La diffusion en ligne du conseil communal de Liège, avancée démocratique ?

Cette première diffusion sur YouTube d’une séance du conseil communal (https://youtu.be/tRU7HFrKJjM) était attendue à la fois avec impatience et appréhension.

Pour ce qui me concerne, j’estime que cette médiatisation risque de mener à une politique spectacle alors que, ses partisans, défendent un progrès démocratique.

  • Premier constat : un téléguidage des interpellations…

Effet des élections qui approchent ou volonté d’occuper l’antenne, en tout cas, nous avons constaté que certaines interpellations de l’opposition étaient « doublées » d’une redite de membres de la majorité.

D’autres interpellations étaient clairement déposées pour mettre en avant l’un ou l’autre échevin. En tout cas, le groupe socialiste a fait le plein d’interpellations, pas question de laisser l’antenne vide…

Quant aux réponses, l’étonnement fut grand lorsque le Bourgmestre him self souffla la réponse à une question sur la propreté à l’Echevin (d’un autre parti) en charge de cette matière. Show vous avez dit ?

  • Deuxième constat : un certain respect du timing

Et c’est plutôt positif cette fois puisque cela a permis de commencer l’examen de l’ordre du jour à une heure raisonnable.

Hélas, ce qui était positif pour les interpellations (rappelons qu’elles sont chronométrées) est devenu négatif lors de l’examen du point relatif à la toxicomanie… Dommage.

  • Troisième constat : plus de respect

Il y avait longtemps que le conseil n’était pas en nombre aussi important à son début. Bonne chose encore.

Et visiblement, la plupart des conseillers étaient chevillés à leur siège… peu de sorties, pas de pause frite.

Beaucoup moins de brouhaha dans les rangs également, comme dans le public.

  • Quatrième constat : de nouveaux éléments décoratifs…

Micros, caméras et lumières additionnelles se sont invités dans la salle du conseil communal lui donnant une clarté jamais vue et un petit air de studio de cinéma. Combien tout cela a-t-il pu coûter ? Nous n’avons pas hâte d’être en juin lorsque la chaleur des lumières rendra l’atmosphère de la Violette irrespirable.

Un bilan ?

A son maximum, un peu plus de 300 visionnages en cours étaient enregistrés, mais le débat sur la salle de consommation à moindre risque n’attirait déjà plus que 250 spectateurs environ. Ni bien ni mal pour une première. A suivre donc.

Des débats cadenassés, moins enthousiastes qu’à l’habitude, sauf lorsqu’un ex-ministre wallon, probablement frustré, a choisi de parler du fond d’un dossier alors même que l’on abordait uniquement la question de la recevabilité. Irrespect total.

La médiatisation a accru l’inscription du nombre de points à l’ordre du jour qui ne sont pas d’intérêt purement communal (les centrales nucléaires, les visites domiciliaires, etc.). Faire ou refaire le débat fédéral amuse certains, or ce n’est pas le lieu.

On en serait presque honteux de proposer un point visant à améliorer l’offre de places en crèche pour les enfants… Pourtant, le conseil communal reste, pour moi, l’endroit où les réels intérêts des citoyens liégeois doivent être défendus. Je continuerai donc dans cette voie.

Cette diffusion en ligne a-t-elle amélioré cet aspect ? Sincèrement, je pense que non.

Like what you read? Give Michel Péters a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.