[La sélection du LAB] Précieux déchets : plus d’intelligence dans la gestion de nos ordures ?

( Reduce Reuse Recycle by Steve Snodgrass)

Améliorer le taux de tri et son efficacité, optimiser les collectes et la supervision… les acteurs de la gestion des déchets rencontrent de nombreux problématiques que des solutions numériques et basées sur la donnée se proposent de résoudre.

Des poubelles intelligentes pour inciter les individus

Afin de faire progresser le taux de tri, tendant à stagner ces dernières années, plusieurs entreprises jouent sur des aspects ludiques et/ou de récompenses.

Ainsi, la société Uzer a développé une poubelle et un boitier connectés qui nous donnent les bonnes consignes de tri, en scannant tout simplement le produit, et nous informe sur nos consommations et notre production de déchets via une application mobile. Au delà de ces aspects pouvant nous sensibiliser à une meilleure gestion de nos déchets, le système monétise également nos données de consommation à des marques partenaires pouvant alors nous cibler via des offres et autres réductions…

Le boitier Eugène by Uzer (http://www.uzer.eu/eugene-by-uzer/)

Autre mesure incitative, Terradona propose aux collectivités d’adapter des capteurs intelligents sur les conteneurs de tri. En se connectant via une application mobile, les usagers effectuant correctement leur tri peuvent alors recevoir des points convertibles en bon d’achat, et partagent au passage leurs données de manière active, ce qui permet à la collectivité, d’en savoir plus sur l’état de remplissage de ses conteneurs.(voir notre article détaillé)

Chez Eco ATM, ce sont nos anciens téléphones mobiles que l’on entend récupérer, via un réseaux de 300 guichets automatiques sécurisés capables d’identifier les modèles de téléphones et de les échanger contre du cash. Cela est possible en fonction de leur valeur marchande ou résiduelle. Cette solution vise notamment à améliorer le taux de recyclage des mobiles, qui n’était que de 10% en 2012 aux Etats-Unis.

Ecoatm.com, un message clair…

Ces initiatives s’adressent aux individus par l’intermédiaire d’équipements à l’aspect ”Gadget” connecté. Mais d’autres acteurs veulent étendre l’usage de la technologie embarquée à l’ensemble du processus de collecte.

Des chaines de traitement des déchets entièrement connectées

Reflet de notre consommation variée, nous ne remplissons jamais nos poubelles de la même manière jour après jour. Et pour les institutions en charge de la gestion des déchets dans nos villes, cette grande variabilité constitue un véritable défi et une source potentielle d’économie d’énergie, économique tout en préservnt l‘environnement ! De nombreux acteurs privés proposent alors leur services.

La société Data Pôle, experte en DATA mining et modélisation statistique, propose aux collectivités, industriels et opérateurs de traitement des déchets sa solution logicielle de gestion Prediwaste. Celle ci s’occupe du suivi et de la prévision de la collecte et du traitement des déchets. Un exemple classique de service d’utilité publique rendu, très souvent, par un acteur privé devenant au passage propriétaire des données qu’il traite.

Toujours dans cette idée d’équilibrer entre ramassage des déchets pré-identifiés, à la quantité réelle des ordures effectivement dans nos poubelles, les finlandais de Enevo proposent une autre solution de gestion. En plus d’une plateforme d’analyse prédictive, Enevo équipe les conteneurs de capteurs de remplissage, permettant de surveiller la quantité de déchets et de proposer des itinéraires de collectes optimaux pour les chauffeurs de camions à ordure. Cette récupération des déchets “au plus près des besoins” a par exemple permis de réduire de moitié le nombres de tournées de collectes à Anvers.

Un conteneur équipé d’un capteur Enevo (www.enevo.com)

Exploitant de nombreux centres de tri et de conditionnement, la société COVED à développé Nodus, un véritable Data Center qui prélève et traite des données tout au long de la chaîne de traitement : bacs et conteneurs RFID, itinéraires des camions, signalement d’incidents par les agents, demandes d’intervention par les citoyens via un application… De plus COVED met ses données à disposition de ses clients via un espace web.

Quid des acteurs à but non lucratif ?

En dehors de ces acteurs privés, qui parfois pallient au manque de compétence des collectivités en gestion technique des données, des initiatives plus institutionnelles existent néanmoins.

Aux USA, le projet Trash Track du Senseable City Lab du MIT a pu équiper de puces RFID près de 3 000 déchets, afin d’analyser leur parcours de recyclage en temps réel. Un dispositif qui a pu déceler des incohérences dans l’efficacité des processus de recyclage, notamment en raison de très grandes distances (1 500 km !) parcourues par certains déchets. Un bon exemple d’exploitation de données au service d’une meilleure intelligence dans la gestion des déchets.

Au Brésil, l’absence d’un système de recyclage formel efficace a conduit de nombreuses coopératives locales à prendre le relais. Forage Tracking, une autre initiative universitaire, entend accompagner ces acteurs informels qui collectent les déchets recyclables pour les revendre aux industries concernées. Elle leur propose ainsi des outils de mapping et d’organisation, ainsi qu’une application mobile et une plateforme participative d’échange entre les acteurs indépendants de la collecte, les habitants et les entreprises locales.

Recyclage participatif à São Paulo (Forage Tracking project)

En France, la plateforme web Act’if, développée par la CCI de Montauban, a pour objectif de promouvoir l’économie circulaire, en la mettant au service de la compétitivité des entreprises et des territoires en créant des synergies inter-entreprises. En rendant possible l’échange d’informations, les déchets, telles que des chutes ou des emballages de certaines entreprises, deviennent alors la matière première pour d’autres !

Tous ces cas illustrent les enjeux du partage des données pour la gestion des déchets de demain. Ils sont l’objet de l’exploration Datacités portée par Le Lab OuiShare x Chronos et ses partenaires.

Et ces sujets seront évidemment abordés lors du prochain Ouishare Fest des 5 au 7 juillet 2017 !

Si vous avez aimé l’article, aidez-nous… likez, partagez !

Pour aller plus loin :

Notre article à propos de la solution Enevo: https://medium.com/le-lab/enevo-les-%C3%A9boueurs-finlandais-connect%C3%A9s-71de848e45ae

Notre article à propos de Terradona : https://medium.com/le-lab/terradona-nouvelle-donne-dans-la-gestion-des-d%C3%A9chets-14eaa095b8de