L’open banking attire les consommateurs et se pose en formidable relais de croissance

Arthur de Villemandy
Jun 13 · 3 min read

Nous nous sommes récemment penchés sur les dernières transformations du secteur bancaire, et nous souhaitions partager nos dernières analyses avec vous.

En février dernier, la startup allemande Raisin a fait une levée de fonds record.

millions : c’est le montant qu’elle a récolté auprès d’investisseurs comme Paypal ou Index Venture pour accélérer le développement de son produit, la première plateforme d’épargne et de placements financiers européenne.

Un mois plus tard, Raisin officialisait de la banque allemande MBH afin d’obtenir une licence bancaire. L’objectif : accélérer le déploiement de ses produits en Europe, dont certains étaient encore réservés à l’Allemagne.

Fondée en 2012, plus de 180 000 particuliers utilisent déjà son service, a noué des partenariats avec 75 banques et a déjà collecté $12 milliards de dépôt.

En février, c’était la startup anglaise Bud qui récoltait millions de la part de Goldman Sachs et HSBC pour son produit qui connecte les banques avec toutes les fintech et les services financiers.

POURQUOI C’EST IMPORTANT :
Avec les gros changements de régulation et les nouvelles aspirations des particuliers, une nouvelle ère des nouveaux services financiers B2B et B2C est en train de voir le jour.

A la base, de nouvelles régulations et une aspiration des consommateurs

En 2007, la directive européenne DSP1 avait déjà permis à une myriade de nouveaux acteurs de proposer des nouveaux services bancaires (virements, paiements, compte…) sans une banque.

En 2018, c’était autour de la DSP2 d’entrer en application, après avoir été votée en 2013. Elle va encore plus loin, car elle permet le partage de données des utilisateurs notamment via des API.

Avec son initiative d’Open Banking, le Royaume-Uni a été précoce dans le partage de données.

A l’origine : une concurrence sur les produits bancaires pour les particuliers.

Et lorsque l’on regarde leurs aspirations, ils ont envie de flexibilité (ce que permettent les données ouvertes), et sont très demandeurs de .

De nouveaux services financiers se construisent sur ces fondations

L’open-banking marque le début d’une nouvelle ère et les opportunités business fleurissent :

# Il y a ceux qui se concentrent sur le B2B2C : c’est le pari qu’a fait la startup anglaise Bud qui veut aider les banques à rester compétitive dans cette nouvelle ère. Elle leur propose une interface qui leur permet de proposer de nouveaux services à leurs clients en se connectant à d’autres services financiers. On a vu que Bud avait par exemple enrichi le service First direct de HSBC : en utilisant les données des clients HSBC, une fonctionnalité permet de faire des recommandations de dépenses et une autre de recommander des services d’épargne.

# Ceux qui s’adressent directement aux consommateurs : c’est le cas de Raisin, mais aussi de la startup française , qui propose des nouveaux produits d’épargne aux consommateurs sans changer de banque. Les coach financiers sont eux aussi en plein essor. Le français propose par exemple d’épargner de l’argent directement dans l’application Messenger de Facebook, et pourrait à terme proposer de nouveaux produits financiers.

# Ceux qui transforment les systèmes des entreprises : en novembre dernier, IBM a sa plateforme d’Open Banking via son programme Watson. Celle-ci permet aux banques de connecter leurs systèmes d’informations au cloud, ce qui leur permet ensuite de construire des applications directement dans le cloud.

Et si la prochaine étape de l’Open Banking était les ? Comme l’iPhone et les smartphones Android, les banques pourraient commencer à laisser des acteurs tiers construire des applications pour leur plateforme. Cela permettrait de construire un écosystème vertueux et d’offrir de plus en plus de services à leurs clients.

est une filiale de The Family, dédiée aux opportunités de business scalables qui nécessitent un fort appui infrastructurel et capitalistique. Depuis 2015, Pathfinder crée des startups à partir des problématiques sectorielles de nos clients corporates. Ils partagent notre ambition, assument leur incapacité à déployer des startups en interne et nous font confiance pour faire émerger des pépites dont ils deviennent investisseurs majoritaires.

Prêt à inventer le futur du système bancaire? !

Pathfinder

Invention is key.

Arthur de Villemandy

Written by

Founder @planet_nl | Fascinated by ideas & the future

Pathfinder

Invention is key.