Exulte

Parfois, comme un grumeau dans l’air du temps, il était pris d’une bouffée d’amour gigantesque. Quelques secondes pendant lesquelles il devait expirer profondément pour ne pas exploser.

Dans ce laps d’étonnement, tout ce qui était autour de lui se dépouillait de la poussière quotidienne et lui apparaissait dans une splendeur nouvelle. Les rames du métro en crissaient de plaisir. L’arbre brillait de l’éclat d’un soleil de printemps juste après la pluie. Même les blasés riaient sous leur masque endormi.

Alors, convoqués dans ce pli du temps, ses amours lui apparaissaient. Ils s’échappaient de l’œil du passant, d’un reflet sur le bitume, du gazouillis de la fontaine et le baignaient malicieusement d’un halo de bienveillance.

Wayan exultât : — Rien ne manque jamais.

Like what you read? Give Christophe Boyer a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.