La rue du Marché, Saint-Hubert

Rue Saint-Hubert, côté Est, vue vers le Sud-Est entre Ontario et De Maisonneuve

Le rue Saint-Hubert entre De Maisonneuve et Ontario est certainement l’une des plus belles rues de Montréal. Mal aimée et mal développée, elle pourrait cependant devenir la rue du Marché Voyageur.Cité Maraîchère et atteindre son plein potentiel en 10ans. Suffirait de lui donner une raison d’y marcher, une attraction urbaine, commerciale et culturelle.

La Maison des Missionnaires d’Afrique, rue Saint-Hubert côté Ouest

Les grandes maisons de la rue Saint-Hubert sont parmi les plus belles du Quartier Latin, mais elles sont plus ou moins en état pour la plupart, et ce, pour des raisons évidentes. Plusieurs propriétaires n’en retirent que très peu de revenu. Ainsi, à quoi bon investir pour rénover si aucune perspective de croissance n’existe dans le secteur ? Ces joyaux architecturaux sont donc entretenus au minimum afin de poursuivre leurs activités sans plus. Hormis les prostitués, les revendeurs de drogue et les touristes égarés, seul quelques résidents du quartier s’y aventurent. Et pourtant, cette rue est plus belle que la rue Saint-Denis, plus belle que la rue Laurier, plus belle que Saint-Laurent, Crescent, de la Gauchetière. Les quartiers qui l’entour sont des quartiers aisés et très achalandés, le Village, le Plateau, le vieux Montréal, le Quartier des Spectacles, et de plus en plus, le quartier latin et le Centre-Sud.

‘’Aucune raison autre que du laisser faire et un manque de vision explique la situation; la rue Saint-Hubert a un énorme potentiel économique non exploité’’ — Eric
Côté Ouest, vue vers le Nord Ouest entre Ontario et Sherbrooke

L’architecture de la rue Saint-Hubert et sa position stratégique en font une artère de choix pour un re-développement culturel et commercial. De plus, la reprise par Aquilini Investments de l’édifice inachevé des résidences de l’UQÀM suggère une transformation en maisons de ville sur sa façade Est, rue Saint-Hubert. La table est donc mise pour nous, et nous affirmons depuis le lancement de notre propre projet — Le Marché Voyageur.Cité Maraîchère — que la revitalisation de la rue Saint-Hubert est le plus gros gain sans équivoques que la ville de Montréal peut espérer en retombés économiques de la réussite de ces deux projets complémentaires.

‘’C’est comme si on avait décidé inconsciemment que cette rue n’avait aucune autre fonction que d’accueillir les restes du Red Light. De surcroît, on voudrait y ajouter de l’ombre projeté par deux tours de Revenu Québec… un projet coûteux sans modèle économique pour la vie de quartier, ni de plan de développement durable, ni de perspectives de développement touristique… pour la vision on repassera.’’ — Eric

Nous voyons le rue Saint-Hubert comme une rue de calibre internationale qui a le potentiel de devenir une des cinq plus impressionnantes rue de la métropole. Encore faut-il un moteur économique pour réussir cela, un attrait, une place, une offre de produit et de culture. Notre proposition pour l’îlot Voyageur Sud lancée lors de l’événement #jevoismtl l’automne dernier est maintenant un projet citoyen qui interpelle de plus en plus de Montréalais précisément grâce à son modèle économique de vie de quartier en opposition au modèle de l’îlot administratif que propose Québec. Le devenir de l’îlot Voyageur Sud déterminera l’avenir de tout le secteur et plus spécialement l’avenir de la rue Saint-Hubert et de la Place Émilie-Gamelin. Nous ne distinguons aucunement l’îlot Voyageur de la Place Émilie-Gamelin et de la rue Saint-Hubert, ces trois éléments de la ville ont leur futur intimement lié. Ce secteur déjà fortement délaissé par les milliers de Montréalais et de touristes qui y circulent en vitesse chaque jour ne trouveras pas de paix sociale ni même son avenir de statut quo sans une planification urbaine intelligente et inspirée. Mais le statut quo n’est pas une option pour nous dans le quartier et il ne devrait pas l’être pour Montréal non plus.

“Quand Québec prévoit engloutir 249 000 000$ de fonds publiques dans un projet qui n’amène aucune solution au secteur de la Place Émilie-Gamelin ont ne peut pas demeurer indifférent et prétendre que nous allons demeurer résident du Quartier Latin encore longtemps” — Eric
Côté Ouest face à l’entrée Principale de l’espace publique proposée pour le Marché Voyageur (Entrée Saint-Hubert)

Nous sommes conscients des défis qui attendent une telle entreprise, le défi de la révocation d’infrastructures, de la communication et de l’insertion sociale surtout. Mais nous croyons que c’est devenu une responsabilité de s’attaquer de la bonne manière à ce qui reste du Red Light dans le centre-ville. C’est une responsabilité de Montréal d’améliorer la qualité de vie des résidents du centre-ville et d’y accroître le potentiel économique. Montréal possède l’un des centre-villes les plus habités des grands centres urbains Nord-Américains et cette équation doit être préservée à tout prix. À cause de l’absence de budget de la ville pour les grands projets de re-développement, la responsabilité devient donc celle de Québec; face à l’absence de vision et de compréhension du tissu urbain de la part de nos leaders, la responsabilité devient celle des résidents, des intervenants en urbanisme, des gens d’affaires, des Montréalais. Plusieurs d’entre-eux s’intéressent de plus en plus à relever ce défi grâce à notre initiative, et c’est là notre première raison d’exister — réunir la communauté autour d’un projet d’avenir — mais encore faut-il qu’ils soient écoutés et entendus. Personne n’est mieux placé pour comprendre Montréal que ses résidents et ses commerçants.

‘’Nous souhaitons réunir d’autant plus d’intervenants, d’entreprises et d’institutions autour de ce Projet Citoyen pour le réaliser, et la série de reportages télévisuelles qui sera produite sur son développement sera un outil essentiel pour atteindre cet objectif. Sans la force de la communauté il sera difficile de renverser la vapeur et de s’assurer que nos valeurs de développement durable soient appliquées au re-développement de l’îlot Voyageur Sud’’ — Eric

Le Projet du Marché Voyageur.Cité Maraîchère

facebook

#jefaismtl

FI3200/2015 tous droits réservés