Vous et vous seul êtes responsable de votre succès

De nos jours, on a souvent l’impression que nos modes de vie sont dictés par les autres, que nous sommes censés nous conformer à un moule et ne pas en sortir sous peine d’être étiqueté. Depuis que j’ai réalisé que j’étais le seul responsable de mon propre succès (et que je me moquais des étiquettes), de me fixer des objectifs de vie et de les atteindre ou non, j’ai sensiblement amélioré ma qualité vie. Qu’est-ce qui vous empêche de faire pareil ?

La société nous impose tellement de standards qu’on en oublie de vivre pour soi-même. Qui a décidé qu’une journée de travail devait faire 8 heures et être remplie d’activités en majorité improductives et inutiles derrière un bureau ? Qui a dit qu’un travail qui paie bien mais qui vous déprime est mieux qu’une activité indépendante passionnante qui vous permet de travailler quand et depuis où vous voulez ? Qui a dit que posséder un maximum de choses matérielles était essentiel pour profiter de la vie ?

Vous êtes responsable d'être heureux

Après avoir annoncé mon départ pour six mois en Asie, pour vivre une expérience de travail à distance en changeant d’environnement et de culture, j’ai régulièrement eu des discussions très intéressantes avec des amis ou des connaissances dont ressortaient souvent une phrase : “tu as de la chance de pouvoir faire ça”. Cela résume très bien que la majorité des gens pensent que j’ai juste, par hasard, été dans une situation qui m’a permis de pouvoir vivre cette expérience.
 Or, désolé de vous décevoir (ou heureux de vous annoncer que cela peut vous arriver à vous aussi), ce n’est pas du tout de la chance !

J’ai simplement, depuis quelques années, créé et construit un mode de vie qui m’a finalement permis de vivre ce rêve que j’avais depuis longtemps.

Lorsque j’essaie de faire prendre conscience aux gens que si j’ai pu le faire, ils pourront certainement faire de même s’ils en ont envie, j’entends souvent les mêmes excuses qui reflètent bien les barrières qu’ils se fixent. Par exemple :

“Toi tu as de la chance d’avoir un travail qui te le permette”.

Il y a quelques années, j’avais un travail avec horaires réguliers et présence au bureau obligatoire. Lassé de cette routine professionnelle, j’ai changé de voie pour me diriger vers un domaine ne nécessitant pas forcément de présence obligatoire ou de 8h-18h, ou en tous cas me laissant la liberté de travailler selon mon propre planning pour être plus productif et améliorer ma qualité de vie. J’ai donc modifié moi-même mon parcours professionnel pour le mener vers mon objectif — l’indépendance — en m’associant avec des amis dont je savais qu’ils comprendraient et accepteraient mon besoin de diversité.

À noter que de plus en plus d’entreprises autorisent les employés à travailler à distance. Si votre patron est contre ce mode de travail alors que vos tâches vous le permettraient, peut-être est-il temps de vous demander si vous êtes vraiment fait(e) pour travailler pour lui…

“Il faut avoir les moyens pour se payer un tel voyage!”

Là, et ça va vous étonner, c’est le point qui a posé le moins de difficultés. Depuis que j’ai créé mon entreprise, je gagne largement moins qu’avant mais j’ai tout de même pu économiser un peu en changeant mon mode de consommation. Je ne fume pas, j’ai vendu ma voiture car je n’en avais pas vraiment besoin, mon épouse et moi n’allons pas au restaurant toutes les semaines et privilégions les repas et soirées entre amis à la maison, ce qui est en général encore plus sympa. Tout est une question de priorité ! De plus, en sous-louant notre appartement et en réduisant au maximum nos dépenses récurrentes, la vie à Bali nous coûte beaucoup moins cher que celle en Suisse : j’arrive même à épargner la moitié de mon salaire tout en vivant très bien et en ne manquant de rien !

“Je ne peux pas à cause de mon appartement”.

Là, c’est à mon avis l’une des pires excuses : soit vous adorez votre appartement (comme c’était le cas pour nous) et vous le sous-louez pour le retrouver à votre retour, soit vous résiliez le bail et vous partez libre comme l’air (avec certes la contrainte de devoir en retrouver un à votre retour et squatter chez des amis ou de la famille en attendant, ce qui n’est probablement pas un drame). Bien-sûr, cela demande quelques démarches administratives et un peu de temps, mais c’est encore une fois une question de priorités…

La liberté de pouvoir voyager quand je le souhaite était l’un de mes objectifs, mais il se peut que les vôtres soient différents. Peu importe ce qu’ils sont, tant que ce sont les VÔTRES et que vous vous donnez les moyens de les réaliser !

Que répondriez-vous à la question “Es-tu heureux de ta vie actuelle et que changerais-tu pour l’être ?” ? Et si vous dressiez une liste de vos objectifs puis, pour chacun, listiez les barrières qui vous empêchent de les réaliser ?

Se débarrasser de toutes les contraintes imposées par la société, c’est faire un pas vers la liberté. Vivez pour vous, construisez-vous la vie dont vous rêvez et qui vous fait vous réjouir de vous lever le matin !

Pour résumer…

  • Fixez vous-même les objectifs de votre vie et la direction que vous voulez lui donner. Que vous manque-t-il pour être heureux ? Ecrivez ce à quoi, selon vous, votre vie devrait ressembler.
  • Dressez une liste des barrières qui vous éloignent de vos objectifs et analysez-les un par un. Vous verrez que présentés comme ça, ils sont bien moins impressionnants !

E-book gratuit :

Cliquez ici pour recevoir gratuitement l’e-book “vos premiers pas vers la vie dont vous rêvez” !

Originally published at Libre à vous.