*MASOBE TSY MAHITA A L’UNIVERSITE???

crédit photo: www.madagascarnet.net

Ceux qui sont assez attentifs ont sûrement remarqué ces changements dans l’environnement du campus universitaire à Ankatso ces derniers temps. En effet, beaucoup de zones broussailleuses ont été ratissées, des hautes herbes qui camouflaient des allées à peine visible ont été taillées. Cela a permis de dégager le paysage.

Ce n’est certainement pas par simple souci de l’esthétique que les responsables de l’Université ont entrepris ces actions. Après les récents évènements dont ont été victimes certains étudiants : agression d’une jeune fille du côté du FPTSD Sociologie, celui des deux autres étudiants frappés à coup de bois rond (ce dernier étant devenu ces-temps-ci une arme très en vogue), cette action pourrait alors sauver des vies.

« On se sent plus en sécurité quand on traverse l’escalier qui mène vers la Salle Préfa . C’est là où se déroule la plupart de nos cours. La vue est plus dégagée et on craint moins les agresseurs » me révèle cette étudiante en Communication en traversant cet escalier isolé : juste à côté du lieu où a péri la petite Michou en 2013. C’est en effet un des lieux qu’on peut considérer comme étant une « zone rouge » à Ankatso, et ça ; les étudiants le savent bien.

On peut aussi mettre cette initiative sur le compte du simple nettoyage de routine à l’Université ; mais en tout cas, cela mérite notre admiration car l’étendue du travail est considérable. Non seulement elle embellit l’environnement de l’Université, mais elle permet aussi d’éliminer ces « coins » sombres qui abondent et font office de cachette pour les malfaiteurs.

J’espère que cela fera diminuer concrètement les cas de violences à l’encontre des étudiants. Que les étudiantes puissent étudier dans le calme, sans craindre qu’au détour d’une allée sombre, pour rejoindre leur salle de cours, elles se fassent violer.

Je rapporte ces faits car quand il s’agit de dénoncer les moindres dysfonctionnements à l’Université (grèves, viols, pillages, agression…) tout le monde, et surtout les médias s’emparent de la nouvelle à une vitesse surprenante. Mais quand il s’agit d’approuver une bonne action, ne serait-ce qu’une toute petite, personne n’en parle. Alors…essayons de donner une image plus positive à notre Université ! C’est aussi simple que ça !

*cf la note pour la traduction du titre

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.