La professionnalisation des blogs

Réflexion sur le monde de la blogosphère.


Préambule

Cela fait quelques temps maintenant que j’avais envie de proposer ce billet, pas forcément novateur, sur l’évolution des blogs en mon sens. Je vais essayer de faire ça bien, construire mon propos. Souvent, cela me vient comme ça. J’en parle souvent avec Mr Bee, qui est bien loin de ce monde là et qui me pose plein de questions pour comprendre : c’est dans ces moments là que je prends le temps d’analyser, de réfléchir mes réponses pour essayer de lui apporter une vraie réflexion. Ces échanges sont donc la raison de ce billet. Je vais parler en mon nom, en mon expérience qui se trouve être partagée par quelques uns il me semble.

Un début irrationnel et excitant

Le jour de mon anniversaire, l’année dernière, j’ouvre un blog par ennui et pour parler des petites choses que je m’étais achetée pour l’occasion. J’étais à l’époque une lectrice assidue d’énormément de blogs féminins sur les thèmes de la beauté, de la mode et de la déco, food, … bref vous avez compris. Je me suis dit “Et pourquoi pas moi?”. Et franchement, j’ai adoré cette première expérience avec mon petit blog .wordpress.com. J’avais trouvé le nom en 3 min top chrono, 2h plus tard j’avais déjà un article au moins sur le site. J’avais déjà un twitter, j’en ai donc parlé dessus.

J’ai passé les 5 premiers mois à écrire tous les jours pour le blog. Au grand désarroi de mon compagnon de l’époque, qui ne comprenait pas ma passion soudaine pour le blog, la communication autour de celui-ci (j’avais évidemment crée une page FB, un profil Hellocoton etc), les fringues, la beauté. J’avais un budget beauté phénoménal. Plus d’un an et demi après, j’ai encore des produits non commencés dans des boîtes que j’avais achetés à cette période-là.

Très vite, cela ne me suffit plus.

Je voulais plus. Je rêvais d’un .com ou .fr, un nom de domaine à moi. Et puis, je voulais un beau site, comme Betty et toutes les autres. Je voulais faire de jolies photos aussi. Mon iPhone 4 ne suffisait clairement pas à mes ambitions.

Je me suis donc “professionalisée”

En gros, je me suis moutonisée. Je m’explique. Après 5 mois, j’ai :

  • Acheté un nom de domaine pour la nouvelle année
  • Fait appel à une webdesigneuse (pas trop chère, ça restait abordable) pour me faire un joli design
  • Anticipé de 6 mois (oui oui) mon anniversaire pour me payer un appareil photo
  • Organisé un planning de publication “strict”

J’étais super contente. Sauf que…

Je me suis rendue compte de plusieurs choses au fur et à mesure. Pareil, je vais faire une petite liste, ça rend les choses encore plus claires et implacables.

  • J’avais l’impression de louper quelque chose si je n’avais pas la dernière box beauté ou si je n’avais pas la dernière nouveauté de telle ou telle marque. Je faisais donc les mêmes articles que les autres.
  • Je m’imposais un planning de publication assez sévère (mais moins que d’autres) : 1 article tous les deux jours. Je passais donc la plupart de mon week end à faire les photos et à écrire les articles.
  • Mes photos aussi étaient devenues comme les autres : fond blanc, hyper “parfaites” et surréelles. Clairement, mon appartement n’est pas un fond blanc et hyper lumineux. Pas encore.
  • Tout était devenu “sujet d’article” : le dernier restaurant dans lequel j’étais allé, ma ballade avec mon mec au Parc, mes voyages, … J’avais envie de tout montrer.
  • C’était le monde à l’envers : je ne faisais pas les choses parce qu’elles me faisaient plaisir mais parce que j’avais envie de montrer que je les avais faite. Et d’écrire cela, c’est très dur.

C’était devenu un travail. Un travail qui était à la base un loisir. Je ne prenais plus aucun plaisir à écrire. Tout était réfléchi et construit, planifié : c’était professionel.

Trop de blog tue le blog

J’ai arrêté d’écrire sur mon blog d’abord par manque de temps, puis par manque de passion. Celle du début n’était plus là. Je culpabilisais énormément, car j’avais envie de continuer à communiquer. Communiquer. C’était ce que je faisais en stage au même moment où j’avais professionnalisé mon blog. Heureux hasard ? Je ne sais pas. En tout cas j’ai arrêté d’écrire, mais je n’ai pas arrêté d’en lire…

Ce qui me permet de remarquer les mêmes choses chez les autres blogueuses (attention, ce n’est pas forcément un reproche):

  • uniformisation des sites web (même thème wordpress utilisé…)
  • uniformisation des photos
  • uniformisation des sujets traités…

J’ai délaissé la lecture de la plupart des “grands blogueuses beautés et mode” pour des plus authentiques, qui s’inscrivent dans une vraie démarche éditoriale et dans un vrai univers. Je préfère la lecture d’un blog plus “modeste” mais du coup qui paraîtra plus authentique… jusqu’à ce que celui-ci devienne (parfois) un parmi les autres plus le temps passe. Je continue évidemment à avoir un oeil sur les autres blogs (pour mon travail, et parce que je suis curieuse de savoir comment cela va évoluer).

Et le rôle de la rémunération des blogueuses dans tout ça? La sponso?

C’est la grande question qui est au bord des lèvres de beaucoup de lectrices et de blogueuses. Je n’étais pas une blogueuse qui gagnait de l’argent avec son blog, mais genre loin loin loin de là. Mais pour moi, le constat global est triste, autant pour les blogueuses, pour les lectrices et pour les marques. Pourquoi ?

  • Il semble que tout contenu soit sponsorisé et qu’il y ait peu de place au spontané. En tout cas, de plus en plus. La professionnalisation s’est étendue, le blog devient un magazine virtuel avec de la pub, des articles sponsorisés etc.
  • On peut lire 4/5 fois le même article, à quelques jours d’écart. Les photos changent, mais pas toujours.
  • Une marque qui veut communiquer avec des “influenceurs” doit prévoir un budget car leur professionnalisation implique qu’elles se font payer pour écrire un article. Le blog est leur métier, il faut bien comprendre cela. Mais du coup, où est la place du “coup de coeur” pour une marque ? Existe-t-il vraiment encore aujourd’hui? Existe-t-il encore beaucoup de spontanéité?

Attention

Je ne critique pas du tout cela. Vraiment, tant mieux pour elle, je me suis rendue compte que je ne voulais pas écrire un blog mais que je voulais être “de l’autre côté” (du côté des marques) et c’est pourquoi je suis revenue à un blog plus simple et plus personnel. Beaucoup de blogueuses passent énormément de temps sur leur blog et si leur passion peut devenir leur salaire, c’est énorme et je souhaite que cela continue pour elles car si elles arrivent à ce stade là c’est qu’elles sont douées, qu’elles produisent un contenu hyper quali et attractif.

Fin de l’Attention

Et après ?

Bah oui et après ? Après la professionnalisation des blogs il se passe quoi ? Alors, sans se la jouer trop prophétique, voilà mon avis :

Les gens vont se lasser. Les blogs seront devenus un espace de pub comme les autres. Il y a eu les affiches publicitaires, la radio, la TV, Internet et les blogs … et après je ne sais pas. Mais je pense que c’est un phénomène éphémère, qui ne pourra pas durer.

A moins qu’un retour à une certaine authenticité opère … comme sur Médium? Je ne sais pas, mais il y a aussi un peu de cette idée ici : plus de place à la réflexion, moins à l’effet mouton (… ne jugez pas la rime, elle est invonlontaire).

Voilà…

Il me semble que j’ai dit beaucoup de choses que je voulais écrire sur ce sujet là qui me trottait dans la tête depuis quelques temps. Je n’exclue pas d’y revenir pour le parfaire, le compléter.

PS. En photo, un matin à Copenhague. Je voulais en faire un article de ce voyage, je le ferais peut-être mais pas comme je l’avais imaginé. Cette photo fait rêver, le cadre était splendide et c’est la seule chose que l’on voit en la regardant: une ambiance cosy. Vous n’avez aucune idée de ce qui était arrivé juste avant et les raisons pour lesquelles nous étions allés dans ce “bar à fruits”, car ce qui n’est pas beau ne se raconte pas sur un blog, vous savez?

Cordialement bisou,

Jane.

PS II. N’hésite pas à recommander cet article, cela me ferait très plaisir ;) Et surtout, réagissez ! Quand j’ai montré cet article à mon entourage, cela a toujours donné des conversations passionnantes ❤

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Jane’s story.