Elle et il sont dans un bateau, leur amour tombe à l’eau, qu’est-ce qui reste ?

Texte : Manu Causse. Illustrations : Emmanuelle Urien


Manu Causse et Emmanuelle Urien

Résumé

Je ne sais plus si c’était lui ou elle, comment tout cela a commencé. Comment tout a fini, en revanche, on ne peut pas l’oublier. Ou alors si, justement.

C’est l’histoire de leur amour – de leur désamour, va savoir. Les moments forts et les interstices, l’amer qui monte, l’amour tout court, l’usure bien sûr. Leur petite aventure, leur dramuscule intime.

Il et elle te raconteront.

Par touches sensibles, dans une structure étrange et magnifique, s’animent sous nos yeux les soubresauts d’une histoire d’amour à la fois microcosmique et universelle, quelque part entre Un gars une fille et Les divorcés de Michel Delpech. Avec des illustrations épicènes d’Emmanuelle Urien.


Un aperçu

C’est de la logistique lourde. Entre les noms et les adresses, les fichiers que mon père m’envoie… On se demande si on ne va pas changer d’ordinateur. Le vieux rame tellement – même pour un mail, il faut deux heures. Est-ce qu’on peut envoyer des invitations par mail ? Ou au moins, demander la réponse ?

On a mis une semaine à compléter la liste. Presque à se disputer avec nos parents. On en était arrivés à soixante noms, et ils nous ont forcés à ajouter du monde. Si tu invites machin, il faut inviter son frère… C’est un peu idiot, mais c’est comme ça, les fêtes de famille. Et puis il y a la liste de mariage… non, je plaisante.

Parfois, on a l’impression que ça leur fait plus plaisir qu’à nous. C’est une façon de parler, évidemment. Mais c’est vrai que ça remue tellement de choses… moi qui ai toujours voulu me marier en jeans, c’est perdu. Déjà qu’il va falloir qu’on aille faire les clowns chez le curé…

D’un autre côté, les mariages sans église, ce ne sont pas de vrais mariages.

Je plaisante. Au fond, j’aime bien cette idée. L’église est en haut du village, sur une colline. Il faudra qu’on marche. Ça fait noce, comme dit ma mère. Elle est ravie. Elle est insupportable. Comme d’habitude. Ils nous aident bien, d’ailleurs, les parents. Si on avait dû tout organiser nous-mêmes… kir et camembert ! Avec des chips. La liste des invités aurait été différente, aussi.

Des fois, tu te demandes pour qui tu te maries, la famille ou toi.

La famille, indiscutablement. C’est pour ça que ça s’appelle « fonder une famille ». Fondons, alors. Fondons.

Vous nous aiderez, hein ?

Tous droits réservés. Manu Causse, Emmanuelle Urien et Numeriklivres, 2014

Format numérique (ebook) illustrés — 179 pages-écrans — 4,99€

Disponible également au format ePub et/ou Kindle sur iBookstore Apple, Amazon.fr, ca et com, Kobo France et Kobo Canada, Google Play, Archambault.ca, ePagine.fr, Bookeenstore, Chapitre.com, Relay.com, Decitre, Cultura, Nolim Carrefour, Feedbooks et +


Voir toutes les collections

Littérature | Polar | SFFF | Romance | Érotisme

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.