Hommes et machines : la nécessaire coopération

L’automatisation prend de plus en plus de place dans notre société. Les RH doivent penser ce futur lien homme-machine si nous voulons travailler en bonne intelligence dans les organisations de demain.


Des questions qui touchent chacun d’entre nous

On le sait, l’automatisation croissante, la robotisation et l’intelligence artificielle sont des menaces sur nos emplois. Les emplois les moins qualifiés, reposant sur des connaissances explicites (qui sont facilement verbalisables et que l’on peut expliquer à un tiers) sont les plus touchés. Dans un futur proche cependant, même des emplois tels que médecins ou avocats seront partiellement remplacés car les machines se mettent maintenant à considérer et copier nos connaissances tacites.

Nous ne pouvons plus nous séparer de nos téléphones, ordinateurs et autres tablettes que ce soit au travail ou dans la vie personnelle. Mais il est important de s’interroger sur l’effet de ces technologies et autres machines sur nous mais également sur notre société. Poser les bons enjeux permet de trouver les bonnes solutions. Les changements que nous vivons à l’heure actuelle et tous ceux à venir vont profondément changer nos manières de faire société, mais vont-elles changer l’humain ?

Des humains qui ne pensent plus.

« Et si le prix à payer des machines qui pensent était des gens qui ne pensent pas ? »
Georges Dyson, Historien des sciences
George Dyson

Les conséquences de l’automatisation ne se limitent pas à de seules considérations économiques et en termes d’emplois. L’utilisation croissante de tous ces outils transforment profondément notre société mais également ce qui caractérise l’humain : sa façon de réfléchir, de créer, de se comporter et ce pour plusieurs raisons :

  • Nous ne sommes plus autant connectés qu’avant avec notre outil de travail : on ne ressent plus directement les effets physiques de tirer tel levier ou de pousser tel bouton puisque les effets mécaniques sont intégrés à un ordinateur.
  • Nous tendons à nous reposer de plus en plus souvent sur les machines, perdant alors les compétences qui nous permettaient de faire la même tâche sans machine.
  • Nous aurions plus confiance dans la machine que dans nos propres compétences (Logique de Whitehead).

Notre jugement et notre prise de décision sont également altérées par l’utilisation des machines. C’est ce qu’ont démontré plusieurs études dont une en particulier sur la prise de décision des médecins après la mise en œuvre d’une politique d’automatisation des diagnostics aux Etats-Unis. Cette dernière a ainsi mis en lumière une déqualification des médecins, qui se fieraient davantage à la machine qu’à leur propre analyse, ainsi qu’une baisse des expérimentations médicales. Plutôt inquiétant !

Ainsi l’automatisation nous conduirait à moins de créativité et à standardiser nos façons de réfléchir. Mais ses méfaits ne s’arrêtent pas là : l’automatisation a également un impact sur nos capacités cognitives. Qui ne s’est jamais retrouvé désemparé quand le GPS tombe en panne ?

En parlant de GPS, un exemple intéressant vient démontrer qu’au-delà des facultés intellectuelles, l’automatisation a également un impact sur notre culture. C’est le cas pour les Inuits, dont une partie importante de la transmission culturelle est liée à l’orientation dans l’espace, grâce aux étoiles, au soleil… Avec l’introduction des GPS dans les communautés Inuits, ce savoir-faire ancestral est progressivement en train de disparaître.

Or, la culture constitue avec ses capacités de réflexion, sa créativité, ses façons de réfléchir, l’essence même de l’être humain.

Résultat de recherche d'images pour "Human Machine collaboration"

Face à tout cela, les RH ont un rôle à jouer !

Si chacun doit prendre en compte ces aspects dans ses réflexions personnelles et collectives, il appartient ainsi particulièrement aux RH de se saisir de ce sujet. Les RH sont le lien fondamental entre les Hommes et le travail. Ils construisent, par l’ensemble des processus et politiques RH une façon particulière de considérer le travail et de l’exercer.

Et puisque le travail est une composante majeure de nos sociétés, les RH doivent apprendre à penser autrement.

Les RH aussi vont voir leur travail évoluer avec les changements technologiques. Les processus de recrutement s’automatisent de plus en plus, demain la formation sera-t-elle totalement automatisée ?

Mais ce n’est pas nécessairement une fatalité, au contraire la fonction RH peut ainsi retrouver une dimension réflexive et stratégique plus importante. Il est important de se saisir des enjeux que posent les transformations technologiques pour repenser le travail afin que celui-ci s’insère au mieux dans les nouvelles formes de société qui nous attendent. Le fait que les machines vont prendre toujours plus de place dans les organisations est inéluctable. Il convient donc de travailler au mieux avec elles afin d’en tirer le meilleur profit tout en ne dégradant pas les compétences humaines.

Les machines peuvent être d’une aide formidable, la question qui se pose est celle de leur utilisation. Cette dernière se doit d’être pensée en profondeur.

Les hommes et les machines doivent travailler de concert. Premièrement parce que c’est ce qui permettra aux Hommes de ne pas perdre de compétences. En effet, on remarque par exemple que les architectes qui utilisent les logiciels de conception assistée par ordinateur ont une créativité nettement moins développée que lorsqu’ils n’utilisent pas les CAO. Par ailleurs, c’est cette coopération homme-machine qui aboutit aux meilleurs résultats. Aux échecs par exemple, la coopération hommes-machines bat une équipe de machine seule ainsi qu’une équipe de « Grands maîtres ». Pour citer Garry Kasparov il ne faut ainsi pas craindre les machines intelligentes, mais travailler avec elles.

Mais au-delà des aspects pratiques, économique etc… tout ceci nous invite à avoir une réflexion plus large sur le travail. Aujourd’hui les postes sont très délimités et laissent peu de place à la créativité. Si les machines nous permettent de nous dégager des tâches les plus fastidieuses, alors nous aurons plus de place pour penser des solutions aux problèmes qui nous taraudent, plus de place pour la créativité et donc pour s’exprimer. Réinventer le travail est ainsi une possibilité qui nous est offerte par ces temps de grands changements.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire « Remplacer l’humain — critique de l’automatisation de la société » de Nicholas Carr. Une belle réflexion, construite et en cohérence parfaite avec les défis qui attendent notre société ! https://www.lesinrocks.com/2017/10/31/idees/le-grand-remplacement-cest-celui-des-humains-par-les-machines-111003432/

L’expansion croissante de l’automatisation http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/09/en-californie-les-robots-s-invitent-au-restaurant_5268272_3234.html?xtmc=automatisation&xtcr=20

La collaboration hommes-machines : https://medium.com/hr-trends-hr-tech-and-hr-innovations/man-machine-collaboration-5212dd2ba4a9