La RAME CARGO

une solution de transport éco-logique

Idée originale : Eric Soucy

Projet Marché Voyageur

La Rame Cargo STM est une solution écologique pour le transport des marchandises; un concept que nous avons divisé pour l’intégrer à notre Projet Marché Voyageur

Au fil des mois et des discussions avec les différents partenaires et intervenants dans le projet, nous nous sommes fait poser la question au sujet des transports de marchandises sur le site du marché proposé : comment entendez-vous gérer les transports de marchandises et les nombreux camions qui seront forcés de venir livrer sur les lieux du marché ? L’équipe de gestion du Projet a débattu à quelques reprises sur cette question importante pour en venir à l’élaboration de quelques solutions.

La Rue Saint-Hubert

D’abord, la rue Saint-Hubert est somme toute assez peu encombrée de circulation et de camion de livraison en dehors de l’heure de pointe. Or, nous prévoyons qu’une renaissance de cette rue exceptionnelle aurait lieu entre De Maisonneuve et Ontario suivant une ouverture hypothétique du Marché Voyageur et de sa place publique. Ainsi, les nouveaux commerces qui viendraient s’y établir pourraient engendrer, à long terme, un trafic important de camions. La surface de la cour intérieure du marché proposé possède suffisamment d’espace pour y inclure une aire de livraison des marchandises par camions mais néanmoins, nous sommes résolues à présenter des solutions durables. Un aménagement intelligent des lieux peut répondre à toute éventualité mais si nous pouvions innover et faire d’autant plus ? Nous envisageons chaque possibilité. La créativité c’est notre gagne pain.

Premier aménagement proposé de la cour intérieure du Marché Voyageur — Eric Soucy

Aménagement d’aires de livraison

Nous avons créé une ébauche d’aménagement de la cour intérieure. Elle serait accessible par deux grandes entrées existantes rue Saint-Hubert. Une ou deux aires de livraison pourraient y être aménagées. Mais nous laisserons le soin du design final à nos architectes dans le projet. Malgré nos pistes de solutions réalistes et réalisables pour le transport des marchandises du nouveau Marché Voyageur, nous sommes sans cesse dans une quête pour l’amélioration du concept final pour atteindre des objectifs de design urbain au développement durable. Nous souhaiterions voir un maximum d’impact positif et un minimum d’impact négatif sur le quartier après la réalisation.

Nouvelle proposition architecturale, Concept et rendu graphique : Feras Al Assafin Groupe d’Action Citoyenne Marché Voyageur

Le réseau du Métro

La réalisation du Marché Voyageur pourrait aura sans doute un impact important sur la circulation des gens et des véhicules boul. De Maisonneuve, rue Berri et rue Saint-Hubert. N’oublions jamais que le Quartier Latin et le secteur de la Place Émilie-Gamelin est d’abord un quartier résidentiel. C’est une des raisons principales pour laquelle nous voulons voir un marché dans le quartier.

C’est démontré que la qualité de vie attire résidents et commerçants. Ainsi, toute idée novatrice qui aidant à réduire l’impact environnemental et l’empreinte écologique de nouvelles infrastructures est la bienvenue. C’est précisément ce que nous proposons à nouveau en présentant une nouvelle idée pour le transport des marchandises. Comme pour la réalisation du Marché, cette idée nécessiterait la complicité de la STM. Ce qui est intéressant dans cette solution c’est qu’elle pourrait s’appliquer à bien plus qu’un seul endroit.

Puisque le Marché Voyageur serait le seul marché public accessible directement du réseau du métro, par la station Berri-UQÀM, et que notre modèle marketing de produits maraîchers québécois implique un transport de denrées des fermes de la région vers les tablettes du marché, nous croyons qu’un concept de ‘freight’ par le métro est possible. Il s’agit d’une idée logique et écologique.

Rendu graphique du premier design pour le Marché Voyageur — Concept original Eric Soucy / graphisme Eric Soucy & Fannie Blaney

Logistiques et infrastructures urbaines

Une Rame Cargo pourrait servir le marché très tôt le matin et toute autre entreprise de Montréal connectée aux tunnels du métro. Il faudrait alors mettre sur pied un service de rame cargo offert par la STM afin de rentabiliser le concept. Cette solution pourrait aider à retirer plusieurs camions de livraison des rues du Centre-Ville de Montréal. Nous voyons notre Marché Voyageur dans cette solution, mais aussi de nombreux hôtels et de nombreux édifices publics du centre-ville qui pourraient bénéficier de ce service de rame cargo tôt le matin, avant le début du service régulier.

Adapter les vieilles rames

Il suffirait d’adapter les vieilles rames en conséquence, soit en les transformant pour accueillir du freight sur palette. Les installations du métro à la station Berri-UQÀM, Bonaventure, Longueuil, Montmorency, pour ne nommer que ceux-là, sont dotées d’ascenseurs et de corridors qui accommodent déjà certaines manutentions d’équipements lourds. Ainsi, l’essentiel pour que ce concept soit avantageux c’est de concentrer le service sur les stations comportant une infrastructure adaptable, et surtout, des receveurs, des clients de la rame cargo.

Dans le cas de la Station Berri-UQÀM, le Marché Voyageur projeté aura de nombreux voisins, qui chaque jour se feront livrer des marchandises par camion: la Place Dupuis et ses nombreux commerçants, l’Université du Québec, la BAnQ et la Gare d’Autocars. La Rame Cargo est selon nous un concept réalisable et représente une opportunité d’utiliser des infrastructures existantes à des fins de développement durable; une analogie direct à notre projet Marché Voyageur qui lui aussi se définit par une re-qualification d’acquis civiques. Nous l’avons imaginée pour notre marché, mais plus on y pense, plus on croit qu’il s’agit en fait d’une idée novatrice pour le futur de toute la ville.

Le Concept de la Rame Cargo — le transport des marchandises par le métro sur une rame adaptée — Concept : Eric Soucy / rendu graphique : Fannie Blaney & Eric Soucy

Le Marché Voyageur

Texte et Concept : Eric Soucy

Rendu graphique : Fannie Blaney, Feras Al Assafin & Eric Soucy

blogue, tous droits réservés FI3200/2015