec ses croyances, mais bien tous ensemble, et avec un oeil neuf. Ok, c’est vrai que les salons sur l’éducation existent (rappelle toi au lycée quand tu as passé l’après-midi avec tes parents à tourner entre les stands), mais bon dieu qu’ils sont chiants.

Et si le problème était plus étendu que l’éducation elle-même ?

C’est en me baladant entre les différents groupes, que je me suis attardée sur ce que disait Véronique (notre tendre professeur à lunettes). Le fond du problème ce n’est pas forcément la rupture entre l’école et les familles, mais ce que les gens investissent et mettent comme espoir dedans. 
La censure familiale pour transmettre la culture est bien présente. On pourrait presque dire qu’il existe une soumission à l’éducation nationale. Y’a quand même certains élèves qui ne savent pas écrire ou parler leur langue maternelle à une cause d’une certaine forme d’obsession du franco-français. C’est à se demander ce que l’école génère pour que les parents eux-même s’auto-censurent.

Et les solutions dans tout ça ?

Mettre en lumière les failles, se plaindre et critiquer ne sont pas QUE les principaux défauts des Français (vous remarquerez que j’ai eu la délicatesse de ne pas mettre parisiens), mais bien un processus pour dégager un problème existant, et donc une solution utile et adéquate (comme quoi ça peut servir d’être relou). #leancanvas

Inspirer les profs à innover en mêlant leur passion et leur métier 
Créer une application qui permet de gagner du temps pour l’évaluation des élèves et pour mieux les connaître 
Une plateforme de partage entre professeurs 
Un youtube de l’éducation 
Réintroduire l’apprentissage en entreprise
Faciliter l’orientation scolaire 
Créer une école ouverte, technologique, créative et mobile

Vous voyez des idées, y’en a pleins.

Mais ce qui est sur, c’est que sans communication, vous pouvez avoir la plus chouette, innovante, époustouflante des idées, bah elle devient vite insignifiante. C’est pour ça que y’a des personnes comme moi et des boites comme Blaaast qui nous levons 1) le dimanche matin 2) pour soutenir ces projets et les diffuser à tous et pour tous. Et pour qu’elles soient sous les yeux des bonnes personnes, celles qui aideront les porteurs de projets à les réaliser. (Et dans ce cas précis, c’est aussi pour démystifier des termes comme “hack”, “lean canvas” et “prototypage”.)

“ Prof, un pied dedans, un pied dehors, c’est l’avenir pour vraiment hacker l’éducation.”- Véro.


Merci à toutes vos beautiful twisted hacking mind, votre accessibilité et à Steph et Aline sans qui ce #HackEduParis n’aurait jamais vu le jour.

— — — — — — —

J’écris comme je pense pour vous concocter une petite sélection inspirante de façons de penser et bonnes pratiques sur des sujets traitants de ma passion pour le vélo dans Paris. Non je déconne. Surprise.

Et accessoirement je couvre en live des événements et leur communication.

Don’t forget. You’re fabulous.

Morgane
Community Developer @Blaaast_co

https://mindset.blaaast.co/ Our beautiful twisted hacking mind. And others.

www.blaaast.co / Digital acceleration (Autrement dit, on utilise le digital et la co-création pour accélérer les organisations, et vous ?)

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Morgane Lmb’s story.