Les destins croisés de Toussaint Louverture et du comte de Mirabeau, au Fort de Joux

Max Jean-Louis
Apr 2 · 4 min read

« En me renversant, on n’a abattu à Saint-Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses »

Toussaint Louverture, en 1802

Ce 7 avril 2021 marquera le 218e anniversaire de la mort de Toussaint Louverture, général, homme politique et précurseur de l’indépendance d’Haïti. Arrêté par traîtrise, sur ordre de Bonaparte, le 7 juin 1802, le Spartacus Noir rendra son dernier soupir au Fort de Joux, dans le département du Doubs, en France métropolitaine, le 7 avril 1803.

Né esclave sur l’habitation Bréda, à l’entrée du Cap-Français (actuel Cap-Haïtien), un 20 mai 1743, Toussaint dont l’intelligence hors-pair est reconnue très tôt par ses maîtres, est affranchi dès 1776, à l’âge mystique de 33 ans, prêt à embrasser son fabuleux destin.

5 ans plus tard, en 1781, Toussaint après un premier mariage plutôt furtif, fit don de son cœur à Suzanne-Simone, affranchie devenue marchande. Les nouveaux mariés s’installent dans une plantation de 13 hectares.

En 1789, la Révolution française éclate et fait vaciller la métropole. 2 ans plus tard, dans la nuit du 14 août 1791, à Saint-Domingue (nom colonial d’Haiti), aura lieu la cérémonie du Bois-Caïman (lire ici), point de départ de la Révolution Haïtienne.

Au début du soulèvement général des esclaves, Toussaint a une situation économique et sociale plutôt privilégiée. Toutefois, ce dernier ne prendra pas longtemps pour « rentrer en scène », et ceci dès décembre 1791, quelque semaines après l’envoi de la Première Commission Civile par l’Assemblée Nationale française.

Parallèlement, Georges Biassou, qui avait assisté à la cérémonie du Bois-Caiman, prend le leadership de la Révolution et se propose d’utiliser la manière forte pour arriver à la libération des esclaves. Toussaint devient son aide-de-camp.

Durant les années suivantes, Anglais, Espagnols et Français se battent pour garder leurs influences dans la région. Biassou mais surtout Toussaint jouent habilement de ces rivalités et conflits intra-européens…

En 1796, choisissant de rester fidèle aux Espagnols, Biassou déménage à Saint-Augustine, en Floride. A la suite, Toussaint rejoindra le général Lavaux avec le grade de général de division. Après avoir réussi à chasser les Anglais, il devient gouverneur de la colonie.

Toussaint tenant, de plus en plus, à l’autonomie de la colonie de Saint-Domingue par rapport à la France, publie la Constitution de 1801, ce qui finit par agacer Napoléon. Se présentant, au début, comme « allié » de Toussaint, Napoléon dont on commémore en 2021, le bicentenaire de la mort (décédé un 5 mai 1821), était devenu Premier Consul de France, suite au coup d’État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Entre temps, la paix d’Amiens signée le 25 mars 1802 entre l’Angleterre et la France, dont les « préliminaires » ont été conclu dès octobre 1801, a rendu possible une expédition à Saint-Domingue car le traité libérait la marine française…

Ainsi, dès octobre 1801, Leclerc, le beau-frère de Bonaparte, est à la tête d’une expédition de 20.000 hommes, venue à Saint-Domingue pour « reprendre les choses en main » et selon beaucoup d’historiens, avec l’objectif dès le début d’y rétablir l’esclavage. L’expédition arriva au Cap-Français le 29 janvier 1802 et fut accueillie à coups de canon. Toutefois, les troupes françaises arrivent à gagner la terre ferme. Après de rapides et décisives victoires obtenues par les forces métropolitaines, Toussaint Louverture est contraint de capituler le 6 mai 1802.

Malgré les promesses qui lui étaient faites en échange de sa reddition, le 7 juin 1802, Toussaint et une centaine de ses proches seront déportés en France. Le gouverneur déchu sera débarqué le 25 thermidor an X (13 août 1802) et emprisonné au fort de Joux.

Le château de Joux, dont la construction a débuté vers l’an 1000, poursuivi et développé jusque dans les années 1880 (!), est situé au cœur du Massif du Jura, près de la frontière franco-suisse, à plus de 1000 mètres d’altitude.

De 1690 à 1815, le Fort de Joux deviendra une prison d’Etat, accueillant des personnalités notables telles que, bien sûr, Toussaint Louverture, Lumière des Tropiques et des Amériques mais aussi le comte de Mirabeau.

Honoré Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau, appelé simplement « Mirabeau » est un écrivain, diplomate, journaliste et fleuron de la Révolution Française. Si Victor Hugo dira de Mirabeau, qu’il était d’une « laideur grandiose et fulgurante», ce dernier sera très vite acclamé pour son intelligence et ses capacités oratoires. Il sera ainsi élu député du Tiers-état aux États généraux, le 6 avril 1789. A ce titre, il participera à la rédaction de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. L’année suivante, plus précisément début mars 1790, Mirabeau prononce au club des Jacobins un discours fondateur dans lequel il dénonce avec véhémence et panache la traite des Noirs assimilant les négriers à « des bières flottantes ». Dans son allocution, Mirabeau peint, sans filtre, les conditions de voyage des esclaves et les supplices qu’il subissent une fois arrivés à leur destination. Se basant sur la réalité de la situation à Saint-Domingue, en plus de faire la promotion de l’abolition de l’esclavage, il demande pour les Noirs, plus d’égalité et de représentativité.

On s’étonnera de savoir que quelques années auparavant, en 1775, le comte de Mirabeau ait été enfermé, lui aussi au Fort de Joux, à la demande de sa famille, à cause de sa vie jugée tumultueuse, marquée par de nombreuses dettes, une certaine addiction aux jeux d’argent et de multiples aventures amoureuses. Il y restera jusqu’au 13 décembre 1780 avant de regagner sa liberté …contrairement à Toussaint Louverture, qui y décédera le 7 avril 1803.

Max Jean-Louis

Image: Fort de Joux. Source: La Grande aux Oiseaux

Les Oubliés de l'Histoire

Les Oubliés de l'Histoire d'Haïti et des Amériques

Medium is an open platform where 170 million readers come to find insightful and dynamic thinking. Here, expert and undiscovered voices alike dive into the heart of any topic and bring new ideas to the surface. Learn more

Follow the writers, publications, and topics that matter to you, and you’ll see them on your homepage and in your inbox. Explore

If you have a story to tell, knowledge to share, or a perspective to offer — welcome home. It’s easy and free to post your thinking on any topic. Write on Medium

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store