Comment bannir le Wifi de ma chambre a changé beaucoup de choses


Il y a de cela bientôt 1 mois, j’ai déménagé. J’habitais dans un studio qui, par définition, n’avait pas de chambre. J’avais donc un clic-clac que j’ai fini par revendre dans la perspective de mon déménagement. Je travaille en tant que Freelance dans la communication web, le social media et toutes ces choses qui peuvent se faire en ayant seulement un accès au wifi.

Les conséquences d’un espace 3-en-1

J’ai donc vécu pendant 2 mois avec mon matelas dans la chambre… Chambre qui était mon salon.. Salon qui était mon bureau. Est-ce que vous voyez où je veux en venir?

Il m’est arrivé de travailler dans mon lit, de manger dans mon lit et de dormir dedans dans la même journée. Il m’est arrivé aussi de dormir avec des carnets et des feuilles de travail dans mon lit, même si j’étais sûre de les avoir enlevé ! Je sentais que je rentrais dans un cercle vicieux.

J’arrivais à travailler la plupart du temps sur la table de ma cuisine, mais souvent le matin ou le soir je prenais mon ordinateur pour me détendre et je finissais par travailler au même endroit.

La qualité de mon sommeil

Il en a découlé que j’avais un sommeil tout sauf réparateur. J’avais régulièrement des insomnies, qui me rendait folle de rage — et qui arrive à s’endormir quand il est en colère ? Le matin je me levais tôt et fatiguée. Le soir, je me couchais en sachant très bien que je n’arrivais pas à dormir ! Pendant mes insomnies, je checkais mon fil Twitter et Instagram (je suis des blogueuses américaines — cela aide à avoir de l’actualité même en pleine nuit!) pour me distraire. Quand je me reveillais, je ne faisais pas seulement que regarder l’heure : si j’avais reçu un mail, je le lisais ! Impossible après, comme vous pouvez l’imaginer, me rendormir sereinement.

Le matin, mon premier réflexe était de re-checker mes réseaux sociaux, mes mails … pourtant, je n’en reçois pas autant que ça, surtout depuis que j’ai fait le tri dans mes newsletters !

Au début j’ai pensé que mon sommeil léger était la conséquence d’une période stressante, mais en fait j’ai quand même vite fait le lien entre mon mode de vie et la qualité de mon sommeil.

La situation a duré 2 mois, jusqu’à ce qu’on trouve l’appartement de nos rêves et qu’on emménage. Je ne tenais plus en place, mes nuits s’empiraient et mon état général aussi : mon humeur était massacrante, et j’avais peur que cela commence à influer sur mon environnement personnel et professionnel. Je crois que j’ai quand même réussi à sauver les meubles!

Quand on a emménagé, mon petit ami — Mr Bee — m’a proposé d’éliminer le wifi de ce qui allait être ma chambre. D’abord épouvantée, j’ai finalement décidé d’accepter pour relever le défi.

Vivre sans wi-fi dans la chambre

Dès les premiers jours, j’ai réussi le défi beaucoup plus facilement que je ne le pensais ! Moi qui étais habituée à checker avant / pendant / après ma nuit mon iPhone, je me suis surprise à laisser avec bonheur mon téléphone dans le salon. J’ai banni l’ordinateur portable de la chambre, ainsi que le téléphone.

La seule chose que j’ai fait entrer dans ma chambre c’est mon iPad sur lequel je lis des iBooks. Je prends soin de systématiquement désactiver le wifi dans les réglages. Je le considère comme un livre et une fois ma lecture finie (pas de blogs ou de réseaux sociaux, de vrais livres ;)) , je le repose.

Le changement a été spectaculaire. Je n’ai plus d’insomnies. Je dors d’une traite. Je ne regarde plus l’heure pendant la nuit. J’ai la chance de ne pas avoir à mettre de réveil, et me lève systématiquement entre 7h et 8h. Je prends mon iPad, et je lis mes actualités autour d’un bon petit déjeuner.

Je réalise maintenant à quel point c’est important de créer un environnement sain, et apaisant quand cela concerne la chambre (même si cela vaut aussi pour tout l’appartement). Nous avons décidé de ne pas surcharger notre chambre : elle contient notre lit, une petit table basse avec une lampe et de quoi faire tenir un livre et un verre d’eau ainsi que nos placards intégrés avec nos vêtements. Et c’est tout. Je range systématiquement mes affaires qui traînent sur le lit ou — quand j’ai vraiment la flemme — je les déplace jusqu’au salon. Il n’y a donc rien pour me distraire ou m’empêcher de passer une mauvaise nuit!

Et si on supprimait notre abonnement internet ?

Ce matin, Mr Bee a trouvé sans le savoir la conclusion parfaite à cet article en me partageant deux articles de The Minimalists : Killing the Internet at Home is the Most Productive Thing I’ve Ever Done et Most Emergencies Aren’t qui traite de l’addiction du smartphone.

Après la lecture de l’article qui évoque le fait qu’un des fondateurs du blog a décidé de supprimer son abonnement internet et qu’il s’en trouve plus productif, j’ai d’abord eu le réflexe de me dire : “Intéressant, mais c’est impossible pour moi, je suis freelance en télétravail ! Je travaille depuis chez moi, et mon métier tourne autour de la communication sur internet! Ne pas avoir internet serait le comble”. Oui, le comble. Et pourtant !

J’ai remarqué que je travaillais surtout par journée : j’arrive parfois à boucler le travail de toute ma semaine en une grosse journée de travail. Je prépare tout en amont sur un de mes nombreux carnets, j’écris parfois les textes sur Evernote avant de les publier pour mes clients. La planification de mes publications sur les réseaux sociaux et mes mailings est ce qui me prend beaucoup de temps sur internet à proprement parler.

Ensuite, à part ces “journées” intenses de travail condensé, je travaille surtout le matin: je fais le tour des réseaux de mes clients, je réponds aux mails, je réalise ma veille et les missions qui me sont confiées.

Là est concentré mon travail. Et le reste du temps ? Je me rends compte que c’est beaucoup le fait de jeter un oeil sur les réseaux- qui a liké la publication etc — sans que cela soit quelque chose d’efficace et de pertinent : concrètement, je ne fais rien, je ne fais rien d’autre que “traîner” sur ces réseaux.

Alors en y réfléchissant à deux fois, ce n’est pas si stupide que ça. Je ne parle pas de tout de suite résilier mon abonnement internet (j’ai mes limites!) mais avec Mr Bee on songe à plusieurs autres solutions comme celle de brancher internet que le matin (moment de la journée où je suis le plus productive)… et c’est tout !

Cela donnerait bien à réfléchir dans une société où quand on émmenage dans un appartement on s’occupe de l’abonnement internet avant même l’électricité et l’eau! Et encore plus sachant qu’internet est mon métier!

Affaire à suivre alors… ;)

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.