Modes de garde : l’accueil collectif se porte bien

A deux semaines d’intervalle, la Lettre de l’Observatoire National de la Petite Enfance (ONPE) et le rapport de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) ont publié les résultats de leurs études sur les modes d’accueil en France entre 2014 et 2016. Voici les grandes tendances qui se dégagent pour l’accueil collectif.

Une offre d’accueil inégale sur le territoire

En 2015 l’offre d’accueil se situe entre 10 (Guyane) et 92 places (Haute-Loire) pour 100 enfants de moins de 3 ans. En métropole, l’ensemble de la Bretagne et des Pays de la Loire ont des capacités théoriques d’accueil supérieures à 70 places pour 100. Les départements qui affichent les capacités les plus élevées sont Paris et les Hauts-de-Seine avec respectivement 67 et 63 places.
Mais ce sont la région parisienne et le Sud-est qui offrent le plus de places d’accueil collectif et familial dont le taux d’accueil moyen en France est de 18,2 places pour 100 enfants de moins de 3 ans. Pour 69 départements, la capacité d’accueil en structures collectives et services familiaux est comprise entre 10 et 20 places pour 100 enfants de moins de 3 ans et 19 disposent d’une capacité supérieure à 20 places. Les autres départements ont une offre comprise entre 4 et 9 places. Les études montrent que les départements où les types d’accueil collectif et familial sont les plus développés sont souvent ceux où les possibilités d’accueil chez les assistantes maternelles salariés des particuliers sont les plus faibles.

Rappelons que les schémas départementaux des services aux familles initiés en 2014 ont pour vocation de pallier ces inégalités. L’idée étant de faire coïncider ces modes d’accueil. A ce jour, 86 départementaux ont signé un tel document. Mais il est à noter que les micro crèches Paje ne rentrent pas dans ce dispositif.

Bien que l’accueil individuel reste le mode de garde le plus important en France, l’accueil collectif continue sa progression.

Le multi-accueil prend le pas sur la crèche

En 2015 on compte 14 200 EAJE qui offrent 431 000 places (7 600 de plus qu’en 2014) dont 69% de multi-accueil. En 4 ans l’offre de places en multi-accueil a progressé de 30% (60 200 places supplémentaires) quand l’offre en crèche a diminué de 8% (près de 10 000 places en moins). Au 31 décembre 2015 le multi-accueil offre 382 000 places, soit 3% de plus que l’année précédente. Ceux-ci offrant plusieurs modes de prise en charge des enfants, contrairement aux mono-accueil qui n’en offrent qu’un, permettent qu’une même place puisse bénéficier à plusieurs enfants. Ainsi en 2015, une place en crèche bénéficie à 2,8 enfants — 2 en crèche et 3 en multi-accueil. 
Des évolutions qui s’expliquent en grande partie par la transformation des mono-accueil en multi-accueil, favorisée par la généralisation de la PSU.

Le boom des micro-crèches

Ce sont les établissements qui ont progressé le plus rapidement ces dernières années. Aujourd’hui elles représentent 14% des EAJE et offrent 5% des places en accueil collectif. Les micro-crèches comptabilisent une augmentation de 28% en un an et de 200% en quatre ans (mono-accueil et multi-accueil confondus). Une croissance qui a atténué les baisses observées dans les crèches de quartier, les crèches parentales et les haltes-garderies. Résultat en 2015, les micro-crèches représentent 40% des mono-accueil (contre 18% en 2011). 
On note cependant que leur essaimage ne vise pas toujours les quartiers où il y a le plus grand besoin pour rappel, les micro-crèches qui sont sous le système Paje ne sont pas comprises dans les schémas départementaux des services aux familles. Ces micro-crèches-là ont progressé puisqu’entre 2015 et 2016, elles ont accueilli 5 900 nouveaux enfants.

Les micro-crèches Paje sont en majorité utilisées* par les familles dont les deux conjoints exercent une activité professionnelle. Le plus souvent ils appartiennent aux catégories sociales moyennes et supérieures : 35% sont des cadres ou en profession libérale et 31% ont un revenu supérieur à 4 500€ net par mois. Ces familles ne proviennent pas particulièrement de la ville puisque seules 28% d’entre elles résident dans une commune de 50 000 habitants ou plus et 48% habitent dans une ville de moins de 10 000 habitants. En termes d’usage, 30% des familles fréquentent la micro-crèche 4 jours par semaine, 29% d’entre elles 5 jours, avec une durée moyenne de 30h par semaine pour l’ensemble des familles.
Le succès de ces établissements est en partie dû à la facilité de leur mise en place car elles bénéficient de conditions particulières pour la fonction de direction et les modalités d’encadrement des enfants. Elles ont aussi un fonctionnement plus souple, notamment sur les horaires d’ouverture.

L’essor des MAM

Les Maisons d’Assistants Maternels sont également sur une pente ascendante. En 2015 elles proposent 17 800 places soit une progression de 32% en un an. Ces micro structures attirent les familles car elles représentent un équilibre entre accueil individuel et accueil collectif. Leurs modalités de fonctionnement sont également plus simples.

Par Marie Desplumes,

Les pros de la petite enfance pour maplaceencrèche.

*Selon une étude menée par le cabinet Tmo pour la Cnaf en 2017 auprès de 6 895 parents utilisateurs de micro crèches.

Like what you read? Give maplaceencrèche a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.