Le développement personnel, un allié indispensable dans la démarche de recherche de sens

Le développement personnel est l’un des axes du Programme Associé On Purpose. Mais que se cache-t-il réellement derrière ce terme ? Quel en est l’intérêt lorsque l’on a déjà décidé de changer de voie ? Et pourquoi chercher à se “développer personnellement” soi-même quand ce que l’on veut, c’est impacter le monde ? Marie Wilhelem, Associée On Purpose de la promotion d’Avril 2017 vous répond en partageant son expérience.

Le développement personnel, un allié indispensable dans la démarche de recherche de sens

Au-delà des mots qui nous donnent déjà une indication, qu’est-ce-que le “développement personnel” ? Étant relatif à l’humain, la manière de définir cette démarche est vaste. Je vais tenter de formuler celle qui correspond à mon expérience actuelle d’Associée On Purpose : le développement personnel vise à comprendre qui je suis, comment je fonctionne, comment je pourrais me positionner dans un groupe, et plus largement ma place dans le monde.

J’ai eu envie d’écrire cet article suite au Week-end de développement On Purpose. Ce week-end a lieu 4 mois après le lancement du programme et y occupe une place centrale. En plus, de nous faire avancer individuellement, il a pour objectif de créer une communauté soudée. Pour une autre Associée, ces 3 jours ont été le « déclic attendu », pour moi, il a été plutôt inattendu. Je pense qu’il y a eu un avant et qu’il y aura un après. La preuve en est : j’ose écrire cet article et aller à l’encontre de mes suppositions selon lesquelles je n’ai pas de choses assez intéressantes à dire pour prendre la plume… En m’inscrivant au Programme Associé On Purpose, je savais qu’il y aurait une part de développement personnel mais cela ne m’évoquait pas grand chose. Aujourd’hui, je suis persuadée que cette démarche est inhérente à la recherche de sens.

Les raisons pour lesquelles nous débutons le Programme Associé On Purpose sont très différentes, liées à notre histoire. Mais, au-delà de notre parcours, nous réalisons rapidement que nous avons, avant tout, des motivations communes. Ainsi, l’un de nos moteurs est la prise de conscience que le monde dans lequel nous évolu(i)ons fonctionne selon un système de valeurs qui, « au pire », nous paraît absurde, « au mieux », repose sur un référentiel qui ne nous convient pas. Concrètement, cela se traduit par quelques idées fortes telles que : il est vital que l’argent reprenne sa place de moyen et non de fin en soi.

Perplexités devant le monde matérialiste …

Je trouve intéressant de remarquer à ce stade de la réflexion qu’à l’opposé du matérialisme -que d’une certaine manière nous souhaitons rejeter- on trouve la spiritualité. Spiritualité dans le sens où André Malraux l’entendait quand il exprimait ce qui a été traduit par cette fameuse phrase « Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas ». Dans ce mot « spirituel » était compris ce qui venait du plus profond de l’esprit humain et non la projection extériorisée du divin comme dans les religions traditionnelles.

Une fois acté que le système ne nous convient pas ou plus, c’est là que tout se complique. Il nous reste à définir le système qui ferait sens pour nous afin de nous donner une direction.

Ah, en fait j’ai vraiment le choix ?

Nous sentons bien que ces interrogations sont liées avec quelque chose de profond en nous. Le développement personnel intervient à ce moment-là, pour nous apprendre à voir: d’où nous venons, ce que nous avons aujourd’hui et ainsi pour décider en pleine conscience où nous allons. Le Programme Associé On Purpose, en plus de nous donner des outils avec le coaching et les sessions de formation tout au long de l’année, permet de prendre ce temps de réflexion. De plus, il est beaucoup plus confortable de traverser ces périodes de réflexion avec une communauté qui se pose les mêmes questions.

Un autre moyen qu’On Purpose pour changer de rythme !

L’un des premiers enseignements de notre coach du week-end est qu’en parlant à la première personne, nous parlons toujours vrai. Je vais alors, dans le doute, parler de ma propre expérience. Dans la suite de cet article, je souhaite illustrer mes propos avec les outils que j’ai expérimentés du programme mais sans trop en dire pour garder la surprise aux futurs Associés.

En cherchant du sens dans mon travail, je souhaitais initialement prendre le contrôle de ma vie professionnelle, ne plus être spectatrice de moi-même marchant sur un chemin tout tracé. Ce sens recherché, je comprends qu’il m’est propre. Il ne peut venir que d’une cohérence avec moi-même, dans la mesure où mes valeurs personnelles seront en phase avec ma vie professionnelle au jour le jour. D’où le lien indissociable entre développement personnel et projet professionnel. Au lieu de « contrôler » ma vie, il serait peut-être plus intéressant de la « développer ». Avant de chercher à l’extérieur le job idéal, si je cherchais d’abord à comprendre en moi-même ce dont j’ai besoin et ce que je peux apporter ?

Ayant vécu dans des pays et contextes différents, je pensais plutôt bien me connaître. Je me suis pourtant rendue compte que je n’avais jamais réellement été à l’écoute de moi-même. Par exemple, je savais que mes douleurs au dos venaient de mes émotions mais je n’y accordais pas plus d’intérêt que cela. Je voyais mon corps seulement comme un moyen. J’ai découvert, grâce à la méditation, le lien étroit entre corps et esprit. Cet outil est puissant pour voir les choses telles qu’elles sont vraiment.

Par ailleurs, prendre un temps pour analyser les dynamiques et les positionnements après un exercice de groupe, cela est très simple. Pourtant, ce moment, on ne le prend pas habituellement, trop pressés de « produire » avec cette notion biaisée de l’efficacité que la société nous renvoie et qui s’infiltre dans toutes les sphères de notre vie.

Si je veux impacter le monde, je dois comprendre son fonctionnement mais également me comprendre. Ce n’est qu’en acceptant toutes ces réalités et ces imperfections que je pourrai « me développer » pour être le meilleur de moi-même.

Je termine par cette maxime qui va bien plus loin sur l’intérêt de la connaissance de soi. Prononcée il y a 26 siècles, elle reste d’actualité et montre là son caractère universel et intemporel : « Connais-toi toi-même [et tu connaîtras l’univers et les dieux] ». Ce qu’il y a de bien avec la quête de sens c’est que justement c’est une quête. Nous avons toute la vie pour cheminer vers elle …