Comment les meilleurs font-ils pour apprendre ?

Essai sur le livre « Ça y est, j’ai compris !: Méthodes d’études et stratégies d’apprentissage avec la PNL » de Alain Thiry

Pourquoi ce livre ?

Souvent je remarque que des apprentissages qui datent s’échappent de ma mémoire. De plus, je me suis toujours demandé : « Est-ce que j’apprends correctement ? Est-ce que ma manière de travailler est vraiment efficace ? » Et je crois que ce livre va m’aider à trouver des réponses à ces questions…

Le livre

L’apport de la PNL pour l’apprentissage

La Programmation Neuro-Linguistique est une discipline en psychologie qui modélise l’excellence de certains dans un domaine, pour la transmettre aux autres. La PNL permet donc d’utiliser des « techniques » empruntées aux meilleurs. Au delà de ça, c’est aussi une philosophie de vie et une vision du monde qui prône le partage, la suspension du jugement et l’acceptation.

En quoi la PNL va-t-elle nous aider aujourd’hui ?

  • Pour écrire ce livre, Alain Thiry et ses confrères chercheurs ont modélisé des étudiants brillants afin d’en extraire les meilleurs stratégies d’apprentissage.
  • Les accès oculaires (schéma d’une personne vue de face) :

En PNL ce schéma représente les accès oculaires : c’est à dire des mouvements oculaires qui reflètent une opération mentale particulière. Ainsi des chercheurs ont établis que lorsqu’un individu regarde en haut à gauche c’est qu’il se rappelle d’une image (Visuel remémoré). Lorsqu’il regarde en haut à droite, il se crée une image dans sa tête (Visuel créé). Un regard au centre signifie ou qu’il se rappelle d’un son (Ar) ou alors qu’il en crée un (Ac). Et quand l’individu regarde vers le bas il est soit en dialogue interne (Di, il se parle à lui même), soit en kinesthésique (K, les ressentis).

Au delà de ces accès oculaires, les opérations mentales peuvent être plus riches. Un accès visuel peu être digital (on imagine le mot « chaise ») ou analogique (on imagine une chaise). Et ils peuvent être internes ou externes en fonction de si on voit effectivement une chaise ou si on se l’imagine. Je n’insiste pas là-dessus car ce n’est pas très important pour la suite.

Les 4 niveaux de connaissances

Pour vérifier notre niveau de compétence, l’auteur a établi une échelle de 4 niveaux de connaissances :

  • Conceptuel : Qu’est-ce que c’est ? À quoi ça sert ?
  • Structurel : C’est composé de quoi ? Quelles en sont les grandes parties ?
  • Opérationnel : Comment procéder ? Quels en sont tous les détails ?
  • Détectionnel : Quand est-ce que je dois y penser ?

Micro et macro stratégies d’apprentissage

  1. Micro-stratégies d’apprentissage
    Les micros-stratégies représentent ce qu’il se passe dans notre tête lorsque nous apprenons quelque chose. Elles s’exécutent en un laps de temps très court (de quelques secondes à quelques minutes).

Nous passons beaucoup de temps à contrôler nos apprentissages plutôt qu’à avancer. En effet, reformuler, ré-écrire, répondre à des questions ou encore sentir que c’est ok ne servent qu’à une chose : vérifier que l’on a compris. Le contrôle est tellement rapide selon les stratégies exposées ici que l’on n’y accordera pas de développement. Pour contrôler nous n’avons qu’à « sentir si c’est ok » à la fin d’une stratégie, et si c’est ok c’est que nous avons retenu notre apprentissage.

Il y a 5 micros-stratégies d’apprentissage

  • Compréhension
« Il faut vous faire un dessin ?! » Eh ben en fait oui svp.

Nous sommes tous un peu visuels, auditifs et kinesthésique. Certains ont un prédicat favoris, cependant pour comprendre, les visuels sont toujours les plus efficaces. N’ayez pas peur si vous n’êtes pas visuel, il suffit de vous forcer la main un peu au début et puis tout ira bien !

Stratégie PNL de compréhension : V ou A digital → Vc analogique.

Lorsque l’on veut comprendre quelque chose, le meilleur moyen d’y arriver est de visualiser ou d’entendre dans notre tête le concept à apprendre puis de se créer une image mentale le représentant. 
On peut aussi le dire comme cela : si j’arrive à le dessiner le concept, c’est que je l’ai compris. Ainsi, la meilleure question à se poser lorsque l’on veut comprendre quelque chose est la suivante : « Comment puis-je visualiser et dessiner cela ? ».

  • Réflexion

Le processus de réflexion est important car il permet de tisser des liens entre différents apprentissages et ainsi d’obtenir un compréhension élargie d’un domaine. Il implique cependant d’avoir déjà compris une grande partie du sujet.

Stratégie PNL de réflexion : Di ?

L’idée ici est donc de se poser nos propres questions en « dialogue interne ».
Ces questions peuvent inviter à établir des liens, voir des éléments cachés, suivre des processus, etc.

  • Mémorisation

Il y a des dizaines de manières pour mémoriser quelque chose. Chacun a sa technique qui fonctionne plus ou moins bien. Cependant si l’on se fie au modèles des étudiants brillants, la plus efficace est celle-ci :

Stratégie PNL de mémorisation : Vr → K

Cette stratégie nous propose de nous rappeler l’image de notre apprentissage en haut du côté de notre visuel remémoré (cf les accès oculaires plus haut) puis de sentir que c’est bon, qu’on l’a bien retenu.

Tout ce que je veux mémoriser, je le regarde, puis je le visualise en haut du “bon côté”, puis je sens que je le reconnais.
THIRY Alain, « Ça y est, j’ai compris !: Méthodes d’études et stratégies d’apprentissage avec la PNL »
  • Prononciation

Très utile pour l’apprentissage d’une langue, cette stratégie est un peu plus complexe.

Stratégie PNL de prononciation ; Vr → Ar → Ac → K

Nous devons nous rappeler de l’image associée au mot ou concept, puis nous rappeler de la prononciation du mot, ensuite le prononcer dans notre tête et finir par sentir si c’est ok.

  • Transfert

Par transfert on entend « utiliser cet apprentissage dans un contexte futur ». Le transfert permet de donner une exemple concret à notre apprentissage et favorise aussi une bonne mémorisation.

Stratégie PNL de transfert : Vc futur associé

Ainsi il suffit de nous imaginer entrain d’utiliser notre nouvel apprentissage dans un contexte bien précis pour que lorsque le-dit contexte surviendra, nous nous rappelions de votre apprentissage.

2. Macro-stratégies d’apprentissage
Les macros-stratégies d’apprentissage sont les stratégies qui se déroulent à plus ou moins long terme et qui permettent de fixer la connaissance dans la mémoire à long terme.

Il existe trois actions qui permettent de passer un apprentissage de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme :

  • Plus je vais réfléchir sur un sujet, plus je vais m’approprier les savoirs ;
  • Si l’information est utilisée régulièrement, alors cela va se fixer petit à petit pour longtemps ;
  • Si les connaissances ne sont pas utilisées régulièrement alors je dois les utiliser artificiellement, c’est à dire réviser.

Révisions

  • Comment ?

Regarder son image mentale, et la visualiser partie par partie. Sentir que chaque partie est ok. Si ce n’est pas ok, il faut regarder mentalement le détail.

  • Quand ?
La première chose à comprendre c’est qu’il faut réviser lorsqu’on se souvient encore.
THIRY Alain, « Ça y est, j’ai compris !: Méthodes d’études et stratégies d’apprentissage avec la PNL »

1. À la fin de la session d’apprentissage ;
2. À la fin de la journée ;
3. À la fin de la semaine ;
4. À la fin du mois ;
5. À la fin du trimestre ;
6. À la fin de l’année ;
7. À la veille de l’examen.

Le bouche-trou de mémoire
Lorsque l’on a un trou de mémoire c’est que nous sommes dans un cycle de dialogue interne et que nous regardons vers le bas. Pour briser ce cycle :
- Levez le regard vers le haut ;
- Visualisez une image du cours (n’importe laquelle) ;
- Visualisez l’image liée à la question ;

Ce que j’ai bien aimé

- Les stratégies sont optimales pour être efficace, le gain de temps est mesurable ;
- Tous les aspects de l’apprentissage sont abordés (prononciation, mémorisation, révision, etc.) ;
- La distinction entre micro et macro stratégies. En achetant le livre je pensais que seule la mémorisation allait être traitée ;

Ce que j’ai moins bien aimé

- Comme toujours en PNL, on a l’impression qu’il faut suivre une recette de cuisine pour réussir, or il y a un gros travail sur soi à faire pour apprendre à apprendre de cette manière ;
- L’auteur nous renvoi souvent vers son autre livre : Apprendre à apprendre avec la PNL ;

Ce que j’ai appris

- Les différents niveaux de connaissance, très utiles pour vérifier si l’on a vraiment fait le tour du concept ;
- L’importance de la visualisation et du dessin pour comprendre ;
- Les micros et macros stratégies ;
- Savoir est une chose, pour bénéficier de toutes les vertus de ces apprentissages, il faut pratiquer et s’entraîner. Il faut ré-apprendre à apprendre ;

Ce que je vais mettre en action

- Utiliser les questions des qu’après niveaux de connaissance pour vérifier que j’ai bien saisi un concept dans son ensemble et qu’il soit mis en action ;
- Dessiner les concepts que je veux comprendre ;
- Approfondir encore un peu plus la PNL au travers des formations pratiques.

Si vous souhaitez acheter ce livre sur Amazon et me soutenir par la même occasion, vous pouvez cliquer ici

Et vous alors, quelle stratégie utilisez-vous pour apprendre ? Est-ce que cet essai vous sera utile ?