De cuisto à développeur back-end, l’histoire de la reconversion de Raphaël

Alqemist
Alqemist
Oct 29 · 6 min read

On inaugure aujourd’hui une série de portrait sur les membres du collectif. Aujourd’hui il s’agit de Raphaël.

Avant de rejoindre Alqemist en tant que 5e membre, Raphaël a eu plusieurs vies professionnelles d’abord en tant que copywriter, puis agent de voyage, et même cuisinier. Un parcours totalement atypique pour ce belge de 35 ans dont le voyage est le fil conducteur de sa vie et de ses choix professionnels.

Il a fait des études en communication et en journalisme en Belgique avant de partir à Buenos Aires pour faire un master complémentaire en cinéma documentaire. Sur place, ça ne s’est pas vraiment passé comme prévu. Au bout d’un an, il revient fauché, sans diplôme, sans réseau mais avec un très bon niveau d’espagnol. C’est déjà ça 😅

Il trouve rapidement un job dans une petite agence qui développe un CMS en side project dédié aux associations. Raph fait du marketing à l’époque, et travaille avec des dev pour la 1ere fois. Mais le projet se casse le figure rapidement et Raph se retrouve à nouveau à chercher un nouveau job. Son profil de voyageur maitrisant 3 langues lui ouvre les portes d’une agence locale de séjours linguistiques dont il devient le directeur. Un job à fortes responsabilités qu’il fait pendant 2 ans. Même s’il aime le challenge, la forte pression du job a finalement raison de sa motivation.

Il se met alors en tête de trouver un nouveau job en tant que… cuisinier. Pourquoi la cuisine ? Raph a toujours aimé les changements radicaux. Sa passion du moment c’était la cuisine alors pourquoi ne pas en faire un métier ? D’autant plus que les métiers de cuisine sont parfaits pour trouver du travail à l’étranger et voyager 🤩

Ni une ni deux, il est parti à Montréal en quête d’un job en cuisine, sans formation mais avec l’envie d’apprendre. Pourquoi Montréal ? Pour la nouveauté mais aussi pour faciliter le changement de vie professionnelle. Il a trouvé rapidement un chef qui a accepté de lui donner sa chance et il en a bien bavé au début. Mais le jeu en valait la chandelle car il s’est super bien plu à Montréal.

Raphaël Escoyez cuisinier apprenti
Raphaël Escoyez cuisinier apprenti
Premier soir en cuisine à Montréal ! Je vous jure ce n’est pas un job de peintre en bâtiment 😆

A l’expiration de son visa, il a dû rentrer à Bruxelles. Là, il a découvert une réalité bien différente en cuisine.

“Il faut bien comprendre que quand tu bosses en cuisine, c’est ta vie. Tu y passes tellement de temps et tu loupes tellement de moments sociaux à côté que l’ambiance dans les cuisines est primordiale à ton bien être.”

Son retour en Belgique est donc le début d’une période professionnelle mouvementée, précaire… où Raph est un peu paumé.

Nous sommes à l’été 2014.

Heureusement… Raph a 2 frères (Jean-Baptiste et Valentin), tous deux développeurs. Valentin fait d’ailleurs partie d’Alqemist, qu’il a rejoint bien plus tard. Pendant cette période de doute professionnel, l’envie de faire du développement a été assez soudaine pour Raph. Ce qui l’a décidé ? Le fait que Valentin lui dise que le métier était accessible en autodidacte. Raph se plonge alors corps et âme dans l’apprentissage du code d’abord sur OpenClassrooms puis Codecademy. Cela dure 3 mois.

“J’ai aimé ça mais j’avais quand même l’impression de faire du bricolage. J’avais déjà l’intuition que je prenais de mauvaises habitudes. Et puis j’apprenais lentement.”

A cette époque, un ami lui parle du Wagon, le bootcamp de code ruby, qui ouvre un 1er batch à Bruxelles. D’abord un peu sceptique sur la promesse d’apprendre à coder en 3 mois, il demande conseil à son frère Jean-Baptiste qui, par chance, connait le formateur et l’encourage à foncer. C’est finalement à Paris qu’il fait sa formation dans le batch n°5 (dernier trimestre 2014), faute de participants à Bruxelles à l’époque.

C’est vraiment là que le coup de foudre a eu lieu, dès le début de la formation. Avec peu de théorie, beaucoup de pratique, la méthode collait parfaitement à sa façon de penser et d’apprendre : décomposer les problèmes en étapes et trouver des solutions une par une. Il se rappelle que le programme de formation était déjà bien rodé dès le 5e batch. Pour ceux qui ont déjà entendu parler du Wagon, la formation en 9 semaines est particulièrement intense. Mais Raph faisait des heures supp tous les soirs, tellement il aimait ça.

Homme à côté d’un ordinateur dans lequel on voit des lignes de code
Homme à côté d’un ordinateur dans lequel on voit des lignes de code

A l’occasion, il découvre aussi le monde des startups où tout va vite. Pour lui qui sort d’une période de galère, il est content de voir qu’il entre dans un nouveau monde du travail beaucoup plus porteur. Il a déjà conscience que le métier de développeur peut lui permettre de combiner boulot et voyage. Pourtant, en sortant du Wagon, son plan à court terme est tout autre. Il a dans l’idée de passer 2 ans dans une startup pour devenir bon en tant que développeur. Ensuite, il envisagera de devenir freelance pouvoir enfin avoir la liberté de voyager ✈️

Sauf que ça ne s’est pas passé comme ça. Raph tweete qu’il cherche du boulot et se fait directement contacté par Florian, l’homme à l’origine du collectif. Le collectif comptait déjà 4 personnes en janvier 2015 et ne s’appelait pas encore Alqemist d’ailleurs.

“Florian ne m’a posé aucune question sur mon niveau ou mes compétences. Il était prêt à faire un essai tout de suite. On a commencé à travailler ensemble la semaine qui a suivi et on n’a plus jamais reparlé de ce test”.

Le fameux tweet envoyé par le frère de Raphaël

Mais Raph n’est pas devenu freelance pour les beaux yeux de Florian. En fait, Alqemist était le combo parfait pour lui qui avait déjà des envies de freelancing mais le besoin d’être encadré et entouré de seniors pour apprendre. Le fait d’avoir au moins 2 dev seniors pour le faire monter en compétence était d’ailleurs une condition sine qua none pour rejoindre le collectif. Et en bonus, le travail en full remote.

“J’ai rapidement senti que je progressais. Benjamin était là pour relire tout mon travail, me conseiller et j’ai constaté que mon code était de plus en plus qualitatif. Au bout de 2 ans, je me suis senti autonome. J’ai enlevé ma casquette de junior et j’ai commencé à prendre des responsabilités de lead sur des projets.”

Ca fait maintenant presque 5 ans que Raph a rejoint Alqemist. Il n’est pas inintéressant non plus de parler des moments de doute rencontrés au cours de ces 5 ans chez Alqemist. Il y a 1 an, Raph a envie de tout plaquer. Il a finalement quitté Bruxelles pour partir sur les routes en quête de son nouveau lieu de vie. Il a récemment élu domicile à la Mutinerie Village, cet espace de co-living situé dans le Perche à 1h30 de Paris. Quant au boulot, après avoir pensé à retrouver un job “classique”, il a décidé de rester dans le collectif pour tout le plaisir qu’il en retire.

Raphaël dans sa vie de digital nomad. A gauche à la Mutinerie Village, à droite en Espagne à Sende.co

👉 Retrouvez Raph sur son linkedin

👉 Pour en savoir plus sur le collectif, c’est par ici.

👉 En bonus, la carte des endroits où a séjourné Raphaël (minimum 1 mois).

PS: Cet article a été rédigé par Delphine, membre du collectif.

Le Wagon

Stories from our community on coding, product and entrepreneurship.

Alqemist

Written by

Alqemist

Product and Tech team on-demand, building amazing products from scratch. We share content about tech and remote freelancing life. Check us out alqemist.com

Le Wagon

Le Wagon

Stories from our community on coding, product and entrepreneurship.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade