MM RADIO — CREATIVE STUDIO : “DANS LES COULISSES DE L’HABILLAGE SONORE” AVEC DAVID STARCK

© MasterMINDER Entertainment

“Il faut toujours chercher à apprendre, à rencontrer des gens, un petit conseil va vous changer une façon de penser.”

NOUVEAU — Abonnez-vous à MM Radio pour écouter cette émission ainsi que tous les programmes du bouquet info-divertissement 24h avant la diffusion publique !

CREATIVE STUDIO — le programme dédié aux créatifs de l’audiovisuel sur MM Radio, clôture sa première saison avec un autre métier essentiel de l’industrie audiovisuelle.
Après l’éditorial et l’image, Angela Peauty discute d’habillage sonore avec le compositeur français David Starck à la carrière internationale — exceptionnellement à distance, grâce à la collaboration de HP et son écran incurvé de 34" et le performant PC portable OLED ZenBook d’ASUS. Cela, en raison de la construction en cours du nouveau studio d’enregistrement de 70m² de notre invité, situé dans le sud de la France.

David Starck explique l’importance d’avoir son propre studio, d’autant qu’il possède un premier pied-à-terre de 22m² à Paris. “Déjà, il y a le fait d’être sur place comme on veut parce que les deux studios font aussi partie de mon habitation. Je suis privilégié, j’ai la chance d’avoir une maison et un appartement où j’ai la possibilité de dormir, de manger et d’aller en studio dans le même lieu. Evidemment, je peux travailler quand je veux et aussi, le fait que je contrôle un peu tout — sans être un “control freak” (maniaque du contrôle, ndlr) — j’aime quand même bien diriger les manettes. Et puis après, c’est aussi une question de connaître le son, parce que chaque studio a un son différent. […] Ah oui, évidemment, le fait de faire des économies. Je peux passer 10h ou 15h ou 20h ou 1h, ça ne me coûte rien. Il n’y a plus du tout cette contrainte de dépense d’argent et de stress.”

“Ça a pris beaucoup plus de temps d’avoir des contacts en France qu’à l’étranger.”

En plus de parler de son parcours jusqu’à devenir compositeur musical pour des films, programmes télé et des publicités à l’international — dont on peut entendre quelques-unes de ses compositions dans l’épisode de Creative Studio — le fondateur de David Starck Music Creations raconte la différence entre travailler avec des américains et des français. “C’est particulier le cercle de production en France. Ils sont très hésitants et un petit peu réticents à tout ce qui est un peu nouveau — je ne veux pas critiquer. On envoie un morceau de musique aux américains, à quelqu’un d’inconnu, si le morceau de musique est bien, il vous dira, “ouais, pourquoi pas, ça peut m’intéresser”, alors que pour le français, il faut être l’ami de l’ami de l’ami, introduit par tel, truc pour arriver à ouvrir une petite porte. Peut-être parce qu’ils sont très contents comme ça, ça leur suffit, ils n’ont pas le temps d’avoir des gens qu’ils ne connaissent pas, je ne sais pas.”

Regardez un extrait MM TV de l’épisode 1 “Dans Les Coulisses du Développement d’un Sujet” avec Louisa Amara (“Single Jungle”).

Ecoutez l’interview intégrale dans l’émission CREATIVE STUDIO sur MM Radio !

“C’est toujours mieux d’être en communication constante, dès le début, parce qu’avant j’envoyais 1h de musique et on me disait, “alors ça, c’est super, mais ça n’a rien à voir avec ce qu’on veut”.”

David Starck détaille son processus créatif. “Une fois que le job de compositeur est scellé, on va souvent parler de références. C’est 99% du temps. Il y a une espèce de briefe avec toute une description par rapport à ce que la production veut. Le compositeur n’a pas la liberté totale de faire ce qu’il veut par rapport à l’image. Ça n’a jamais été mon cas, en tout cas. Il y a toujours des références selon la boîte de prod. ou le superviseur musical ou avec la personne avec laquelle je travaille. Ça sera plus ou moins détaillé, plus ou moins précis. […] J’écoute beaucoup de compositeurs qui n’ont souvent rien à voir. J’écoute beaucoup de musique, beaucoup de jazz. L’inspiration, c’est souvent plus hors musique j’ai envie de dire, parce que la musique, quand j’en fais toute la journée, le soir, je n’en ai pas forcément envie. J’aime bien avoir deux projets en même temps. Pas de gros projets, j’aime bien un projet principal et un petit projet sur le côté, pour sortir un petit peu de cette grosse bulle, pour arriver à ne pas faire une musique qui soit complètement uniforme et qui se ressemble. Raconter une histoire, c’est super important mais il ne faut pas la raconter de la même façon pendant 1h.”

“Ce n’est pas mon style de faire une pâle copie de tel ou tel compositeur. Le problème, c’est que des fois, on est un peu obligé puisque la production nous dit, “non, non, non, je veux que ça sonne comme Hans Zimmer.”

Grâce aux plateformes de communication diverses, le compositeur sonore est aujourd’hui tout autant célèbre qu’un réalisateur et peut collaborer de n’importe quel endroit. “Évidemment, la technologie a fait que, maintenant, on peut être découvert en plein milieu de la Corrèze. Ça, c’est formidable. Quelqu’un qui a un petit peu de matériel peut être vite découvert, faire une playlist sur Spotify ou sur un autre média et être entendu. Maintenant, les grands deviennent des stars mais il n’y en a pas beaucoup. […] Shazam est un outil super important. J’ai fait de la musique à l’image pour les magasins Carrefour, Kiabi, Picard, McDonald’s en France et Shazam, c’est l’outil de la production hyper important parce qu’ils vont te dire, “ce morceau-là, on en voudrait d’autres comme ça parce que c’est le plus shazamé.” […] C’est toujours mieux d’élargir sa palette, déjà parce qu’on ne sait jamais ce qui se passe. Ça se trouve, demain, il n’y a plus de films, il n’y a plus que de séries ; il n’y a plus de séries, il n’y a plus que des podcasts.”

“Ça fait du bien, financièrement, que des magasins comme Picard, Carrefour, tout ça, jouent votre musique toute l’année, à la fin, sur le relevé trimestriel de “royalties”, ça fait du bien.”

Le compositeur — qui prend aussi du temps pour créer des compositions créatives personnelles pour son portfolio — dévoile le budget d’entrée d’un compositeur. “Rémunération de base, c’est vraiment très aléatoire. Déjà, il y a plusieurs façons d’être rémunéré dans la musique. Il y a les droits d’auteur qu’on reçoit trimestriellement par son organisme, genre la SACEM, BMI — la SACEM américaine, etc. Après, il y a les revenus de contrats. Je vais dire n’importe quoi, quand un compositeur ne va pas trop mal, ça commence à 30 ou 35 000€ à peu près et puis, ça monte à des sommes vertigineuses.”

Regardez un extrait MM TV de l’épisode 2 “Dans Les Coulisses d’un Créatif de l’Image” avec Vivien Lavau (Keep Diggin).

Ecoutez l’interview intégrale dans l’émission CREATIVE STUDIO sur MM Radio !

“Maintenant, c’est du bouche-à-oreille, les gens me connaissent, j’ai un groupe de personnes, de superviseurs, etc. qui parlent de moi ou qui m’appellent pour des projets précis.”

David Starck parle de quelques-uns de ses projets dont le dernier qui l’enflamme plus particulièrement. “Je suis un truc qui m’excite là, qui arrive sur Oprah Winfrey Network/OWN. Il y a 8 épisodes d’1h sur les femmes noires célibataires aux États-Unis. C’est un sujet qui m’intéresse parce qu’évidemment, ce n’est pas toujours facile et que c’est un truc que je voulais faire depuis longtemps. Je suis le compositeur, ça se passe très, très bien. Il y a 3 autres compositeurs, on est 4 en tout. Ce qui m’intéresse dans le futur, ce n’est pas forcément des boites de prod. ou des trucs précis mais j’aime bien les sujets intéressants autres que la téléréalité, parce que j’en ai fait pas mal.”

“Comme je suis un petit peu chercheur fou et que j’ai toujours fait beaucoup de styles variés, aujourd’hui on va dire que j’ai une palette très ouverte, j’adore tout ce qui est minimaliste, plutôt acoustique, tendance assez rythmique, subtile, sophistiqué.”

La conversation se termine sur les bandes originales de films et séries récemment écoutées et appréciées par chacun. “En termes de production dernière, c’était “Moon Knight”. En termes d’ambiance musicale mais ce n’est pas dernier, c’est “The Morning Show” d’Apple TV, la bande son est vraiment bien faite. Et puis, ce n’est pas nouveau, c’est “Genius”, la saison 1 centrée sur Albert Einstein. La musique est très artistique, c’est vraiment très beau. Et en termes de film, c’est vieux mais je suis revenue dessus, c’est “X-Men Origins : The Wolverine”, surtout le premier titre. C’est très dynamique, il y a des voix d’opéra et puis, ça ne fait pas très super-héros, c’est magnifique,” Angela Peauty.

Ecoutez le dernier épisode de CREATIVE STUDIO, “Dans Les Coulisses de l’Habillage Sonore” sur MM Radio pour continuer à en découvrir plus sur les différents métiers et créations en coulisses de l’audiovisuel.

Poursuivons la discussion et partagez vos avis sur ce business créatif ainsi que vos questions, via nos réseaux sociaux @masterminderent !

Abonnez-vous à la newsletter de MASTERMINDER Entertainment pour recevoir les BEST-OF des émissions de MM Radio, des contenus MM TV ainsi que des coulisses CREATIVE STUDIO en envoyant simplement un email à masterminder-subscribe@masterminderentertainment.com.

CREATIVE STUDIO de MM RADIO est un programme dédié aux créatifs de l’univers audiovisuel, bimestriel cette saison 2021/22, disponible sur SPOTIFY, AMAZON MUSIC et DEEZER, en plus d’Apple Podcasts, Google Podcasts, TuneIn, Acast et Stitcher ! #CreativeStudio

Les extraits vidéo/audio et citations des invités sont partagés sur nos réseaux sociaux.

Vous pouvez écouter les émissions du bouquet MM RADIO sur votre ordinateur, votre smartphone, votre tablette, et votre Smart TV, via votre casque ou votre haut-parleur, au bureau, en voiture, dans les transports… bref, n’importe où !

Suivez nos actualités et productions à venir.
MM RADIO | MM TV

Ainsi qu’à travers les réseaux sociaux !
Twitter
Instagram
Facebook
Tumblr
LinkedIn

--

--

MasterMINDER Entertainment est un studio de production audio et l’identité réunissant les entités MM RADI, MM TV — contenus lifestyle, We Tell Stories Studio — services de consulting & mentoring, et We Tell Stories Creative — storytelling stratégique et créative interne.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store