ONU Femmes France
Sep 23 · 7 min read
© UN Women

Depuis 2000, ONU Femmes publie une série de rapports : « Le progrès des femmes dans le monde », constituée d’enquêtes thématiques périodiques sur les droits des femmes. Elle vise à inciter à des changements dans les lois, les politiques et les programmes, afin que soit créé un cadre propice à la réalisation des droits des femmes. A l’occasion de la sortie du rapport intitulé « Le progrès des femmes dans le monde 2019–2020 : les familles dans un monde en changement », la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, est revenue pour ONU Femmes France sur les actions mises en place ou encouragées par ONU Femmes pour adopter des politiques favorables à la famille.

ONU Femmes France : Dans de nombreuses familles, les femmes doivent négocier leurs droits à l’indépendance économique et au contrôle des ressources. L’autonomisation économique est l’un des principaux domaines de travail d’ONU Femmes. Comment ONU Femmes collabore-t-elle avec diverses institutions telles que les États, les communautés et les marchés pour soutenir les changements de normes et de standards en vue de l’autonomisation économique des femmes ?

Phumzile Mlambo-Ngcuka : A ONU Femmes, nous savons que la famille est la pierre angulaire de la société et de l’économie. Les droits des femmes au sein de leur famille sont directement liés à leurs possibilités de générer un revenu, de créer une entreprise et d’équilibrer leur vie professionnelle et familiale. Mais les familles elles-mêmes ne sont pas selon un modèle unique, et ne doivent pas l’être. Le nouveau rapport phare d’ONU Femmes, Progrès des femmes dans le monde 2019–2020 : les familles dans un monde en mutation, montre que les familles nucléaires (couples vivant avec leurs enfants) sont en fait minoritaires, ne représentant que 38% des ménages. Les deux autres tiers des familles du monde ne correspondent pas au stéréotype — des familles comme les plus de 100 millions de mères seules dans le monde aujourd’hui qui sont deux fois plus susceptibles de vivre dans la pauvreté que les couples avec enfants”. Pourtant, malgré cette grande diversité et le fait que la plupart des familles d’aujourd’hui ont besoin de deux contributeurs, le modèle de l’homme soutien de famille continue de dominer la conception des politiques dans le monde entier.

Les décideurs doivent se demander ce qu’ils font pour répondre aux réalités de la vie familiale d’aujourd’hui et s’assurer que tout le monde est soutenu. L’accès des femmes à l’autonomisation économique repose sur un programme d’action global favorable à la famille qui comprend la prévention de la violence et les mesures de protection, la réforme du droit de la famille, les investissements dans les services publics, en particulier les soins de santé génésique, l’éducation et les soins, et la protection sociale.

ONU Femmes France : Malgré les obstacles, des progrès ont été réalisés en ce qui concerne l’autonomisation économique des femmes. Cependant, par rapport aux hommes, les femmes font trois fois plus de soins non rémunérés et de travail domestique au sein de la famille. A titre d’exemple, en France, le congé de paternité est l’un des moins généreux de l’Union européenne (11 jours) et n’est pas obligatoire. Quelles solutions ONU Femmes incite-t-elle les États à adopter afin d’équilibrer la responsabilité des soins ?

Phumzile Mlambo-Ngcuka : Partout dans le monde, s’occuper des enfants et des adultes est régulièrement considéré comme un travail de femme, ce qui a façonné des normes sociales et des pratiques concrètes qui sont souvent difficiles à changer. Ce fardeau de soins non rémunérés et le travail domestique qui le soutient limitent la capacité des femmes à participer à l’économie. Selon notre rapport, si le mariage et l’arrivée des enfants font actuellement baisser les taux d’emploi des femmes partout dans le monde, ils ont l’effet contraire sur les hommes. Il faut des politiques qui permettent à un plus grand nombre de mères de conserver leur emploi, comme le congé de maternité et le congé parental, et des politiques qui favorisent un partage égal des soins non rémunérés et du travail domestique au sein des familles. Tout le monde en profite. Nous savons que les hommes qui prennent un congé parental plus long ont souvent de meilleures relations avec leurs enfants et participent davantage aux soins non rémunérés et au travail domestique. Et parce que cette égalité au foyer permet une plus grande participation des femmes au marché du travail, elle a également contribué à réduire l’écart de rémunération entre les sexes et à augmenter le PIB de façon significative.

Parallèlement aux congés payés et aux efforts visant à redistribuer les soins à domicile, nous avons besoin de politiques publiques pour créer davantage d’emplois dans le secteur des soins et pour promouvoir le développement de la petite enfance en offrant une éducation et des services accessibles, abordables et de qualité aux enfants de moins de cinq ans. C’est une tactique gagnant-gagnant. Par exemple, les calculs pour l’Afrique du Sud suggèrent que l’universalisation de services de garde d’enfants de qualité pour les enfants de moins de cinq ans pourrait créer plus de 2 millions de nouveaux emplois et, si la plupart de ces emplois sont occupés par des femmes, une augmentation pouvant atteindre 10 points de pourcentage du taux d’emploi féminin.

ONU Femmes France : Les familles sont les premières structures sociales que les gens connaissent. La maison devrait signifier protection et soins, en particulier pour les filles et les femmes. Malheureusement, il y a aussi de la violence au sein des familles. Depuis le début de l’année 2019, au 1° septembre, 100 féminicides par partenaires intimes ou ex-partenaires intimes ont été recensés en France. Que propose ONU Femmes pour faire de la famille un lieu de sécurité, d’égalité, de dignité et de respect ?

Phumzile Mlambo-Ngcuka : Si les familles peuvent être des lieux d’amour, d’attention et de partage, elles peuvent aussi laisser tomber les filles et les femmes. Les faits montrent que c’est à la maison que les femmes et les filles sont souvent confrontées à la violence mortelle et à leur première expérience de discrimination qui la normalise pour la vie. Bien que les taux mondiaux soient en baisse, quelque 12 millions de filles se marient chaque année dans l’enfance. En 2017, chaque jour, 137 femmes recensées comme ayant été tuées par un membre de leur famille. Environ un tiers des femmes mariées dans les pays en développement déclarent n’avoir que peu ou pas leur mot à dire sur leur propre santé.

La riche diversité des familles doit être intégrée dans les lois et les politiques familiales, qui doivent être réformées d’urgence. Il s’agit de faire en sorte que les femmes puissent faire des choix en matière de mariage et de maternité. Il s’agit de lois qui interdisent les pratiques néfastes comme le mariage des enfants et d’autres formes de violence, notamment

Il s’agit de lois qui interdisent les pratiques néfastes comme le mariage des enfants et d’autres formes de violence, y compris le viol conjugal, ainsi que les services qui permettent aux femmes de quitter une relation violente dès lors qu’elles en ont besoin. Et cela signifie un ensemble de politiques sociales, comprenant non seulement des services de soins, mais aussi des prestations familiales, versées directement aux femmes.

ONU Femmes France : Construire et offrir un monde plus égal et plus sûr pour les femmes et les filles n’est pas seulement l’une des responsabilités du gouvernement, mais une obligation énoncée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. D’autres acteurs clés comme les organisations féministes, les syndicats et le secteur privé ont un rôle à jouer. Comment les secteurs public et privé peuvent-ils travailler ensemble pour changer et mettre en œuvre des lois et des politiques qui font progresser l’égalité des sexes au sein et en dehors de la famille ?

Phumzile Mlambo-Ngcuka : Nous appelons les gouvernements, la société civile et le secteur privé à reconnaître la diversité des familles et à travailler ensemble pour mettre en œuvre un ensemble de politiques sociales, permettant de garantir les droits des femmes dans toutes les circonstances de la vie et de faire en sorte que toutes les familles puissent prospérer. Cela signifie que les gouvernements doivent mettre en œuvre des politiques ancrées dans la réalité de la vie des familles d’aujourd’hui. Ces mesures doivent être complétées par des politiques favorables à la famille dans les entreprises et dans le secteur privé, notamment en ce qui concerne les salaires minimaux, les horaires réglementés et les congés parentaux payés pour les deux parents.

ONU Femmes s’appuie également sur le travail novateur des organisations féministes et des organisations de défense des droits des femmes pour forger des alliances avec les syndicats, les organisations confessionnelles et le secteur privé, afin de modifier et de mettre en œuvre des lois et des politiques qui favorisent l’égalité des sexes au sein et en dehors de la famille. Cela signifie qu’il faut lutter pour l’égalité des droits des femmes en matière d’héritage et de divorce, pour la sécurité à la maison et dans leurs relations intimes, pour des services de santé qui répondent vraiment à leurs besoins et pour la reconnaissance et le soutien actif aux mères seules et aux familles LGBT.

Il est essentiel que nous travaillions tous ensemble, quels que soient les secteurs, les groupes d’âge et les lieux de travail, pour nous attaquer à ces problèmes si nous voulons progresser. C’est ce sur quoi nous comptons lorsque nous lancerons la campagne Génération Egalité en 2020 et que nous serons solidaires au niveau mondial pour l’égalité des sexes et les droits des femmes et des familles dans tous ces domaines.

ONU Femmes France

Articles et interviews par ONU Femmes France

ONU Femmes France

Written by

ONU Femmes France représente l’agence des Nations Unies ONU Femmes en France, au service de l’égalité des genres, des droits et de l’autonomisation des femmes.

ONU Femmes France

Articles et interviews par ONU Femmes France

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade