Ah le Bougros !

Chablis grand cru “Bougros” côte Bouguerots 2000 domaine William Fèvre

Après une quinzaine d’années de conservation

dans d’anciennes champignonnières de la région parisienne, à une température très fraîche et constante et une humidité de plus de 90%, j’ avais hâte de voir comme ce vin qui m’avait paru si prometteur en primeur avait évolué.

C’était une des plus belles bouteilles de la dégustation de chablis où j’avais pu accompagner Bernard Burtschy pour la RVF en avril 2001.

Sur cette photo on peut voir que le bouchon est parfait, il a conservé toute son élasticité.

Dans le verre, je ne suis pas déçu, le vin tient toutes ses promesses, le nez est d’une rare pureté, tout d’abord citronnée, puis des notes de fleurs blanches se rebellent a l’aération et une forte dimension minérale en toile de fond, on est à chablis et ça se sent,

la bouche est grasse, mûre, concentrée, sans lourdeur, elle finit sèche, tendue, comme on l’attend d’un grand chablis.

On retrouve une certaine similitude avec les Preuses sont grand cru voisin, par la dimension florale du cru, le vin fait merveille sur une poêlée de saint Jacques !

Il s’agit des années du renouveau de cette célèbre maison qui se hisse déjà à l’époque au niveau des deux stars de chablis.

Toute la typicité de chablis est là, cette bouteille. est peut-être moins influencé par la marque de fabrique d’un vin de Dauvissat ou Raveneau.

Un modèle de style ! Plus rond, mais sans renier cette rectitude dès chardonnay de chablis.

A noté qu’il s’agit du Bougros ++ de la maison puisque c’est sa cuvée côte Bouguerots.

2ha en exposition plein sud et forte de pente.

17,5/20

Like what you read? Give Fabrice Beaugrand a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.