Guerlain: Shalimar Parfum Initial

Si son nom peut agacer les amoureux des grands classiques de Guerlain, cette nouveauté mérite néanmoins qu’on s’y attarde . Shalimar Parfum Initial décontenancera sûrement les adeptes de l’original, mais si on le considère comme un parfum à part entière et non tel un flanker, on trouve un parfum très joli dans son style, certes plus gourmand que l’original mais aussi plus poudré avec son bel iris en coeur.

Shalimar Parfum Initial, qui sortira à la fin de ce mois, s’adresse, je présume, aux jeunes filles qui n’oseraient pas s’essayer à Shalimar, telle une invitation à se laisser tenter par le fameux best seller de la maison Guerlain, comme un premier pas vers le plus célèbre des orientaux. Il s’ouvre sur des notes hespéridées, bien que la bergamote soit moins présente que dans l’original, et que j’y perçoive aussi de la lavande, mais c’est surtout un bel iris, ou plutôt beurre d’iris qu’on sent poindre nettement dès l’ouverture. Les notes florales moins perceptibles de Shalimar ont ici été poussées, (rose, jasmin) pour un effet assez différent de son grand frère. Si l’effet est plus floral, il est aussi nettement plus gourmand, notamment en raison de la présence de la fêve tonka, en note de fond, qui apporte une sensation moelleuse et ronde au parfum. L’effet “rajeuni” est bien là, mais l’iris très présent lui confère ce charme poudré qui le distingue des parfums fleuris fruités ou gourmands que l’on sent partout en ce moment.

Il s’étire enfin sur des notes vanillées, addictives, si typiques de la maison Guerlain. Les notes de fond sont effet celles où l’on retrouve vraiment Shalimar, même si l’effet reste bien distinct d’un bout à l’autre de la composition. Alors, oui, c’est rajeunir la cible en surfant sur le succès du mythique Shalimar de par son nom, mais c’est très joliment orchestré.

Et intelligemment fait: comme si on avait repris la composition de son aîné pour la moduler dans un autre sens, en poussant certaines notes, mettant d’autres en sourdine: les notes florales et poudrées s’imposent, la vanille est poussée dans son registre gourmand, les notes animales et cuirées atténuées voire oubliées. Mais on n’a pas trahi l’esprit de Shalimar en proposant un lifting au “patchoufruit”. Je souhaite bien du succès à ce Shalimar Initial.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.