N’avoir pas couvert le 3è débat de la droite: notre raison d’être

Avant le 3è débat de la primaire de la droite et du centre j’ai pris cette décision : L’Oeil Ailleurs ne couvrirait pas ce débat.

Notre ligne de conduite, bien plus qu’une ligne éditoriale

Pour comprendre cette décision il est important de revenir à la raison d’être de L’Oeil Ailleurs : avoir un média qui montre des choses peu mises en avant (telles que l’activité politique des français de l’étranger ou des jeunes) et qui rapporte des faits bruts tout en proposant des analyses mais sans devenir partial.

Le deuxième but de L’Oeil Ailleurs, pour lequel nous sommes en train de développer des outils, est de vous proposer un média qui se serve intelligemment des nouvelles technologies pour vous proposer l’information sous la forme qui vous convient, vous suivre, s’adapter à vous et vous écouter.

Notre ligne de conduite c’est qu’informer ce n’est pas poster un “article” toutes les 5 ou 10 minutes sur un sujet sans importance et en réaction à une petite phrase. Nous refusons l’info-spectacle et y préférons l’analyse ; vous ne trouverez pas chez nous d’article “Les 5 moments où Nicolas Sarkozy a reniflé pendant la campagne”. Si jamais ces reniflements avaient une importance quelconque alors nous les analyserions dans un article véritablement construit, qui parlerait aussi des autres candidats car cela ne peut être que lié : c’est cela qui distingue l’information du spectacle.

Cela demande de prendre du temps pour construire un article, d’attendre d’avoir un réel contenu à apporter et de ne pas se financer “au clic” comme le font la plupart des sites d’information rémunérés à l’affichage publicitaire, donc à chaque page affichée.

La primaire comme spectacle et manipulation

Entre petites phrases à l’encontre de ses adversaires, les sorties de plateau et surtout un temps d’antenne plus que monopolisé tout cela devenait ridicule.

Très vite il est apparu que tout cela ne ressemblait plus à de la politique : très peu de temps était accordé aux programmes des candidats ou à l’analyse de ce qu’ils disent par rapport à ce qu’ils pourraient vraiment faire ou à ce que ça impliquerait. Pourtant, avec 3 débats répartis sur un mois, Les Républicains ont pris possession des antennes de télévision et de radio et, je dois vous le dire, très vite il est apparu que, bien plus qu’un exercice démocratique, il s’agissait surtout d’un exercice de communication. Dès lors, les média et journalistes sont manipulés, victimes non seulement consentantes mais heureuses : le modèle qui domine actuellement implique d’avoir du contenu à fournir en permanence pour avoir des revenus, et cette primaire en était devenue une formidable pourvoyeuse.

L’Oeil Ailleurs se refuse à ça et souhaite remettre la lumière sur ce que la politique devrait être : un affrontement entre des modèles de société et des façons de les réaliser et de les faire réussir.

Alors, jeudi dernier, épuisé par tout ce bruit ne portant nulle idée, cette vacuité politique, j’ai décidé que nous ne traiterions pas du 3è débat de la primaire de la droite et du centre.

Nous traiterons par contre demain des résultats du premier tour de cette primaire puisque cela pourra potentiellement décider du modèle de société qui sera défendu par le candidat élu.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.