Plongée dans le parcours design de studio samedi

studio samedi est un atelier de design fondé par un duo très complémentaire d’alumni de la matrice Art et Numérique : Marine Depery et Louise Geday-Volait.

Loin de se limiter au design graphique, ces deux entrepreneures ont monté un studio à la croisée de leur formation artistique et de leurs regards sur l’innovation. Elles s’attaquent à rendre intelligibles des systèmes complexes. Portrait.

Moins d’un an après sa création, studio samedi a quitté, en novembre dernier, les locaux de Matrice pour emménager dans un atelier partagé avec des architectes au pied de Montmartre. C’est dans cet espace bien à elles que je les ai retrouvées. Les murs sont recouverts de croquis et de grands tableaux sur lesquels sont déclinées les dates clés à venir, les missions en cours et les idées. Des noms de grands comptes ressortent tels que EDF, GrDF, Dalkia ou encore le CNRS.

Diplômées de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (EnsAD) en Design Graphique et Multimédia, Marine et Louise développent une pratique du design alliant exigence artistique et fonctionnalité. Durant leur dernier semestre d’études, elles ont conçu un système d’éditions paramétriques qui nécessitait de la programmation informatique. Un de leurs professeurs leur a alors suggéré de rejoindre le programme Matrice qui vise à mettre en contact des développeurs avec des personnes venant d’autres univers : design, sciences sociales, droit… Au sein de ce programme entrepreneurial, elles créent avec Marc Fagot et Simon Hill le projet Ostendo, dont elles conçoivent également toute l’identité visuelle. Cette collaboration leur apprend à la fois à manier le vocabulaire des développeurs mais également à transmettre leur démarche créative. Au terme des dix mois du programme, l’équipe décide de ne pas poursuivre le développement commercial de son application de médiation culturelle destinée aux lieux d’expositions. Elles retiennent l’importance d’être à l’écoute des besoins de leurs clients tout en restant fidèles à leur vision graphique.

L’équipe d’Ostendo revient sur le test de son application de médiation culturelle dans l’exposition Percolaris, à l’occasion de la soirée de clôture de la Matrice Arts & Numérique à Station F, le 12 octobre 2017

Fortes des rencontres, découvertes et apprentissages de cette première expérience entrepreneuriale, elles accompagnent Simon Hill dans Curcuma, un projet de plateforme de mise en relation d’artistes et de développeurs. Passionné, il les embarque au sein de la Paillasse, puis au launchpad d’HEC. Ce programme très axé business entre en résonance avec celui de Matrice plus porté sur la dimension humaine de l’entrepreneuriat. Toujours en interrogation sur leurs pratiques professionnelles, elles ont un déclic. Elles réalisent que travailler uniquement autour d’un produit “phare” ne leur suffit pas et qu’elles ont le besoin d’intervenir sur des projets différents. Ainsi, elles se lancent sereinement dans le projet qui leur tenait à coeur depuis leurs études : lancer leur propre studio de design graphique. Et c’est ainsi qu’est né Studio Samedi !

Les débuts du studio ont été faits de projets très variés, allant de la refonte du site internet de la Marine Nationale à la création d’une installation pour le séminaire annuel de la DSI de GRDF, en passant par la conception d’identités visuelles, pour Mirage Visualisation, la Nouvelle Vague de GRDF ou encore la Compagnie l’Homme Probable. Elles ont également mis leur expérience d’alumni au service de la communauté Matrice, en créant une gamme d’outils de créativité pour faciliter le travail des matriciens pendant les sprints créatifs.

Dans le cadre des Journées du Futur organisées par la Directions Grands Comptes d’EDF les 8 et 9 avril 2019, studio samedi a réalisé le graphisme et les illustrations des 25 solutions innovantes présentées lors de cet évènement.

Pour cette nouvelle année, les entrepreneures de studio samedi fourmillent de projets :

  • développer leur offre de design graphique au service de l’innovation et la recherche ;
  • promouvoir visulaw, l’association qu’elles ont co-fondé avec des juristes et dont l’objectif est de rendre le droit plus accessible aux non-professionnels, grâce au design graphique ;
  • partager leurs expériences et leurs réflexions sur leur pratique du design via des articles dans leur nouvelle publication Medium “a posteriori” ;
  • et bien sûr poursuivre les projets engagés avec leurs clients actuels !

En tant que participant au programme, j’ai pu bénéficier personnellement de l’accompagnement en design qu’elles proposaient, en contrepartie de leur accueil dans les locaux de Matrice. Elles m’ont guidé à travers les différentes étapes de la conception du logo de motion : je reconnais les avoir beaucoup sollicitées tant j’obtenais des retours stimulants et bénéfiques à mes questions. Très content du résultat graphique, j’ai encore plus apprécié leur méthode de travail et ai partagé avec elles une même vision de l’entrepreneuriat.

Le parcours de studio samedi nous montre qu’entreprendre, c’est évoluer, se renouveler, apprendre des autres, tester, sans jamais s’arrêter. On leur souhaite de garder cette fraîcheur, cette curiosité qui les poussent à aller au-delà de leurs compétences initiales. Si la communauté Matrice doit accepter de voir partir ses membres , elle reste disponible pour les soutenir, les conseiller et les solliciter pour des missions professionnelles. C’est aussi tout l’intérêt de rejoindre ce programme qui poursuit dans la durée son investissement auprès des équipes et des personnes.

MATRICE Journal

Porter l'innovation dans des mondes complexes

Clément Jacquemaire

Written by

Philoneist, freelance software craftsman Python, entrepreneur

MATRICE Journal

Porter l'innovation dans des mondes complexes