MM RADIO : LECTURE AVEC GILLES VERVISCH — “LE SECRET DE PLATON”

“La question sur les civilisations perdues sont liées à la question des origines de l’humanité et de la vie”.

MM RADIO peut aussi être écouté sur TUNEIN, ACAST et STITCHER.

Gilles Vervisch mêle une nouvelle fois la fiction à la philosophie et en discute avec Angela Peauty dans l’émission LECTURE sur MM Radio. “Avec “Star Wars”(La Philo Contre-Attaque, ndlr) par exemple, j’avais essayé de faire découvrir la philosophie à travers une histoire, à travers une fiction et puis, comme je le fais sur d’autres sujets — le père noël, la publicité. J’avais envie de faire un peu la démarche dans l’autre sens, c’est-à-dire me mettre, moi, à raconter des histoires pour faire découvrir la philosophie et je voulais vraiment une intrigue.”

Avec “Le Secret de Platon” sorti en mars dernier, le professeur de philosophie s’essaye à une toute autre forme littéraire, le roman. “Avec un essai philosophique, on cherche à incarner des personnages qui soient, on essaye, attachants, auxquels le lecteur puisse s’identifier. Raconter une histoire, c’est vraiment plus émouvant que d’écrire un essai. Ça n’est pas plus facile. Un essai philosophique, c’est assez facile dans la mesure où les pensées se déduisent les unes des autres. On est dans le raisonnement, donc tout s’enchaîne. Dans un roman, chaque phrase est une création parce que la phrase précédente, c’est une description, un dialogue qui ne dit rien de ce que sera la phrase suivante.”

“J’ai plutôt tendance, au départ, à m’identifier au narrateur, au héros Étienne, mais comme je vous le disais, je suis un peu dans tous les personnages.”

Il explique pourquoi il s’adonne à toujours traiter de sujets philosophies à travers des sujets contemporains et historiques. “J’essaye de montrer que ce n’est pas ennuyeux du tout, effectivement. Il y a des préjugés des deux côtés. Il y a des préjugés des lecteurs qui, en entendant le mot philosophie, disent “on ne comprend rien”. Il y a peut-être du côté des philosophes, certains qui pensent qu’on a l’air plus intelligent quand on ne se fait pas comprendre. Moi, j’essaye de dédramatiser un peu tout. Moi, je fais de la philosophie depuis 20 ans, je ne sais pas pourquoi ça me plaît mais en tout cas, ça me plaît. Donc, moi, mon but, c’est que tout ce que je dis soit compris.”

Pour son premier roman, Gilles Vervisch a choisi de raconter une histoire autour du mythe de l’Atlantide. “Je ne pense pas qu’il y ait quelque part sur terre un continent qui a été englouti, qui est l’Atlantide. Je pense que c’est une sorte de vague souvenir alors soit, d’un événement, soit de plusieurs puisque finalement, dans l’Atlantide, c’est le mythe du déluge que l’on retrouve dans toutes les civilisations.”

Mais surtout, de raconter l’histoire de personnages, qui à travers une quête, des voyages et des rencontres, se laissent transformer. “On peut, sans doute, changer en restant chez soi mais c’est vrai que moi, j’ai remarqué dans mon expérience personnelle que quand on part où que ce soit et quel que soit le temps — on peut partir 2 jours — ça dépayse et on ne revient jamais tout à fait le même que celui qu’on était. Les anglais, pour parler d’un voyage initiatique, parlent d’un voyage à la découverte de soi-même. C’est comme ça qu’ils le disent donc, oui, forcément, on va forcément sortir de ses habitudes de toute façon.”

“Ça rationalise d’avoir un Dieu unique. Après, ça peut prêter à sourire d’imaginer un dieu pour chaque chose.”

Le philosophe révèle une possible suite au roman “Le Secret de Platon”. “Ouais. J’imagine. D’ailleurs, on verra comment ça se passe mais il y a des éléments dans ce livre qui seront expliqués dans une éventuelle suite, s’il y en a une.”

Ce qu’il prévoit de lire cet été. “J’aimerais bien lire Elena Ferrante parce que je ne l’ai jamais lu et que tout le monde l’a lu et pas moi.”

Et de quelle manière il stratégise pour trouver le temps de lire. “Eh bien, quand je n’ai pas assez de courage, de force pour écrire et quand j’en ai assez pour ne pas que regarder la télé. Donc, c’est un moment entre les deux quand j’ai vraiment envie de ne rien faire, je me colle devant une série. Quand j’ai la force d’écrire, j’écris et puis entre les deux, c’est un état de force intermédiaire, “tiens je vais lire”.”

Bonne écoute et bonne Lecture !


Vous pouvez écouter les émissions du bouquet MM RADIO sur votre ordinateur, votre smartphone, votre tablette, et votre Smart TV, via votre casque ou votre haut-parleur, au bureau, en voiture, dans les transports… bref, n’importe où !


LECTURE est une émission mensuelle de MM RADIO ! #Lecture
Egalement sur TUNEIN, ACAST et STITCHER.

Les Citations des invités sont partagées sur nos réseaux sociaux.

©MasterMINDER Entertainment


Suivez nos actualités et productions à venir.
MM RADIO | MM TV

Ainsi qu’à travers les réseaux sociaux !
Twitter
Instagram 
Facebook
Tumblr
LinkedIn