Le Fuck You Meeting

Je n’ai pas la stat exacte mais l’une des premières cause d’échec des startups (valable également avec les “autres” entreprises), ce sont les conflits entre fondateurs.

NB. Une autre cause connue, c’est de ne pas avoir de co-fondateurs, de la jouer (Han) solo quoi. Paye ton paradoxe !

Là je vais te parler d’une solution efficace (testée et approuvée par moi-même) pour limiter les gros clashs qui font mal entre co-founders (allez, je le dis en anglais, c’est quand même plus cool ; on dit bien CEO et plus PDG donc bon…).

Les relations entre co-founders c’est comme les relations en couple (ou en coloc pour les célib) de manière globale tout va bien, mais… y’a des petits détails qui énervent, et sur le long terme, ces détails n’en sont plus et prennent de l’ampleur.

Entre celui qui enchaine les bourdes, celui qui arrive souvent en retard, celui qui prend plus de congés que les autres, celui qui se plaint tout le temps… (on dirait des titres d’épisode de Friends) ; bref, plein de petites choses agaçantes qu’on ne dit pas sur le moment (sinon on passerait nos journées à se taper dessus), du coup on garde ça pour soit et au bout d’un moment, ça pète !

Du coup, avec mes associés (on est 3), on a mis en place les FUCK YOU MEETING. #leNomBadass

Le principe est simple : on se voit une fois par mois dans un bar (le soir donc) et on se dit tout ce qui nous énerve chez l’autre.

Pour rester constructif et ne pas partir en cacahuète (expression des années 90), on utilise la méthode : When You… I Feel …

En gros l’idée c’est de ne pas “accuser” l’autre, mais de faire part de ses sentiments ; personne ne peut t’en vouloir (/ et tu ne peux pas avoir tord), quand tu parles de tes sentiments.

Exemple :

Au lieu de dire : “T’arrêtes pas d’oublier les trucs que je te demande de faire, t’as aucune mémoire ou tu le fais exprès pauv’ tâche !”
Dis plutôt : “Quand tu oublies de faire quelque chose que je t’ai demandé plus tôt, je me sens inutile et pas écouté, c’est blessant”.

Et BIM, dans ta face ! Comment tu veux répondre à ça ?
Personne ne pourra te dire : “Ah non, tu te trompes, tu ne te sens pas inutile”.
Bah oui, tu as parlé avec ton coeur (Disney style) en exprimant ce que tu ressentais plutôt qu’en pointant du doigt les conneries de l’autre.

Bref, je ne vais pas déblatérer sur le sujet, je n’ai pas inventé ce principe de communication donc vous trouverez plein de trucs sur le net. #lmgtfy

L’idéal ensuite, c’est de proposer une solution au problème soulevé et de la faire accepter par l’autre parti.

On rajoutera dans la formulation précédente : “Si je te fais mes demandes par email plutôt qu’à l’oral, ça te permettrait de t’en souvenir plus facilement ?” 
Bon OK, c’est pas le MEILLEUR exemple du monde, mais tu saisis l’idée.


Le but de ces Fuck You Meeting c’est que chacun dise ce qu’il a sur le coeur, même (et surtout) les tous petits trucs ; ça permet de crever l’abcès très vite.

Autre conseil : planifiez ces meetings à l’avance et régulièrement.

Nous on fait ça le 1er mardi de chaque mois. Ca permet de ne pas en organiser dès qu’on pense en avoir besoin ; l’un d’entre vous est peut être un peu saoulé par quelque chose mais juge que ça ne vaut pas le coup d’organiser le rdv juste pour ça. FAUX !
Faites le systématiquement et régulièrement. #truc&astuce

Et si vous n’avez rien à vous dire, ce n’est pas grave, profitez-en pour aborder d’autre sujets (stratégie de la boite, le prochain séminaire, le dernier épisode de GOT, Marion de la compta…).

Bonus : Finissez ce Fuck You Meeting avec un Love You Meeting.

Ca parait con (et ça l’est un peu), mais à la fin du FU — après quelques pintes— , dites-vous des choses positives, comme “T’as vraiment assuré au dernier rdv client, je ne savais pas que tu été aussi calé sur l’élevage clandestins des hippocampes”.

Bien évidemment ça ne fonctionne que si votre collègue a abordé ce sujet en rdv client, sinon ça n’aura aucun sens.

On ne le fait jamais assez souvent et ça fait du bien à tout le monde. Et en plus on reste sur une touche positive avant de rentrer se coucher.
Win-Win-Win (c’est comme Win-Win mais un peu mieux)!

Allez, bon Fuck You!


A Propos de l’auteur

Jérôme est CEO chez One More Thing Studio. En plus de réaliser des applications mobiles de dingue pour des startups, il aime bien écrire des trucs, écouter du Led Zep et parler de lui à la 3e personne.

Si tu veux recevoir ses prochains articles en VIP tu peux t’inscrire sur The Amazing Newsletter

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Jérôme Dumont’s story.