Simon Le Gros

Simon Le Gros est Associé au sein de la promotion d’Avril 2016 à Paris

Que faisais-tu avant de rejoindre le Programme Associé On Purpose ?

J’ai travaillé pendant 6 ans en marketing grande consommation ; en France et à l’international. Mon rôle était de développer le chiffre d’affaire et la rentabilité de grandes marques alimentaires.

Qu’est-ce qui t’a décidé à réorienter ta carrière ?

Ma dernière expérience au Brésil a été le déclencheur. J’ai d’abord été choqué par le gouffre social entre les riches et les pauvres ; l’adage «croissance économique ne signifie pas développement» se matérialisait sous mes yeux. J’ai ensuite réalisé que les choix stratégiques que j’opérais pour mon entreprise étaient en grande partie mus par la rentabilité financière à court terme. Or, j’avais à cœur d’intégrer les dimensions sociales, environnementales et plus globalement le développement durable dans mes décisions.

Pourquoi avoir choisi de postuler au Programme Associé pour le faire ?

Je souhaitais capitaliser sur mes compétences et mes expériences passées, et mettre mon énergie au service de projets positifs ; mais je n’avais ni les connaissances ni la crédibilité pour opérer ce virage. Le programme m’est apparu comme la solution la plus pertinente pour opérer cette transition professionnelle.

Qu’est-ce qui te plait dans le programme ?

3 points en particulier : la possibilité de faire deux missions dans des domaines, des secteurs et des structures différentes ; l’esprit de promotion car c’est l’occasion de comparer nos expériences et de nous entraider entre Associés dans cette étape charnière de nos vies ; les rencontres inspirantes avec les figures emblématiques des entreprises sociales.

Où travailles-tu actuellement ?

Je travaille chez Koom.org, une plateforme internet qui a pour but de faire agir ensemble les habitants, les entreprises et les villes sur les enjeux du développement durable.

Quelle était ta plus grande crainte avant de faire le programme ? Qu’en est-il advenu ?

Ne pas trouver le job de ma vie. Je l’ai toujours, mais je suis beaucoup plus serein ; je suis maintenant clair sur les valeurs qui m’animent et sur l’environnement dans lequel je veux évoluer.