Nous, ça va

On parle souvent d’une entreprise quand elle va mal. Dans un paysage médiatique bousculé, FrAndroid, Numerama et Humanoid Content vont bien. Brisons les habitudes et profitons de la fin du premier semestre 2018 pour faire un point sur notre activité, nos recettes et notre avenir.

« Attendez, vous recrutez ? ». Cette phrase, nous l’entendons toutes les semaines. En croisant des confrères et des consœurs, en déjeunant avec des entrepreneurs, en discutant avec des partenaires. Bien souvent, notre interlocuteur poursuit : « C’est rare dans les médias de nos jours ! ». Un constat loin d’être faux.

« Attendez, vous recrutez ? »

Le marché des médias s’est accoutumé à la crise qu’il connaît depuis l’émergence du web qui a bousculé une industrie comme jamais auparavant. On le voit hésiter : papier, pas papier ? Facebook only, Snapchat only ? Tout sur la vidéo, tout sur les stories ? Premium, gratuit ? Infodivertissement, enquête au long cours ?

Chacune des configurations a vu naître de magnifiques projets. Certains sont rentables et ont su maîtriser avec brio leur niche. Les Jours vivent et sont soutenus. D’autres, beaucoup plus nombreux, ont fermé leurs portes. BuzzFeed France est en passe de cesser ses activités. D’autres encore vont mal et survivent comme ils peuvent. La « pépite » MinuteBuzz a été rattrapée par ses comptes après avoir été rattrapé par le passé de son fondateur. Faute de fonds, faute de vision, faute de stratégie, faute de commercialisation, faute de réalisme. Les raisons ne manquent pas.

Un temps d’avance

Et nous dans tout cela ? On se retient trop souvent de le dire : nous allons bien. En 2016, notre chiffre d’affaires atteignait environ 1,1 million d’euros pour un résultat d’exploitation d’environ 190 000 euros. En 2017, nous avons réalisé un chiffre d’affaires de plus de 1 920 000 euros pour un résultat d’exploitation légèrement supérieur à 654 000 euros. Sans dette, sans « Fonds Google », sans aide à la presse, sans levée de fonds.

Quitte à être transparent, autant avancer d’autres chiffres :

  • 22 : le nombre de salariés en CDI au 31 mai 2018 ;
  • 3,7 % : le poids du plus gros annonceur sur notre CA en 2017 ;
  • 35,52 % : notre avance des revenus générés sur les cinq premiers mois de l’année 2018 par rapport à notre business plan ;
  • 106,48 % : la progression des revenus sur les cinq premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2017 ;
  • 180 mètres carré : la taille de nos bureaux actuels en plein cœur de la capitale, bien insuffisants ! Nous doublerons cette surface dans les prochaines semaines, si les voies de l’immobilier parisien sont clémentes.

L’intégralité des bénéfices d’Humanoid est réinvestie dans l’entreprise depuis sa création.

Ces chiffres indiquent donc que sur les 5 premiers mois de l’année 2018, Humanoid est en avance sur ses prévisions. La croissance de l’audience est, elle aussi, plus importante que ce que nous avions prévu : le lectorat de FrAndroid a augmenté de près de 40 % au mois de mai en le comparant avec la même période l’année dernière, avec plus de 10 millions de sessions. Même constat pour Numerama, avec une croissance similaire sur les 6 premiers mois de l’année 2018. Des résultats dont nos équipes sont fières et que nous sommes heureux de partager aujourd’hui.

Notre recette

Mais comment les expliquer ? Comme souvent, notre recette n’est pas qu’une question de concept et de formules à calquer et à reproduire pour réussir à coup sûr. C’est sa mise en pratique qui fait la différence.

Bien avant le reste, la manière dont nous faisons des médias est un marqueur de différence, hérité de l’entrepreneuriat. Un média est une entreprise. Nous responsabilisons nos équipes, nous bougeons vite, nous avons une sensibilité aux chiffres, nous transmettons notre savoir-faire et notre passion à tous nos employés et nous valorisons la curiosité et la prise de risque. Cela nous rend capable de déployer efficacement et d’atteindre des objectifs ambitieux, aussi bien en audience qu’en revenus. Nous l’avons prouvé avec Numerama.

Partant de là, notre constat est qu’il vaut mieux toucher les bonnes personnes et nous focaliser sur la valeur ajoutée que nous apportons aux lectrices et aux lecteurs à chaque fois que nous produisons. Parce nous sommes des êtres humains, et non des machines de consommation de contenu, et contrairement à ce qu’on croit, c’est la qualité qui paie même sur le web gratuit. Nous n’avons jamais été aussi bien informé sur ce que nos lectrices et lecteurs apprécient dans nos médias et nous avons depuis longtemps abandonné l’image d’épinal qui voudrait que le journaliste soit dans une tour d’ivoire, déconnecté de ses lecteurs. Nous structurons intelligemment notre production et inculquons une culture de l’optimisation du temps et des textes grâce à des modules développés en interne qui nous donnent accès à des informations précieuses. Et contrairement à ce qu’on croit, sur le web gratuit, c’est aussi la qualité qui paie.

Pour conserver cette qualité gratuite, nous ne mettons jamais tous nos e-œufs dans le même digital-panier. Autrefois indétrônable, le display représente aujourd’hui 26 % de nos revenus sur les 5 premiers mois de 2018. Nous nous appuyons aujourd’hui également sur le brand content, le brand publishing et le content 2 commerce. Trois stratégies que nous développons depuis notre création. L’indépendance financière des médias n’est pas une mission impossible.

Nous ne sommes pas non plus dépendants d’un prestataire pour notre colonne vertébrale : un média web sans pôle technique dédié est comme un média papier sans imprimerie. Notre pôle technique, full stack, est formé aux enjeux des médias et sait répondre avec agilité aux enjeux du quotidien.

Enfin, et c’est peut-être le plus important : une vision sans action est simplement un rêve. L’action sans vision est du gâchis. Demain nous intéresse moins que l’année prochaine. L’évidence est là : les médias en ligne ne cesseront jamais de bouger, de changer, de se réinventer. Leur évolution est permanente et aucun business model de 2018 sera identique en 2028. En ayant l’avenir pour ligne éditoriale, notre métier consiste à accompagner ce futur dans le présent, pour nous et nos partenaires.

2018, an 1

Et après ? En sous-marin, nos médias et nos activités vivent en ce moment leurs plus belles et leurs plus ambitieuses transformations. Racheter Numerama et en faire une référence rentable en 18 mois, bâtie autour d’une équipe expérimentée, ce n’était qu’un début. Aujourd’hui, le groupe avance serein vers son avenir avec deux idées en tête : grandir et se diversifier.

Nous allons faire grossir nos actifs et relever de nouveaux challenges. Nous allons ouvrir nos activités à de nouvelles opportunités et développer de nouveaux business. Nous allons diversifier nos équipes et recruter de nouveaux talents qui auront envie de porter le groupe à l’étape supérieure. Ces prochaines années vont être incroyablement excitantes et véritablement uniques — de la meilleure façon possible.

Nous terminerons ce point d’optimisme et de transparence par une invitation

Nous terminerons ce point d’optimisme et de transparence par une invitation : que vous soyez une entreprise ou une personne, si vous avez un projet, une idée, une opportunité commerciale ou l’envie de nous rejoindre, il n’y a pas de meilleur moment.

— L’équipe