“C’est tentant, je veux laisser ma trace…”

Communiqué de presse de Monsieur Raphaël BALLAND, procureur de la République près le TGI de Gap :

Le 11 février 2017, vers 16 heures, sur la commune de VAL DES PRES (Hautes-Alpes), sous le sommet de l’Ombilic, à proximité de la station de MONTGENEVRE, mais très à l’écart du domaine skiable, une avalanche s’est déclenchée sur une distance d’environ 400 m emportant un homme âgé de 30 ans, originaire des Alpes-de-Haute-Provence, et professeur de ski à l’Ecole de Ski International de MONTGENEVRE, qui avait décidé de pratiquer ce jour-là du ski hors pistes.

Il était alors accompagné d’un homme et d’une femme, des amis avec lesquels il n’était pas lié professionnellement pour cette sortie.

Son corps sans vie a été retrouvé 400 m plus bas après des recherches difficiles effectuées dans un premier temps par ses deux amis, puis par le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) de Briançon, son dispositif ARVA n’étant pas allumé. Il n’était pas porteur d’un sac ABS.

Le parquet de Gap a confié l’enquête au PGHM de Briançon afin de tenter de déterminer les circonstances précises dans lesquelles l’avalanche a été déclenchée, ce qui devrait prendre plusieurs semaines.

Le procureur de la République de Gap ne peut que renouveler avec force les appels à la prudence auprès de tous ceux qui seraient tentés de pratiquer le ski hors pistes dans des conditions particulièrement dangereuses à l’heure actuelle dans les Hautes-Alpes, en raison d’une sous-couche de très mauvaise qualité recouverte récemment par d’importantes chutes de neige fraîche et accompagnées de vents rendant la couche neigeuse particulièrement fragile.

Le courage consiste parfois à savoir renoncer : de fait, les deux amis de la victime ont notamment rapporté aux gendarmes que malgré les conditions neigeuses dangereuses et une pente particulièrement raide, la victime avait, avant de se lancer, prononcé une phrase du type : « c’est tentant, je veux laisser ma trace »…

Fait à Gap le 12 février 2017 à 19h35

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Erik Decamp’s story.