Littérapie, ou le pouvoir des livres

Voici comment je me figure une bibliothèque. Une simple salle couverte d’étagères et de bouquins de tous genres, de tous horizons, et qui illumine notre quotidien.

J’ai toujours aimé la littérature.

Depuis petite, j’adore lire. Quand je marche, quand je mange, quand je me promène, quand je me couche, quand je me repose, quand j’attends : j’ai toujours un bouquin avec moi. J’ai dévoré des séries entières de livres pour enfants ou jeunes, les Harry Potter, les Coeur d’encre, les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, les Peggy Sue et les fantômes… Puis je me suis découverte au collègue une passion pour la littérature classique grâce à Maupassant et Molière, qui s’est prolongée au lycée avec l‘exploration d’univers historiques, de véritables voyages dans le temps à travers les coups de crayon de Zola et de Balzac, et qui perdure jusqu’à aujourd’hui.

Lire, c’est voyager.

A travers le temps, à travers le monde, dans l’au-delà, dans l’imaginaire, dans l’extra-ordinaire. Lire, c’est ouvrir des univers nouveaux, jusque-là inconnus, enfouis, cachés ; de partir à la conquête d’horizons inédits, de faire travailler notre esprit.

Plus je lisais, et plus je devenais curieuse.

Est-ce que ça peut vraiment exister ? Et après ?

Qu’est-ce que tout cela veut dire ? Comment se sent le personnage ? Quelle douleur l’étreint ? Quelles joies l’animent ?

Je me posais mille questions, je m’identifiais au héros, je me promenais dans ces bois qu’on me décrivait, je sentais ce froid de l’hiver qui habitait l’histoire, j’éprouvais de la haine, de la joie, de la peur, de la tristesse, de la compassion, de l’enthousiasme. J’étais traversée par mille sentiments qui me prenaient et me tourmentaient dans une délicieuse tempêtes de sensations.

Lire m’a appris à rêver.

Et à créer mes propres univers, développer de nouvelles passions, apprendre sans cesse de nouvelles choses.

Lire m’a appris à être plus humaine.

Et à mieux comprendre ce que pouvait ressentir l’autre, à saisir des psychologies différentes, à me mettre à place de quelqu’un et à épouser ses sentiments.

Lire m’a appris à ouvrir les yeux sur le monde.

Sur ce monde qui nous entoure et qu’on ne voit pas, sur ces passagers qui traversent notre vie le temps d’un trajet en métro, sur ces voisins anonymes qui marchent à côté de nous dans la rue, sur cette nature qui régit le monde et qu’on néglige.

Je suis persuadée que les livres ont une influence positive sur nos vies. Et c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de partager avec vous, dès aujourd’hui, et tous les mercredis, un livre qui m’a marquée et qui m’a changée.

Car les histoires ont toujours quelque chose à nous apprendre. Les contes forment les enfants, les tragédies poursuivent une visée cathartique, les romans nous transportent et nous métamorphosent au plus profond de nous.

Réveillez votre imaginaire, et laissez-vous porter par la magie et poésie des mots. Abonnez-vous sans plus attendre à la publication Littérapie.


Vous avez aimé l’article ? Alors n’hésitez pas à le recommander et à le partager afin que d’autres puissent le trouver ! Merci !