Votre Transformation, vous la voulez avec ou sans Emotion ?

La dernière fois que vous avez expliqué à vos équipes que vos alliez changer leur outil de travail, vous avez vu sur les visages de larges sourires de satisfaction. Récemment, l’un de vos fournisseurs vous a fait faux bond, cela vous a incité à engager une recherche de nouveaux partenaires, et vos collaborateurs ont fait la grimace. D’ici deux à trois mois, vous allez annoncer une nouvelle alliance stratégique, et vous prévoyez de ne recevoir de la part de vos interlocuteurs que des silences de stupéfaction. Vous savez bien que toute transformation génère des réactions. Mais parfois vous avez du mal à composer avec elles. Pour autant, votre entreprise ne fait que se transformer. Comment faire alors ? Voici quelques petits rappels.

Photo by Art by Lønfeldt on Unsplash

Votre entreprise doit se transformer et cela va déclencher des émotions. A votre propre niveau tout comme à celui de vos équipes ; chez vos clients, vos actionnaires, vos partenaires, vos fournisseurs. Vous n’y pouvez rien, l’homme est ainsi fait.

La mauvaise nouvelle est que l’on n’apprend que peu à gérer ses émotions, et encore moins à gérer celles des autres.

La bonne nouvelle c’est que l’émotion est un puissant moteur pour mettre l’humain en action. En mouvement. C’est même là que se situe l’origine de la formation du mot. Bien souvent des équipes investies émotionnellement contribuent plus et mieux à une transformation.

Les neurosciences nous ont ces dernières décennies ouvert sur le sujet tous les champs du possible et nous savons désormais que leadership rime avec la capacité d’un manager à reconnaître ses propres émotions, et à reconnaître celles de ses équipiers et parties prenantes. Cette capacité s’appelle la maîtrise de soi et des autres, ou bien encore l’intelligence émotionnelle. Elle s’évalue dans d’innombrables situations du quotidien : lorsqu’il s’agit de repérer que quelqu’un vous ment ; lorsqu’il est besoin de se calmer rapidement d’un énervement ; lorsqu’il est nécessaire de parler d’un problème avec quelqu’un ; lorsque vos intuitions vous parlent et que vous y prêtez (ou non) de l’importance ; lorsque votre interlocuteur cherche à vous manipuler et que vous l’autorisez à vous culpabiliser ; lorsqu’une critique vous est formulée et que vous y réagissez……

Il y a sur le chemin de la gestion des émotions plusieurs étapes, qui sont toutes fondamentales à la réussite d’un projet de transformation. Je les décris ci-dessous.

La première étape consiste à se contraindre à passer au filtre des émotions le projet de transformation que vous avez l’intention d’engager. Entre gens polis, il est d’usage, lorsque l’on formule une demande, de dire “SVP” à la personne, au sens de “S’il Vous Plaît”. Il s’avère que ce petit acronyme peut signifier encore autre chose, et que dans ce cas il est bien utile aussi, sur le sujet qui nous intéresse. Plutôt que de vous contenter, vis-à-vis de vos équipes, à de seules injonctions à changer, obligez-vous à vous demander si elles vont Savoir, Vouloir, et Pouvoir faire face à ce changement. Rappelez-vous en chaque instant que ce SVP là est tout aussi clé que celui que vous avez appris lorsque vous étiez petit. La grille de lecture de la partie “Vouloir” vous incitera à bien explorer le sujet des émotions que votre projet de transformation peut générer au sein de vos équipes.

La deuxième étape consiste à s’approprier le langage des émotions. Il s’agit de déployer les mêmes efforts que ceux qui sont nécessaires pour apprendre une langue étrangère. La pratique est quotidienne, l’objectif est de mémoriser tout un champ lexical bien spécifique. Si les émotions de base sont simples et peu nombreuses, elles se composent de multiples façons. Il existe sur le web de nombreuses cartographies des émotions, il y a même des applications smartphones permettant de les identifier (ma préférée étant Universe of Emotions).

Après vient l’acceptation de ses propres émotions, en tant que manager. Cela suppose d’y mettre les bons mots, je vous promets que l’effort de verbalisation est réel et gagnant. Il n’est que rarement possible de changer les émotions qu’un événement génère. Par contre, à force de les reconnaître puis de les accepter, il devient possible de comprendre, d’accepter puis de réguler les réactions physiques que provoquent chacune de ces émotions. Un manager qui maîtrise mal ses propres émotions et donc les réactions physiques qu’elles entraînent, voit son leadership gravement impacté. Ses équipes en effet l’observent sans cesse, et l’effet qu’ont ces réactions physiques sur elles est bien plus grand que le plus beau de tous les discours qu’il ou elle pourra prononcer sur les raisons qu’il y a à s’engager dans un projet de transformation.

Puis vient la capacité, en tant que manager, à accueillir les émotions de ses coéquipiers. Cela s’appelle l’empathie, et à nouveau cela se travaille. Bien souvent les personnes sont reconnaissantes envers celles et ceux qui, en toute bienveillance, admettent l’expression de ces émotions, les aident à y mettre des mots, puis envisagent de faire ce qu’il est nécessaire pour les atténuer. Il est sage pour un manager de prévoir dans ses interactions avec ses collaborateurs le temps de parole nécessaire à cette part émotionnelle d’un environnement professionnel, de surcroît lorsque celui-ci vient à changer.

Enfin vient la nécessité de prévoir, en parallèle du projet de transformation, la mise en place de dispositifs d’expression collective, pour que les équipes, ensemble, formulent ce que le projet génère en elles d’émotions positives ou négatives, échangent sur leurs différences de points de vue, fassent le travail de parole qui est nécessaire à la gestion d’un deuil.

Une entreprise est faite de systèmes, pour la plupart humains. La matière humaine est faite d’émotions. En toute situation, et surtout lorsqu’une transformation est en cours dans les organisations, il est fondamental d’investir dans les postures et les démarches qui permettent aux équipes d’identifier, de reconnaître et de gérer les émotions que tout un chacun peut ressentir.

Alors oui, apprêtez-vous à mener votre Projet de Transformation AVEC émotion !


Il n’est de vie sans métamorphose. Tout est transformation. Les entreprises en ont conscience et même si le mot « transformation » est à la mode nous savons tous que ce qui ne change pas est voué à disparaître. Chaque entreprise y va de sa stratégie de transformation mais beaucoup de ces stratégies pêchent, par défaut d’exécution. Avec Merakin, vous avez la solution pour réussir ; nous vous guidons vers l’Excellence de vos Projets de Transformation.


J’ai écrit cet article en écoutant Yuma. N’hésitez pas à réagir, j’adore refaire le monde avec des gens passionnés !