C’est quoi ces cookies dont on parle tout le temps, à la fin ?

Il y a deux phrases qu’on entend beaucoup depuis qu’on a annoncé MerciCookie :

  • Si vous avez besoin de testeurs, je peux me dévouer, faites signe hein !
  • Vous avez trouvé votre atelier de cookies ?

C’est fou ce que l’humanité peut être altruiste. Surtout quand il s’agit de cookies :) Pour le 2ème point, la réponse est OUI, et je vous raconte avec plaisir…

Ceci est un TEASER — ou un Appetizer, au choix.

La dure et cruciale tâche de trouver notre artisan “Maître-cookies”

Pendant que Camille commençait à coder le site, je me suis sacrifiée pour goûter tous les infortunés cookies qui croiseraient mon chemin. Et oui, moi aussi je suis très altruiste et très professionnelle ;)

J’ai passé 3 commandes en ligne et ai fait de nombreux détours pour tester une fabrique ou une autre. Avec de nombreux critères :

  • Du goût, du gourmand qui fait l’unanimité,
  • De l’éthique ! Idéalement du bio, du local et un petit atelier qu’on a envie de voir grandir,
  • Une capacité de production et de gestion des envois postaux,
  • Idéalement de la proximité géographique avec nous (Montpellier). Pour apprendre à se connaître, et pour débarquer en renfort en cas de “coup de bourre”.
  • Un tarif qui nous permet de ne pas doubler notre prix public.

Parmi mes tests, deux fabriquaient des cookies vegans, bio et sans gluten, parfois même diététiques. Ceux-là portaient mes plus grands espoirs. Cependant, les contraintes vegan + sans gluten imposent de modifier largement la recette initiale (pas de beurre, pas de farine de blé), aboutissant à des cookies assez méconnaissables. Des cookies bons, au goût fin, inhabituel, mais franchement surprenants par rapport au cookie classique. Dilemme…

Nous avons donc posé des questions autour de nous. Il s’avère qu’en matière de cadeau d’entreprise, à ses client·e·s ou à ses partenaires, on veut être sûr·e que le goût plaise, et ça c’est non-négociable.

Début octobre, je prenais la route jusque dans le Lauragais, à 1h de Toulouse. A 2 km d’un village médiéval perché sur une colline, au milieu des champs, Caroline a installé son atelier où, depuis une petite année, elle fabrique de jolis sablés… et des cookies à tomber.

A ce stade du récit, le suspens devient intenable, j’irai droit au but : nous tenons-là notre Maître-Cookies.

Et pas uniquement pour le goût de ses cookies.

De l’éthique parmi les ingrédients

On a voulu prendre en photo les palets de chocolat de Caroline. D’abord on a voulu les chauffer un peu, avec… un sèche-cheveux. Bonjour les palets de chocolat qui s’envolent partout. Et puis en 2–2, ils ont commencé à fondre, j’étais affolée, on en a mis partout. Bref. C’était un ECHEC CUISANT.

Elle ne cherche pas à frimer, Caroline. Pourtant en creusant, en posant des questions sur comment elle travaille et où elle se fournit, on s’est dit qu’il fallait partager ça.

Déjà, la farine. Ca n’est pas de la farine blanche de supermarché, non Madame·Monsieur. La farine vient d’un agriculteur du Lauragais qui cultive son blé en “agriculture raisonnée” et le moud lui-même… à la meule de pierre traditionnelle.

Et puis les oeufs. Ils viennent d’une autre ferme, toujours en Lauragais. Les poules vivent en plein air, du matin au soir, et sont nourries… au grain du Lauragais bien-sûr.

Le chocolat vient d’une entreprise (française) qui fournit tous les grands pâtissiers de chez nous. D’ailleurs, le chocolat couleur caramel sur la photo ci-dessus est appelé chocolat blond ou Dulcey. C’est un type de chocolat blanc caramélisé, qui se marie à merveille avec l’abricot sec dans le cookie du même nom…

Les fruits confits viennent d’Apt dans le Luberon, ville dont c’est la spécialité. Le beurre est français. Reste la vanille, qui ne pousse pas sous nos latitudes… elle vient de Tahiti ;) Enfin, il n’y a aucune huile dans la composition.

Un dernier petit détail d’importance. Il n’y a pas de stock dans l’atelier de Caroline. Tout est fait à la commande !


Voilà , à ce stade, vous devez en saliver derrière votre écran — c’était bien le but. Et ça n’est rien à côté de quand vous goûterez ces petites merveilles de cookies ;)

Bisous bisous !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.